Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

AAA : Trichet et Pébereau, leaders d’un gouvernement technique à la française ?

17 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le rédacteur en chef du Nouvel Economiste, Philippe Plassart, n’est pas le premier à rêver d’être gouverné par une clique d’experts au service de l’oligarchie financière, mais là, l’hebdomadaire de référence des décideurs et haut dirigeants français sort le grand jeu ! La France va perdre son triple AAA, l’euro va exploser et le Trésor public sera en faillite : cette situation d’exception va permettre de se débarrasser des politiques afin de garantir définitivement aux grandes banques internationales et autres hedge funds de la City, du Luxembourg et des îles Caïmans, que la dette sera payée, coupe que coupe.

JPEG - 72.4 ko
En une du Nouvel Economiste du 15 décembre, Jean-Claude Trichet à Matignon.

Jean-Claude Trichet, Premier ministre ! Michel Pébereau, ministre des finances ! (…) Ce bouquet – insolite – de personnalités formant le prochain “gouvernement de salut public” de la France paraît de prime bien incongru. Il ne fait pourtant que transposer le type d’exécutif que l’Italie s’est offert (…)

Exit les politiques, bonjour les technocrates : l’heure serait-elle venue de mettre à la place des professionnels de la politique, dépassés par les évènements et usés par leurs comportements, ces nouvelles têtes ayant la double qualité de l’expérience et de la compétence ? La France n’est pas l’Italie. Pas encore. Mais tant que l’hypothèque d’une crise budgétaire continuera à planer, un tel scénario ne peut être écarté. Une catastrophe ? Pas forcément. Il est plutôt réconfortant de voir que la France dispose d’un vivier de personnalités, issues de la haute administration ou de l’université suffisamment aguerries pour relever , le cas échéant , le défi de l’urgence. (…) Recourir temporairement à des experts crédités de leur expérience à la place de politiques manifestement dépassés : ce scénario pourrait même être tentant. (...)

Un gouvernement d’experts ? “Cela peut s’envisager dans des circonstances exceptionnelles pour résoudre une crise grave et circonscrite”, recadre d’emblée un haut fonctionnaire. Et d’y ajouter illico deux conditions supplémentaires ? : “Il faut qu’un tel gouvernement reçoive, dans les formes constitutionnelles normales, l’agrément du Parlement et qu’il soit expressément prévu pour une durée limitée.”

En Italie, le gouvernement Monti règnera jusqu’aux élections de 2013, avec l’approbation des principaux partis. Il a suffi, explique le journal, que les Italiens aient l’impression d’être au bord du gouffre et de finir comme les Grecs pour qu’ils se résignent à abandonner le pouvoir à des technocrates. Et comme les partis ne veulent pas assumer le fardeau d’une austérité brutale et destructrice, gauche et droite sont bien contents de céder la place à des experts non-élus.

Si la France n’est pas l’Italie, le grand problème c’est que le discrédit du politique associé à la résignation quotidienne face à la crise, ouvre véritablement la porte à un gouvernement de capitulation, qu’il soit technique ou pas. L’impuissance vient de ne pas vouloir affronter les enjeux existentiels de notre époque :

Nous sommes en guerre. Une guerre déclenchée par un conglomérat d’intérêts financiers opérant depuis la City de Londres et Wall Street, qui détruit tout, la vie des peuples comme la substance des économies. L’Union européenne s’en est rendue complice en autorisant la Banque centrale européenne à procurer des fonds aux banques à deux ou trois ans et pratiquement sans limites, à un taux d’intérêt de 1 %, pour qu’elles puissent faire des bénéfices en reprêtant aux Etats à des taux bien supérieurs.

Cette escroquerie économique conduit tout droit à un conflit militaire. Car l’austérité que la finance devenue folle impose à tous, sauf à elle-même, ne permet en aucun cas de rembourser les dettes ni de faire vivre plus d’êtres humains. La finance folle conduit ainsi à une guerre folle : déjà, sous prétexte d’interdire aux autres ce qu’elles-mêmes possèdent, des forces américaines, anglaises et françaises se déploient contre l’Iran (…)

Si l’on ne change pas d’ordre économique, la guerre se produira fatalement, bien plus tôt qu’on ne le pense, car les nuées qui la portent sont déjà au-dessus de nos têtes. Voyant leur propre base détruite par l’ouragan dévastateur qu’elles ont provoqué, les forces de la mondialisation financière visent, par delà l’Iran, une zone transpacifique (Russie, Chine, Corée, Inde…) dont elles ne peuvent tolérer le développement.

Dans ce tract de mobilisation spéciale pour les fêtes, la campagne présidentielle de Jacques Cheminade pose les 7 étapes d’un plan d’action national et international pour enrayer cette double guerre.
===> Joignez-y vous !

Voir les 7 commentaires

  • petite souris • 18/12/2011 - 13:18

    Ysonfornozélites !!!
    Entendu ce matin à Europe1, unezélite faire de la pédagogie à propos du triple A...,( pédagogie qu’elle fait puisque cela manque terriblement )

    Eh ! bien ! j’ai tout compris ! enfin !!!!

    Dixit en résumé :
    * en fait il n’y a pas de règle unique
    * le triple A n’est qu’une des indications pour les banques, elles font ce qu’elles veulent c’est selon
    * les banques agissent et décident en fonction de la volonté et de la capacité du pays à rembourser
    * si la France "perd" son triple A, il n’est pas évident que les taux de l’emprunt sera plus élevé (voir ce qu’il se passe aux stètes ....)
    * tout se discute ...........

    Alors là ! J’hallucine ! mais grave !!!
    Chez les petites souris, cela s’appelle un raisonnement de pantoufles !!!!

    Si je poursuis le raisonnement de cet’zélite, plus le pays est pauvre plus "on" prête à un taux d’intérêt élevé !
    Donc t’es pauvre tu rembourseras plus
    t’es riche tu rembourseras moins !!
    C’est à la gueule du client quoi !

    Dans ma mémoire de petite souris, Muhammad Yunus, bangladais, a fondé la première institution de microcrédit, la Grameen Bank, ce qui lui valut le prix Nobel de la paix en 2006.

    Si nozélites visent cette récompense...prennent pas les bonnes décisions !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • pegase • 18/12/2011 - 10:53

    Guerre financiere ? politique ?? technocrates ??
    l’An 2012 ? annee de verite.. annee qui vera que toutes les solutions anciennes .. ( celles qui ont fonctionne ou non) ne donneront que des echecs ! POURQUOI ? parce que des choses ont change..que personne ne veut voir..entendre .. assumer..
    l avenir sera aux Hommes et Femmes qui auront le COURAGE de creer de nouvelles dynamiques.. qu’elles soient financières industrielles .. humanitaires .. ou simplement familiales .. les autres .. ceux qui croient recreer sur des anciens schemas de pensees, seront abandonnes par la VIE ..
    mais vous n etes pas obliges d etre en accord avec cela.. Pegase

    Répondre à ce message

  • prosper • 18/12/2011 - 02:08

    écoutez pour info en podcast les emissions de la bas si j’y suis des 13 ET 14decembre de france inter" la dette ou la vie" consacrées à l’origine des dettes publiques des états
    signez la pétition demandant un audit citoyen de la dette publique tout va dans le meme sens, il ne faut pas regler des dettes en grande partie illégitimes et demander des comptes aux politiques pour abus de bien public et faillite frauduleuse agravée et rétablir rapidement le glass stegall act

    Répondre à ce message

  • Elie • 17/12/2011 - 21:37

    Entièrement d’accord avec l’analyse de Nadir. Jamais le capitalisme financier n’a engrangé autant d’argent. Par contre la révolution pourrait bien venir de la base...

    Répondre à ce message

  • nadir • 17/12/2011 - 20:17

    Je partage en partie les analyses faites par vos articles et autres déclarations.Il n’en reste pas moins, que les dirigeants des pays tels que la russie, l’inde, la chine, sont de véritables courroies de transmission du système capitaliste à l’agonie...au sein de leurs nations.
    Il n’y aura pas de guerres ! Vous êtes sur une fausse analyse ! Le capitalisme financier continuera son oeuvre de phagocytose dans ces pays,d’exploitation effrénée, jusqu’à ce que les masses prennent conscience qu’il faille balayer au travers d’une révolution MONDIALE tout le système.Car nous sommes bel et bien face à une crise conjointe de l’impérialsme... et des survivances de la bureaucratie stalinienne.Le mouvement est incontestablement engagé,il se cherche inconsciement ou à demi conscient.Viendra le moment où celui-ci s’organisera de lui-même, dans la lutte,grâce à des organisations syndicales et politiques non corrompues.Voilà la seule issue pour l’humanité...en clair:la barbarie ou le socialisme.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/12/2011 - 20:25

    Ce scénario est mis en place, soit !

    Où est la démocratie ?
    Le suffrage universel a-t-il encore un sens ?

    Peu importe alors le président....

    Pourquoi alors aller voter pour Sarkhollanbayvillemélanpen ?
    L’un ou l’autre ...

    Puisque la France ne sera plus un état nation libre mais une pompe à "phynance". Les Shadocks sont de retour...
    Il s’agit de la même génération d’hommes...qui n’ont pas voulu grandir, ni évoluer, ni réfléchir malgré leur arrivée à l’âge de la retraite !!!
    Alors qu’ils aillent vite s’occuper de leurs petits enfants cela pourrait suggérer à leurs enfants que l’autre existe !!!!

    Répondre à ce message

  • gdfontaines • 17/12/2011 - 14:18

    Montauban, Albi, Toulouse .. Grenade sur Garonne .. il est l’heure .. l’heure de s’éveiller à l’appel de Jacques Cheminade et de nommer nos PECORA afin d’aller ouvrir les comptes et bilans de ces messieurs de la finance : ils ont des comptes à rendre ! DES COMPTES A RENDRE AU PEUPLE. Nos deniers doivent servir le BIEN PUBLIC pas les poches des fossoyeurs du Casino and C° !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard