Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

120 élus lorrains en colère sur les Champs Elysées

La rédaction
visites
1079

Paris, le 16 juillet (Nouvelle Solidarité)—Plus d’une centaine d’élus, représentant les 128 communes de l’arrondissement de Château Salins en Moselle, sont montés à Paris, ce mercredi 16 juillet, pour protester contre la fermeture annoncée du 13ème régiment de dragons parachutistes (RDP) de Dieuze, dans le contexte de l’application de la RGPP (Révision générale des politiques publiques) dans l’armée.

Prévue à l’origine devant le Palais de l’Elysée, les manifestants à l’écharpe tricolore ont du se contenter de rester à hauteur du métro Champs Elysées, les forces de l’ordre les ayant empêchés d’aller jusqu’au bout de leur parcours. Seule une délégation conduite par le maire UMP de Dieuze, Fernand Lormant, a été reçue par l’Elysée. Les maires et les conseillers municipaux ont pu ensuite défiler sur les Champs Elysées.

Il faut dire que la colère des élus est plus que justifiée. Le millier d’hommes employé par cette unité spéciale de renseignements et leurs familles représentent littéralement la moitié de la population de la ville de Dieuze (3600 hab) ! « Cette démobilisation va entraîner une réaction en chaîne : fermetures de commerce, suppressions de classes d’école et chute de l’immobilier », a expliqué Fernand Lormand à la presse.

D’autres élus sont cités par Le Figaro : « Les militaires, ce sont des familles jeunes, qui ont beaucoup d’enfants. La communauté de communes vient de construire un système de halte-garderie très coûteux, qui ne servira à rien si le régiment part », selon René Notin, maire de l’Indre-Haute, une petite commune de 60 habitants. « Dans nos écoles, 30% des enfants sont des fils de militaires. Si le RDP part, c’est la mort du coin », a renchéri Monique Seingeot, conseillère à Marsal.

Les élus sont particulièrement remontés contre l’ancienne Ministre de la Défense, Michèle Alliot Marie, mais aussi contre Hervé Morin qui n’a pas remis ses choix en question et contre la Secrétaire d’Etat à la famille, Nadine Morano, accusée d’avoir pu préserver sa caserne de Toul grâce a un lobbying intense auprès du Chef de l’Etat.

Jacques Cheminade a adressé un message de soutien aux maires de cette région, dont certains avaient parrainé sa candidature aux élections présidentielles de 2007. Cependant, il a souligné que c’est toute une politique de « désaménagement » du territoire qui se trouve mise en place, les collectivités locales devant faire face à un Etat qui se défausse auprès d’elles, sans leur donner les moyens de faire face à leurs nouvelles tâches. C’est ainsi que l’école, la maternité, la poste, l’agence du trésor, les tribunaux et d’autres services publics disparaissent, détruisant cette solidarité sociale de proximité qui était l’héritage du programme du Conseil national de la résistance. L’Angleterre et l’Espagne, qui ont pratiqué de telles politiques financières avant nous, en subissent maintenant les conséquences et ne devraient être un exemple pour personne.

Entretien avec Marcel Mattès, maire de Val de Bride

NS : Vous êtes une centaine d’élus de l’arrondissement de Château Salins en Moselle à être venus manifester, écharpe tricolore à la poitrine, sur les Champs Elysées à Paris. Quel est le sujet de votre grogne ?

MM : Chez nous, ont est en train de déplacer un régiment – le 13e régiment de dragons parachutistes (RDP) de Dieuze, en Moselle (ndlr) — sous des prétextes fallacieux. Lorsqu’elle était Ministre de la défense, Mme Alliot-Marie, voulant tirer la couverture à elle avait récupéré cette brigade de forces spéciales d’Etat Major dans sa région.

NS : Quelles seront les conséquences pour la villede Dieuze ?

MM : C’est une grosse perte. 600 enfants ne pourront plus aller à l’école à Dieuze car celle-ci sera certainement obligée de fermer. Elle perdra beaucoup d’emplois : 900 militaires y vivent et font vivre la ville. Ca représente quand même 30 millions d’euros de pouvoir d’achat.

NS : La grogne dépasse la seule commune de Dieuze …

MM : Oui, ailleurs il y a des unités qui sont restructurées, d’autres qui disparaissent, mais à Dieuze c’est un transfert, c’est inadmissible. Le 13 RDP doit rester dans le Saulnois comme il l’a toujours été. Mais malheureusement M. Morin continue sur la même ligne que Mme Alliot Marie.

NS : Vous avez menacé de démissionner…

MM : Nous, nous allons tous démissionner. 128 conseils municipaux vont démissionner, c’est décidé.

NS : Pourriez vous être suivis par d’autres ?

MM : Peut être il y aura d’autres cantons qui vont suivre mais nous, les 128 communes du même territoire, allons tous démissionner. Cela a déjà commencé ce soir et le reste suivra. En rentrant, chacun réunira son Conseil municipal et nous démissionnerons tous dans la foulée.

NS : Qu’est-ce que la délégation qui sera reçue à l’Elysée compte dire à Nicolas Sarkozy ?

MM : Eh bien, qu’il regarde ses dossiers de prés, qu’il ne se laisse pas berner par ses subordonnés, que ce soit le Ministre de la défense ou ses conseillers.

NS : Vous croyez que vous avez une chance ?

MM : Si M. Sarkozy regarde, on aura une chance, mais s’il laisse faire ses ministres et ses conseillers, je crois que c’est fichu.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !