Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Accord sur les transports ferroviaires entre les deux Corées

La rédaction
visites
765

Après deux ans de retard, les Corées du Nord et du Sud ont signé, le 29 août, un accord prévoyant l’achèvement de la liaison entre les réseaux ferroviaires de la péninsule. La Corée du Sud a déjà achevé sa section de la ligne, interrompue il y a cinquante ans par l’établissement de la « zone démilitarisée ». Il reste à compléter le côté nord pour faire des Corées le centre nord-est du « pont terrestre eurasiatique ». Le 18 septembre, on ouvrira les chantiers sur les lignes principales des voies ferrées transcoréennes, le long des côtes est et ouest de la péninsule. Ces accords entrent dans le cadre de politiques de coopération régionales plus larges, impliquant le Japon, la Russie et la Chine.

Le 30 août, le Premier ministre japonais Koizumi a annoncé qu’il allait se rendre à Pyongyang le 17 septembre pour le premier sommet nippo-nord-coréen. Cette visite est soutenue par le président Poutine et le président chinois Jiang Zemin. Koizumi pourrait aussi inviter le président nord coréen Kim Jong Il à se rendre au Japon.

Auparavant, Kim Jong Il s’était rendu du 20 au 24 août à Vladivostok, où il a rencontré le président Poutine, qui insista sur la nécessité d’une liaison ferroviaire entre les Corées et l’Europe via la Russie. Les responsables du ministère russe des Chemins de fer ont fait valoir que la connexion entre le Transsibérien et les voies ferrées transcoréennes permettrait de créer la plus longue voie ferrée du monde - 14 000 kilomètres - qui pourrait transporter annuellement 500 000 containers et rapporter 1 milliard de dollars en commissions de transit chaque année. Moscou estime à 3 milliards de dollars la modernisation nécessaire en Sibérie et en Corée du Nord, et a offert de rembourser les 1,7 milliards de dollars de dettes que doit l’Union soviétique à la Corée du Sud, au moyen d’investissements communs dans le projet ferroviaire.

Lors de la deuxième manche des négociations économiques inter-coréennes à Séoul, le vice-ministre sud-coréen des Finances, Yoo Jin-shik, et le vice-président de la Commission de planification nationale nord-coréenne, Chang-ryon, ont annoncé un accord en huit points sur trois projets économiques communs :

  • Début de la construction, le 18 septembre, de la section nord de la ligne de la côte ouest, Séoul-Pyongyang-Shinuiju-Pékin. La ligne Séoul-Shinuiju devrait être achevée « d’ici la fin de cette année ». Une nouvelle route sera construite le long de la côte ouest « au printemps prochain ». Des travaux vont aussi débuter sur une autoroute le long de la côte est.
  • Des travaux débuteront sur la ligne de la côte est, reliant les deux Corées et se dirigeant vers Vladivostok en Russie, qui devraient être achevés « en une année ». Le Sud a aussi promis au Nord des équipements et du matériel pour aider à se débarrasser des mines en zone démilitarisée et construire des voies ferrées.
  • Des discussions au niveau militaire se tiendront avant le 18 septembre, pour préparer les liaisons ferroviaires transfrontalières. D’autres discussions économiques intercoréennes sont déjà prévues pour les 13 et 15 septembre.
  • La construction d’une zone industrielle à la ville frontalière nord-coréenne de Kaesong débutera « cette année », avec l’entière coopération de la Corée du Sud.
  • Une surveillance commune du fleuve Imjin dans la zone démilitarisée sera effectuée en novembre, pour établir un contrôle commun des inondations.
  • Quatre accords antérieurs sur les garanties d’investissements et la prévention de la double taxation vont être appliqués.
  • Séoul fournira bientôt 400 000 tonnes de riz et 100 000 tonnes d’engrais à Pyongyang.
Contactez-nous !