www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

172 économistes allemands s’attaquent au MES et au renflouement des banques

La rédaction
1122 visites | 4 commentaires

Le 9 juillet 2012 (Nouvelle Solidarité) – Le Prof. Hans-Werner Sinn, président de l’Institut de Munich IFO, et un groupe de 172 économistes allemands ont publié le 5 juillet un Appel à leurs concitoyens contre le renflouement des banques.

Parmi les premiers signataires se trouvent des poids lourds de la profession comme le Prof. Klaus Zimmermann, ancien président de l’Institut allemand pour la recherche économique (DIW), et le Prof. Bernd Raffelhüschen de Fribourg.

Les professeurs Walter Krämer et Sinn ont rédigé l’appel au lendemain du dernier Sommet de Bruxelles, en raison de leur grande colère suite aux décisions qui y ont été prises. Le projet d’union bancaire a été, selon Krämer, la « goutte qui a fait déborder le vase ».

L’appel n’exige malheureusement pas la restauration de Glass-Steagall mais soulève néanmoins avec beaucoup d’emphase la question du renflouement des banques, et ce dans un style très différent des habituelles communications académiques.

L’appel dit que le projet d’union bancaire ne fera qu’« aider Wall Street et la City de Londres – et quelques investisseurs en Allemagne – ainsi qu’une poignée de banques domestiques et étrangères. » (…) « Les dettes des banques sont presque trois fois plus grandes que la dette souveraine et, au sein des cinq pays en crise, s’élèvent à plusieurs milliers de milliards d’euros. » Les contribuables, retraités et épargnants des pays encore solides « ne peuvent être tenus responsables de ces pertes (...) Les banques doivent pouvoir faire faillite, et si les débiteurs sont incapables de payer, il n’y a qu’un groupe qui devrait et peut porter ce fardeau : les créditeurs eux-mêmes, puisqu’ils se sont embarqués dans des investissements risqués de manière consciente (...) »

Cet appel a suscité un débat énorme dans les milieux politiques et au sein de la population, allant du ministre des Finances Wolfgang Schäuble jusqu’aux militants de divers partis.

L’immense colère et ferment contre les politiques de renflouement sans règle ni limitation ne peut plus être balayée sous le tapis. La pire chose que les politiques en place peuvent faire, écrit le rédacteur du Süddeutsche Zeitung Marc Beise pour les questions économiques, est d’attaquer les opposants au MES et à l’union bancaire et d’essayer d’étouffer le débat comme le fait Schäuble, car l’euro a été un « projet de l’élite » depuis tellement longtemps maintenant que tout politique cherchant à supprimer la discussion plutôt que de défendre ses opinions commet une « erreur gigantesque ».

Schäuble a publiquement dénoncé l’« alarmisme » des économistes signataires de l’appel, et a même poussé l’affront jusqu’à nier que le MES et l’union bancaire visent la prise en charge des dettes des banques européennes.

Comme nous le soulignons depuis longtemps, la plupart des opposants allemands (et français) au MES n’ont toujours pas compris (du moins publiquement) que seule une séparation bancaire du type Glass-Steagall permettra de trancher le nœud gordien et de faire la distinction entre banques utiles à l’économie réelle et maisons de jeu susceptibles d’exploser à tout moment. Ist es klar ?

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 10 juillet 2012 à 20:22
    par Eric F.

    « L’argent surabondant, employé à se reproduire, et l’argent dont la carence compromet la survie ont un effet commun : ils tuent l’imagination et la créativité. »
    Raoul Vaneigem. (Pour l’abolition de la société marchande pour une société vivante, p.32, Rivages poche n°480)

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet 2012 à 22:33
    par Béa

    Bonjour,

    C’est très intéressant.
    Pourriez-vous m’indiquer l’article du journal Süddeutsche Zeitung qui en parle. Je ne l’ai pas trouvé sur le site du journal.

    Merci.

    Apparemment, la cour de Justice de Karlsruhe chargée de vérifier la conformité de constitutionnaltité du MES, subit d’importantes pressions du CDU et autres acteurs pour ratifier très vite alors que cette cour, un peu à part, a pour tradition de prendre son temps. Voyons ce qui en ressortira....

    Répondre à ce message

  • Le 9 juillet 2012 à 19:40
    par petite souris

    Voilà donc l’explication aux dires de not’président et de ses ministres et de leurs actions lentes ....
    Angela et François ne sont pas sur la même longueur d’onde que les économistes, les vrais ! pas les serviteurs.

    relire Ruy blas acte III
    http://lettres.ac-rouen.fr/francais/romantik/ruy-blas/acte3.html

    Ruy Blas, survenant.
    Bon appétit, messieurs ! –
    Tous se retournent. Silence de surprise et d’inquiétude. Ruy Blas se couvre, croise les bras, et poursuit en les regardant en face.
    Ô ministres intègres !
    Conseillers vertueux ! Voilà votre façon
    1060 - De servir, serviteurs qui pillez la maison !
    Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure,
    L’heure sombre où l’Espagne agonisante pleure !
    Donc vous n’avez ici pas d’autres intérêts
    Que remplir votre poche et vous enfuir après !
    Soyez flétris, devant votre pays qui tombe,
    Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet