Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

AAA : Trichet et Pébereau, leaders d’un gouvernement technique à la française ?

visites
1719

17 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le rédacteur en chef du Nouvel Economiste, Philippe Plassart, n’est pas le premier à rêver d’être gouverné par une clique d’experts au service de l’oligarchie financière, mais là, l’hebdomadaire de référence des décideurs et haut dirigeants français sort le grand jeu ! La France va perdre son triple AAA, l’euro va exploser et le Trésor public sera en faillite : cette situation d’exception va permettre de se débarrasser des politiques afin de garantir définitivement aux grandes banques internationales et autres hedge funds de la City, du Luxembourg et des îles Caïmans, que la dette sera payée, coupe que coupe.

JPEG - 72.4 ko
En une du Nouvel Economiste du 15 décembre, Jean-Claude Trichet à Matignon.

Jean-Claude Trichet, Premier ministre ! Michel Pébereau, ministre des finances ! (…) Ce bouquet – insolite – de personnalités formant le prochain “gouvernement de salut public” de la France paraît de prime bien incongru. Il ne fait pourtant que transposer le type d’exécutif que l’Italie s’est offert (…)

Exit les politiques, bonjour les technocrates : l’heure serait-elle venue de mettre à la place des professionnels de la politique, dépassés par les évènements et usés par leurs comportements, ces nouvelles têtes ayant la double qualité de l’expérience et de la compétence ? La France n’est pas l’Italie. Pas encore. Mais tant que l’hypothèque d’une crise budgétaire continuera à planer, un tel scénario ne peut être écarté. Une catastrophe ? Pas forcément. Il est plutôt réconfortant de voir que la France dispose d’un vivier de personnalités, issues de la haute administration ou de l’université suffisamment aguerries pour relever , le cas échéant , le défi de l’urgence. (…) Recourir temporairement à des experts crédités de leur expérience à la place de politiques manifestement dépassés : ce scénario pourrait même être tentant. (...)

Un gouvernement d’experts ? “Cela peut s’envisager dans des circonstances exceptionnelles pour résoudre une crise grave et circonscrite”, recadre d’emblée un haut fonctionnaire. Et d’y ajouter illico deux conditions supplémentaires ? : “Il faut qu’un tel gouvernement reçoive, dans les formes constitutionnelles normales, l’agrément du Parlement et qu’il soit expressément prévu pour une durée limitée.”

En Italie, le gouvernement Monti règnera jusqu’aux élections de 2013, avec l’approbation des principaux partis. Il a suffi, explique le journal, que les Italiens aient l’impression d’être au bord du gouffre et de finir comme les Grecs pour qu’ils se résignent à abandonner le pouvoir à des technocrates. Et comme les partis ne veulent pas assumer le fardeau d’une austérité brutale et destructrice, gauche et droite sont bien contents de céder la place à des experts non-élus.

Si la France n’est pas l’Italie, le grand problème c’est que le discrédit du politique associé à la résignation quotidienne face à la crise, ouvre véritablement la porte à un gouvernement de capitulation, qu’il soit technique ou pas. L’impuissance vient de ne pas vouloir affronter les enjeux existentiels de notre époque :

Nous sommes en guerre. Une guerre déclenchée par un conglomérat d’intérêts financiers opérant depuis la City de Londres et Wall Street, qui détruit tout, la vie des peuples comme la substance des économies. L’Union européenne s’en est rendue complice en autorisant la Banque centrale européenne à procurer des fonds aux banques à deux ou trois ans et pratiquement sans limites, à un taux d’intérêt de 1 %, pour qu’elles puissent faire des bénéfices en reprêtant aux Etats à des taux bien supérieurs.

Cette escroquerie économique conduit tout droit à un conflit militaire. Car l’austérité que la finance devenue folle impose à tous, sauf à elle-même, ne permet en aucun cas de rembourser les dettes ni de faire vivre plus d’êtres humains. La finance folle conduit ainsi à une guerre folle : déjà, sous prétexte d’interdire aux autres ce qu’elles-mêmes possèdent, des forces américaines, anglaises et françaises se déploient contre l’Iran (…)

Si l’on ne change pas d’ordre économique, la guerre se produira fatalement, bien plus tôt qu’on ne le pense, car les nuées qui la portent sont déjà au-dessus de nos têtes. Voyant leur propre base détruite par l’ouragan dévastateur qu’elles ont provoqué, les forces de la mondialisation financière visent, par delà l’Iran, une zone transpacifique (Russie, Chine, Corée, Inde…) dont elles ne peuvent tolérer le développement.

Dans ce tract de mobilisation spéciale pour les fêtes, la campagne présidentielle de Jacques Cheminade pose les 7 étapes d’un plan d’action national et international pour enrayer cette double guerre.
===> Joignez-y vous !

Contactez-nous !