www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

11 septembre : nouvelles révélations sur les réseaux Anglo-saoudiens

La rédaction
3381 visites | 9 commentaires
JPEG - 37.9 ko
Le Prince Charles avec le Prince Bandar d’Arabie Saoudite

Deux semaines avant les attentats du 11 septembre 2001, une riche famille saoudienne ayant été en contact avec Mohamed Atta et d’autres terroristes du 11 septembre, a soudainement quitté sa luxueuse villa près de Sarasota en Floride pour fuir le pays, selon un récit d’Anthony Summers et du journaliste Dan Christensen, publié dans le Miami Herald du 7 septembre 2011. Rappelons que l’administration Obama conserve toujours sous scellé le rapport officiel démontrant l’implication directe du Prince saoudien Bandar bin Sultan, un agent britannique au cœur de l’opération BAE, dans le financement de deux autres kamikazes.

Cette villa était la propriété du financier saoudien Esam Ghazzawi et était occupée par sa fille Anoud et son mari Abdulazzi al-Hiijii. Les autorités américaines ont facilement établi la relation avec les terroristes puisque de nombreux appels téléphoniques ont été échangés entre la résidence et Mohamed Atta, et les vidéos de sécurité de la résidence montrent également les allés et venus de véhicules appartenant à Atta et à un autre pirate de l’air, Ziad Jarrah.

Atta, Jarrah et Marwan al-Shehhi habitaient tous dans un périmètre de 15 km autour de la villa des Ghazzawi et prenaient des cours de pilotage à proximité, dans la ville de Venice. Les analyses des enregistrements téléphoniques montrent des contacts avec onze autres terroristes présumés, y compris Walid al-Shehhi, qui était avec Atta sur le premier vol qui a percuté le World Trade Center.

L’ancien sénateur américain Bob Graham, qui a co-présidé l’enquête bi-partisane du Congrès sur le 11 septembre, a affirmé au Miami Herald qu’on aurait dû lui parler de ces découvertes, affirmant que « cela ouvre la porte à une nouvelle série d’enquête sur l’amplitude du rôle saoudien dans les attentats du 11 septembre. » Graham a immédiatement dressé le parallèle entre cette non-communication par le FBI et le fait que l’agence fédérale américaine n’avait rien communiqué non plus sur le financement saoudien de deux kamikazes en Californie (c’est en effet les enquêteurs du Congrès qui refirent cette découverte).

Bien que la commission du Congrès ait accumulé un très volumineux dossier sur les activités des kamikazes aux Etats-Unis et l’ait communiqué à la Commission sur le 11 septembre, « ils s’en sont très peu servis » a dit Graham, « et leur référence à l’Arabie Saoudite est presque énigmatique parfois… Je n’ai jamais su pourquoi ils n’avaient pas creusé cette piste. » Graham a également cité la suppression de la section finale de 28 pages du rapport de son enquête dans la version finale publiée par la Commission spéciale. Ces 28 pages ont été classifiées sur ordre de la Présidence Bush et le secret est perpétué par Obama, malgré ses promesses de campagne.

Un autre article récent, intitulé « Preuve de la complicité britannique et pakistanaise sur le 11 septembre » par Behrouz Saba, qui se réfère également à Mohamed Atta en Floride, est paru dans Nation of Change et d’autres sites. Malgré les aspects très obsessifs de l’article, Saba écrit qu’un des événements clés qui se déroula sous le nez des officiels de Washington D.C. a été ignoré. En octobre 2001, ABC News , Fox et CNN faisaient toutes état d’un transfert de fonds de 100.000 dollars au début du mois d’août 2001, en provenance de Dubaï et au bénéfice de deux comptes en banques de Floride, détenus par Atta. Le 6 octobre, CNN identifiait l’homme qui avait envoyé l’argent comme étant le Cheikh Ahmed Omar Saeed.

Questionnée à ce propos, la Maison-Blanche fit en sorte d’empêcher que cette partie de l’histoire n’attire trop l’attention, en jouant avec différentes orthographes du nom du Cheikh. Mais l’ancien président du Pakistan Pervez Musharraf a identifié le Cheikh comme agent du MI6. Dans ses mémoires, Musharraf écrit : « Le Cheikh Omar est un britannique né à Londres le 23 décembre 1973 de parents pakistanais (…) Il est allé à la London School of Economics mais a quitté l’école avant d’obtenir son diplôme. Il semble (…) qu’il ait été recruté par le service de renseignement britannique MI-6. »

Saba affirme que l’administration Bush savait que le Cheikh avait été envoyé par le MI-6 au Pakistan pour coopérer avec ses homologues de l’ISI, mais « protéger l’alliance entre britanniques et le Pakistan avait plus d’importance que de dévoiler la vérité. »

Si vous voulez « La véritable histoire du 11 septembre », c’est ICI.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 9 commentaires

Vos commentaires

  • Le 12 septembre 2011 à 16:06
    par Frédéric

    Mohamed Atta ??? :o) C’est pas le mec dont on a retrouvé le passeport dans les décombres des tours, et qui était (soi-disant:source gardian) toujours vivant en 2002 ?
    Eh ben !
    Savoir doubler un cube ne semble pas vous rendre compétent dans la division des parallélipipèdes !

    • Le 12 septembre 2011 à 20:54
      par Etienne

      je ne pense pas que les fausses preuves avancées par les U.S.A sur le cas de Mohamed Atta prouvent qu il n y ai jamais eu de Mohamed Atta dans l avion

    • Le 13 septembre 2011 à 10:51
      par Frédéric

      "...les autorités US n’ont pas réussi à prouver que les dix-neuf accusés pour le crime de masse du 11/9 étaient montés à bord des avions censés avoir été utilisés pour commettre leur crime. Nulle liste de passagers originale ou certifiée comme étant authentique et contenant leurs noms n’a été produite ; on ne connaît personne qui les ait vus monter à bord ; aucun enregistrement vidéo n’a archivé leur embarquement ; il n’y a à notre connaissance aucun coupon de carte d’embarquement apportant la preuve qu’ils aient embarqué dans les appareils ; et il n’existe aucune preuve que les prétendus pirates de l’air soient vraiment morts sur les lieux des crashs que l’on sait, parce que leurs restes n’avaient pas été formellement identifiés et que la traçabilité de ces restes avait été rompue."

      Elias Davidsson 10 1 2008

      Et l’absence de vraies preuves c’est sensé prouver quoi ???

    • Le 13 septembre 2011 à 22:54
      par Etienne

      • tu réponds un peu à côté, ta citation ne montre pas qu il n y a pas eu de terroristes et de pirates de l air impliqués dans les attentats
      • je ne sais pas ce que l absence de vraies preuves est sensé prouvé, mais peut être que tu as quelque chose à dire à ce propos
    • Le 14 septembre 2011 à 13:38
      par Frédéric

      Ce que j’ai à dire c’est que personne n’a encore prouvé l’inexistence du dahu, c’est pour ça que la chasse continue.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre 2011 à 15:16
    par petite souris

    protéger l’alliance entre britanniques et le Pakistan avait plus d’importance que de dévoiler la vérité.
    Quel aveu !
    Quel cynisme !
    Certes ce n’est pas une preuve.
    Les "terroristes" séoudiens sont morts dans les attentats, ils ne parleront donc pas.
    Les 28 pages "manquantes" prouvent seulement que ce qui y est écrit ne doit pas se savoir.
    Les implications financières et d’organisation des princes séoudiens sont plus que plus que suspectes, et personne n’en tient compte cela est plus que plus qu’hallucinant très voisin d’une complicité réelle et sérieuse dans l’intime conviction de Graham en particulier.

    Tout ceci dans un feuilleton ! mais on dirait c’est la suite de "24h chrono" avec Jack Bauer !!!!

    • Le 13 septembre 2011 à 18:58
      par ID naze

      Bonjour.
      Devons nous oublier qu’aujourd’hui que les fortunes sont intèrnationalement liées ,puisqu’elles ne sont plus nationales ,il me semble ? :-)
      Les grosses affaires, ne sont probablement pas davantage nationales ? :-)
      L’argent blanchi a t’il une odeur ?
      Bye.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2011 à 18:47
    par ID naze

    Je ne connais rien a ces histoires, mais,il me semble toutefois que des pigeons pour porter de beaux chapeaux s’achètent de partout pour pas chèr,dés lors qu’ils sont pris au collet :-)
    Vouloir jouer la catre des identités nationales dans des enjeux ou l’argent,le commerce,l’équilibre de l’emploi,ou de son chomage,de armes,sont me semble t’il peut etre les raisons principales,ne doivent pas nous cacher les vrais enjeux pour les USA et le rèste du monde ,il me semble ?
    Bye.

    Répondre à ce message

  • Le 13 septembre 2011 à 02:37
    par Smith tonotbeknown

    C’est des réseaux américano-israéliens ou israélo-américains
    Dans les affaire US, les saoudiens sont négligeables et vous le savez bien alors arrêtez s’il vous plait avec vos intox.

    On aime l’Amérique et les américains il n’y a aucun problème avec ca et les américains n’ont certainement rien à voir avec cet Inside-job mais ce qui est certain c’est qu’une élite américaine complètement vendue aux intérêts israéliens ont bel et bien achevé plus de 5000 de leur compatriotes afin d’exécuter un agenda purement israélien.
    Comment est-ce possible ? Comment que cela se fait que des israéliens puissent avoir autant d’emprise sur notre bien aimée Amérique ?
    Demandez au juge qui fut contraint de libérer DSK, il en sait quelque chose.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet