Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

AccueilActualité
Brèves

AIG, Fannie Mae : l’échec du plan Paulson sonne le glas de la bulle des dérivés

La rédaction
visites
2255
commentaires

11 novembre 2008 (LPAC/Nouvelle Solidarité) – La faillite, évitée de justesse, d’AIG, tout comme la perte de 29 milliards de dollars par Fannie Mae au troisième trimestre, montrent ce qui nous attend ailleurs dans le monde : la mobilisation de l’argent du contribuable pour sauver à tout prix des banques dont l’irresponsabilité et la cupidité ont conduit à des pertes colossales, par le biais de spéculations insensées, est un leurre.

La Réserve fédérale américaine vient de le constater, car elle à dû sauver, pour la troisième fois, l’American International Group (AIG), le leader mondial de l’assurance et des services financiers, considéré comme une « institution systémique ». Au terme du plan annoncé hier, elle doit mettre 150 milliards de dollars d’argent public pour éviter la banqueroute du groupe.

Le 16 septembre, au lendemain de la faillite de Lehman Brothers, la Fed avait consenti un premier prêt de 85 milliards de dollars. Or, dès la mi-octobre, ce prêt avait dû être complété par une rallonge de 37,5 milliards de dollars.

Ces sommes, écrit Le Figaro, sont constituées de liquidités à court terme, utilisées par AIG en contrepartie de ses engagements, notamment sur le marché des dérivés de crédit où le groupe assure un volume de plus de 370 milliards de dollars de contrats (à fin septembre).

Aujourd’hui, le Trésor va consacrer 40 milliards de dollars à acheter des actions de préférence et reprendra des contrats de risque de crédits (Credit Default Swaps ou CDS) pour 30 milliards de dollars.

Le sauvetage du sauvetage de l’AIG nous conduit à la bulle des bulles, celle des millions de milliards de dollars engagées dans les produits dérivés.

La solution ? Comme le recommandent à juste titre Lyndon LaRouche et Jacques Cheminade : soit nous procédons au triage des titres toxiques, séparant le bon grain de l’ivraie, soit ce sont les populations qui seront elles-mêmes soumises au triage, à moins qu’elle ne se révoltent contre un remake des pages les plus sombres des années trente.

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 4 commentaires

  • moi • 11/11/2008 - 17:21

    Ils n’ont pas envie que cela s’arrange pour les populations, bien au contraire
    http://leweb2zero.tv/video/alainfini_81491815c18ff13

    MODERATION : Important pour la prochaine fois : les commentaires doivent essayer d’apporter quelque chose, soit sous forme de question ou de réponse. La vidéo que tu postes n’apporte rien de constructif à la réflexion et à la volonté d’intervention politique, en faisant le culte des puissants et de l’impuissance des peuples.

    • johnnada • 14/11/2008 - 20:03

      salut (alain, ?) je suis zeronaute aussi , et je consulte ce site depuis peu aussi.............sur ce site je pense qu’ils sont plus sur une analyse strictement "visible" (en opposition à l’occulte) de l’économie politique mondiale (et c’est respectable)..........donc des videos comme celle ci font tache, malheureusement.
      donc rdv sur le site de karl zero pour les "videos occultes" plus sujettes à polémique....mais ici, c’est pas approprié.

    Répondre à ce message

  • fwed • 13/11/2008 - 16:11

    Effectivement il faudrait suspendre l’activité économique le temps de trier, mais avec les ordinateurs d’aujourd’hui cela devrait etre possible assez rapidement et aurait déjà pu être terminé si les dirigeants s’étaient mis au travail dès la fin août.
    Il aurait fallu garder le système tel qu’il est, trier les actifs toxiques et nationaliser tous les etablissements de credits pour rendre la création monétaire au peuple.
    Mais on nous dit que c’est compliqué voir inextricable, donc on laisse filer la catastrophe jusqu’au point ou on nous dira que le seul moyen est de sauver les banques.
    Ensuite il nous regarderons se battre pour le peu de travail qu’il reste en gagnant moins !

    Répondre à ce message

  • matière invisible • 12/11/2008 - 22:43

    Une question pratique : est ce que le triage des titres toxiques, séparant le bon grain de l’ivraie, ne va pas prendre des années alors que la réaction d’urgence doit se faire en quelques mois voire moins ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide