Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

11 septembre : Paris Match évoque les 28 pages qui fâchent

La rédaction
visites
1492
JPEG - 46.1 ko
L’ancien sénateur démocrate Bob Graham, ancien vice-président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 11 septembre, veut rendre public les dernières 28 pages du rapport parlementaire qui dérangent aussi bien la famille Bush qu’Obama.
Crédit : Wikepedia Commons

Nous présentons ici à titre exceptionnel un article publié aujourd’hui sur le site de Paris Match informant le public français sur ce qu’il se passe aux États-Unis.

Les politiciens américains de tous bords ont lancé une campagne pour que toute la lumière soit faite sur le financement des attentats du 11 septembre. Ils exigent la déclassifaction de 28 pages du rapport du Congrès de 2002.

Aux Etats-Unis, un vaste mouvement pour obtenir la déclassification de documents secrets concernant les attentats du 11 septembre 2001 prend une ampleur sans précédent. L’objet de la polémique tient en 28 pages dans le rapport du Congrès de 585 pages sur la tragédie qui ont été censurées avant sa parution en décembre 2002. Ce court passage pointerait les responsabilités directes ou indirectes de l’Arabie Saoudite, allié traditionnel des États-Unis au Moyen-Orient, dans ces attentats.

Bob Graham

Mercredi, le Républicain (ex démocrate) Bob Graham, ancien vice-président de la commission d’enquête parlementaire sur les attentats du 11 septembre, tiendra une conférence de presse au Capitole afin d’exiger que ces 28 pages soient rendues publiques. Il sera rejoint par le représentant républicain de Caroline du Nord, Walter Jones, et le démocrate Stephen Lynch. Des familles des victimes du 11 septembre seront également présentes pour demander à Barack Obama de « faire toute la lumière » sur ce dossier.

Le maintien du secret ne fait que renforcer la théorie selon laquelle le gouvernement américain protège l’Arabie Saoudite.

D’après le sénateur Bob Graham, les 28 pages censurées à la demande de l’administration Bush, démontreraient que l’Arabie Saoudite aurait participé au financement des attaques terroristes de 2001. Toujours selon Bob Graham, les documents mettraient en cause le consulat saoudien à Los Angeles, l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington ainsi que de riches Saoudiens installés à Sarasota en Floride.

Il y a un an, une résolution du Congrès soutenue par 21 élus républicains et démocrates demandant la déclassification de cet extrait du rapport avait été déposée. Walter Jones et Stephen Lynch ont annoncé qu’ils allaient soumettre une résolution similaire au Congrès nouvellement élu. Pour le sénateur démocrate Charles Schumer, qui en 2003 avait rédigé une lettre ouverte au président Bush cosignée par 46 sénateurs demandant la déclassification du passage litigieux, « le maintien du secret ne fait que renforcer la théorie selon laquelle le gouvernement américain protège l’Arabie Saoudite ».

Avertissement de Jacques Cheminade, le 23 décembre 2014 :

Contactez-nous !