Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

100 000 Irlandais en colère manifestent pour leur indépendance de la City

La rédaction
visites
1679
commentaires

29 novembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Samedi à Dublin, ils étaient 100 000 à braver le froid et la neige pour manifester leur colère contre l’austérité meurtrière concédée au cartel bancaire international par leur gouvernement. Plus que symboliquement, ils ont convergé vers la Poste centrale de la capitale irlandaise, où les patriotes irlandais avaient déclaré en 1916 leur indépendance de l’Empire britannique. Aujourd’hui, c’est la même scène qui se rejoue : après des siècles de famines et de souffrances coloniales, la nation irlandaise n’entend plus être violée par l’empire monétariste de la City de Londres et de ses affidés continentaux. « Nous ne sommes pas des sujets, mais des citoyens. Nous voulons le retour de notre république », a déclaré sous les acclamations des manifestants le journaliste Fintan O’Toole.

Les experts de la BCE et du FMI de MM. Trichet et Strauss-Khan ont imposé une nouvelle dette de 85 milliards d’euros à l’Irlande, essentiellement pour éviter aux détenteurs de créances des banques irlandaises – qui sont en majorité les banques de la City de Londres – de plonger. Cet argent, qualifié de « plan d’aide », sera prêté au taux usurier de 5,83%, alors qu’il sera garanti par le triple A d’une Allemagne dont le taux est proche de 3%. Ces intérêts financiers ont même inclu dans les termes de la reddition irlandaise, une contribution de 17,5 milliards, en grande partie pompée dans le Fonds national de réserve des retraites, en plus de 15 milliards d’euros de coupes dans les dépenses publiques. Hier, pour signifier un peu plus aux Irlandais que c’est avec leur sang que la City espère se sauver, le Premier ministre Brian Cowen a mentionné dans son discours plus de 20 fois le mot « banque » et zéro fois le mot « peuple ».

Désavoué par le peuple, le gouvernement irlandais compte faire voter son plan d’austérité meurtrière le 7 décembre, avant de succomber début janvier dans les urnes à la colère populaire. Jeudi, lors de la législative partielle du Donegal South-West, un fief du Fianna Fail de Cowen, c’est le candidat du Sinn Fein, le parti de l’indépendance irlandaise, qui a remporté une victoire écrasante et inattendue, avec 40% des voix au premier tour face à 5 autres candidats... Le chef du Sinn Fein, Gerry Adams, a déclaré que cette victoire « démontre clairement que le peuple rejette le plan d’austérité et les interférences du FMI (…) les créanciers vont devoir assumer leur pertes et ce n’est pas au peuple irlandais d’assumer ce fardeau ».

Dans son éditorial de dimanche sur le site d’information Irishcentral.com, Cahir O’Doherty déclare : « Si l’Irlande ne peut pas payer, l’Irlande ne doit pas payer (…) Vouloir privatiser les profits et socialiser les pertes est exactement le genre de compromis politique qui a amené les têtes des aristocrates français à rouler par terre... »

Les peuples d’Europe doivent se réunir pour mettre en liquidation judiciaire les spéculateurs – procédure de Glass-Steagall global – ou voir leurs nations et leur avenir engloutis par un empire monétariste décadent.


Arrêtons le pillage financier de l’Irlande — Déclaration de Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle de 2012 en France, aux patriotes irlandais


Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 29/11/2010 - 23:59

    100.000 irlandais manifestent sur 4.500.000 habitants !
    C’est absolument énorme !

    Si l’Irlande ne peut pas payer, l’Irlande ne doit pas payer (…) Vouloir privatiser les profits et socialiser les pertes est exactement le genre de compromis politique qui a amené les têtes des aristocrates français à rouler par terre…

    Cette citation est impressionnante. Je doute que les irlandais ne continuent pas à se battre pour leur vies contre ceux qui veulent leur mort !

    Ils auront raison. Aujourd’hui immigrer n’est plus possible puisqu’aucun pays n’échappe à cette crise systémique qui va toucher et le Portugal et l’Espagne puis dans la foulée la France et l’Angleterre...

    Combien serons-nous dans la rue contre nos dirigeants et "nos" banques ? En tout cas moi j’y serais... avec toute ma tribu de souris, de musaraignes, de mulots, et autres rats des villes...

    Répondre à ce message

  • populasse • 29/11/2010 - 17:57

    Tiens La Libre chiffre un décevant 15 000 alors que le Nouvel Obs cite une source policière de 50 000 minimum.

    Les organisateur cite plus 150 000 donc 100 000 est bien dans la fourchette !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide