www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

A l’occasion du 100e anniversaire d’Amelia Boynton Robinson

1051 visites | 3 commentaires

JPEG - 63 ko

 Message de Jacques Cheminade et Odile Mojon

Amelia,

Il est triste que tous les êtres humains ne puissent être comme toi. Tu nous manques beaucoup en France, mais tu dois savoir que les graines que tu as semées germent dans les esprits de beaucoup d’entre nous, comme les magnolias de ton Sud. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour qu’ils portent des fleurs en ces jours de tempête et, aidés par ton souvenir, nous espérons y parvenir bientôt. Nous sommes loin de toi suivant le sens qu’on attribue habituellement aux mots temps et espace, mais l’espace-temps de nos coeurs est auprés de toi. 

Dear Amelia

It is so wrong that all human beings cannot be like you. We miss you in France, but you should know that the seeds that you have planted here are growing and growing in the minds of many, like your magnolia trees from the South. We do our best for them to bring flowers in these tempestuous days and with the help of your memory, we hope that we are going to make it happen soon. We are far away from you in the usual sense of space and time, but the space-time of our hearts is with you.

 Le message d’Amelia Boynton Robinson pour nous, ici

« Il est grand temps de se poser la question : voulez-vous être des esclaves ou des peuples libres ? » C’est en ces termes qu’Amelia Boynton Robinson s’adressait aux peuples d’Europe en 2008 (voir encadré en bas), alors que nous était imposé le Traité de Lisbonne. Aujourd’hui, à l’heure où le fascisme financier s’abat sur nous, il est plus que jamais temps de s’inspirer de la vie de la dernière héroïne du Mouvement des droits civiques de Martin Luther King, qui fête en ce 18 août, à Tuskegee en Alabama, son centième anniversaire.

Elle qui milite depuis 1920 pour le droit des peuples à disposer d’eux-même (elle avait 9 ans), nous a toujours dit lors de ses voyages en France, que le plus grand combat ne fut pas de libérer les noirs de l’esclavage physique, mais de l’esclavage mental ; et, répète-t-elle toujours, c’est un combat encore plus nécessaire de nos jours. Elle nous a longuement expliqué, notamment lors de l’Assemblée générale de Solidarité & Progrès en 2007, comment sous la ségrégation les gens avaient intériorisé cette identité de victime, de soumis, qui malgré les injustices et la misère, les empêchait de s’organiser. Le pire ennemi est la peur, dit-elle, celle de perdre son emploi, de perdre le peu que le système oligarchique nous laisse. Lors de l’enterrement de son premier mari, haï des autorités locales, tous les noirs ayant assisté à son enterrement furent licenciés ; tous ceux qui menaient leur petite vie tranquille, sans faire de problème et qui se croyaient à l’abri pour cette raison, réalisèrent leur état de servitude et c’est lorsque le peu qu’ils avaient leur a été enlevé, qu’ils ont commencé à se comporter en hommes libres.

Depuis 1920, c’est le message qu’elle a martelé afin que les gens se servent enfin de leur cerveau : là où il y a injustice, il y a un combat à mener ; c’est à vous de vous battre pour vos droits car quand l’injustice vous frappera personnellement, vous réaliserez avec dépit qu’il n’y aura personne pour venir se battre à votre place. Et c’est toujours avec la plus grande force intérieure qu’elle fait taire le pessimisme de tous ceux qui osent défendre l’immobilisme et salir l’espèce humaine par leur cynisme. Mais toujours avec amour, même pour ses ennemis, car, comme elle dit, la haine vous rabaisse, vous avilit, et en haïssant autrui, vous vous haïssez vous-même.

Un mouvement organisé ne peut libérer les gens de cet esclavage mental que s’il vise à leur rendre leur dignité et leur fierté d’être humain, car les gens ne se lèveront que pour une cause juste, nous enseigne-t-elle. S’ils n’en ont pas conscience, ils ne bougeront pas, ou alors par rage, ce qui peut avoir des conséquences pires que l’inaction.

Car Amelia Robinson, c’est la vrai Amérique, celle que vous ne connaissez que trop peu. Elle a vécu et vit sa vie comme un dévouement à sa propre Constitution héritée du combat contre l’Empire britannique, du combat pour l’humanité : « Tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. » Eh bien elle, qui a grandi dans l’oppression, qui a failli perdre la vie sous les coups des bâtons de la police de Selma en 1965, qui a subi les pires calomnies pour s’être associée au Dr King, qui a subit les pires calomnies pour s’être associée à Lyndon LaRouche depuis 1983 et qui ne s’est jamais reposée, elle est heureuse. A nous d’être dignes et de porter en nous le message que sa vie représente pour l’humanité.

Autre extrait de sa lettre de 2008 aux citoyens européens :

« Comment vous sentiriez-vous, vous ou vos enfants, si votre pays tout entier était soumis à une dictature qu’on ne peut pas écarter (…) Vous n’auriez à vous plaindre que de vous-même pour ne pas avoir lutté pour un pays souverain, ou vous en vouloir pour toujours pour avoir bradé vos droits en tant que pays, pour terminer comme une plantation intégrée dans l’empire fasciste européen de Lisbonne. »

 Biographie

Amelia Boynton Robinson est née le 18 août 1911 à Savannah, dans l’Etat de Géorgie. Elle est vice-présidente de l’Institut Schiller, le mouvement international pour le droit au progrès materiel, moral et intellectuel, créé par Lyndon et Helga Zepp-LaRouche. En 1995, elle vint en france pour soutenir la campagne présidentielle de Jacques Cheminade, qui dénonçait le « cancer financier ». Elle fut une proche amie de Rosa Parks (décédée en 2005) et de Martin Luther King et son épouse Coretta Scott King. Elle les rencontra pour la première fois à Montgomery en 1954, avant que ne démarre ce que l’on connaît depuis sous le nom de Mouvement des droits civiques. En 1964, c’est elle qui invita King à Selma, où ils organisèrent l’année suivante la célèbre marche jusqu’à Montgomery, au cours de laquelle Amelia faillit succomber sous les coups et les gaz policiers. C’est dans sa maison du 1315 Lapsley Street , que fut rédigée en 1965 (en compagnie de King, Andy Young et 15 députés dont John Conyers) la première version du Voting Rights Act (loi pour le droit de vote) promulguée ensuite par Lyndon Johnson. Sa maison fut également le siège de l’organisation de King à Selma (SCLC) et nombreux furent ceux qui y séjournèrent lors de leurs passages en Alabama, comme King lui-même, Bob Kennedy, Duke Elington, James Bevel ou Andy Young. Après la victoire de 1965, elle porta la parole de King en Europe, en Asie, en Afrique et en Inde, pour la paix et la justice.

Son autobiographie en français est disponible sur le site des Editions Duboiris : http://www.editionsduboiris.com/livre.php?aid=20&PHPSESSID=

 Poème d’Amelia Boynton Robinson

Creuse un peu plus profondément

Il est facile de penser mollement
En regardant la télé
S’abreuvant profondément de ses absurdités
En excluant tous principes
 
Pas besoin de cerveau, juste d’une éponge
Absorbant ce que tu souhaites
Pour assouvir tes fantaisies
Pourtant plates comme une assiette.
 
As-tu pensé à creuser plus profondément
Dans l’esprit qui est le tien
Pour toujours et chaque instant
Où l’on ne se lamente plus de rien ?
 
La sagesse est une pierre précieuse
On la trouve en creusant loin
Dans cette précieuse coupe de l’esprit
Où les joyaux sont certains.
 
Il faut pour ça beaucoup penser
Dans le silence de la nuit
Où les anges susurrent doucement
Je t’aiderai à trouver
 
Suis simplement mes instructions
N’ai pas peur de penser,
Dieu t’a doué de sagesse
A cet effort tu ne dois te dérober
 
Creuse un peu plus profondément
Dans le trésor de ton esprit
Il y a l’amour pour tous
Et la compassion y est aussi
 
Il y a aussi la paix et la justice
La confiance et l’estime
Ces joyaux qui resplendissent
Te redonneront bonne mine
 
Alors creuse un peu plus profondément
Dans le trésor de ton esprit
Assure-toi de chercher
Tu verras, les diamants sont ici.

— 

DIG A LITTLE DEEPER 

It is easy to think shallow
As we watch the TV tube
Deeply drinking of its nonsense
Though all principles exclude
 
It takes no brain but sponge instead,
Absorbing what you wish
To fit your every fancy
Though shallow as a dish.
 
Have you thought of digging deeper,
In a mind that’s yours to keep
For ever and for ever
Where there’ll be no cause to weep ?
 
Wisdom is a precious stone,
Is found by digging down
Into the precious mental cup
Where jewels can be found.
 
It takes a lot of thinking
In the quiet of the night,
Where angels gently whisper
I’ll help you get it right.
 
Just follow my instructions
Don’t be afraid to think,
God endowered you with wisdom
From work you must not shrink.
 
Just dig a little deeper
In the vessel of your mind.
There’s love for everybody
And compassion you will find.
 
There are also peace and justice
Confidence and self-esteem,
Grand jewels of all description
Good health you can redeem.
 
So, dig a little deeper
In the vessel of your mind.
Be sure to do researching,
There diamonds you will find.
  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 20 août 2011 à 19:33
    par procquez christian

    pour répondre aux dernières nouvelles brèves,que je partage.Hélas la grande majorité des Peuples ignorent que les gouvernements desservent les milieux financiers de casinos contre les Peuples.L’histoire saura traduire ces criminels des Peuples.Les Peuples Arabes sont plus actifs que les Peuples Européens dans leurs apathies.Je transmets à toutes mes connaissances votre cite.Comme le cite AMELIA BOYNTON ROBINSON voulez etres des esclaves ou des Peuples libres.Notre justice francaise rend plus d’injustice que la justice des textes de lois.Une nouvelle guerre mondiale,civile,révolution ne désservirapa nos civilisations.A ce jour seul compte l’action de chaque Femme et Homme de ce monde pour changer de cap.

    Répondre à ce message

  • Le 20 août 2011 à 14:11
    par pegasosu

    BJR ..
    Martin Luter king a dit " Un jour j’ai fait un rêve ...."

    je dirais " un jour, j’ai fait le rêve ou tous les êtres de la Terre vivent en harmonie , ou l’argent /fric/pouvoir a disparu, ou l’échange est l’unique monnaie, ou le soleil brille pour tous les créatures vivantes au même titre .. gratuitement... ""
    je sais que la venue de ce jour est proche ..
    quand ? je ne sais pas ..
    j’ai seulement fait un rêve..

    Répondre à ce message

  • Le 19 août 2011 à 23:32
    par petite souris

    Comment vous sentiriez-vous, vous ou vos enfants, si votre pays tout entier était soumis à une dictature qu’on ne peut pas écarter (…) Vous n’auriez à vous plaindre que de vous-même pour ne pas avoir lutté pour un pays souverain, ou vous en vouloir pour toujours pour avoir bradé vos droits en tant que pays, pour terminer comme une plantation intégrée dans l’empire fasciste européen de Lisbonne.

    ... Nous y sommes !

    ... Retroussons nos manches. Agissons. Faisons comme Amelia.
    ... et nous trouverons les "diamonds" dont elle parle...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet