Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Revue de livre

Affaire Boulin : Le dormeur du val

La rédaction
visites
1408
commentaires

JPEG - 9 ko

Affaire Boulin
Le dormeur du val

par Fabienne Boulin-Burgeat
Editions Don Quichotte
304 pages


Cette fois, c’est Fabienne Boulin-Burgeat elle-même, la fille de l’ancien ministre du Travail de Valéry Giscard d’Estaing, qui est montée au créneau avec un livre qui représente plus de trente ans de combat familial, pour exiger que toute la lumière soit faite sur l’assassinat de Robert Boulin, dont le corps fut retrouvé à l’Etang Rompu de la forêt de Rambouillet, le 29 octobre 1979.

Jusqu’à maintenant, la vérité sur ce crime maquillé en suicide avait été vaillamment défendue uniquement par quelques courageux journalistes d’investigation qui ont bravé tous les interdits et toutes les menaces, tels Francis Christophe qui avait publié, en 1999, Le grand maquillage. L’affaire Boulin 20 ans après , ou Benoit Collombat, grand reporter à France-Inter qui consacra cinq ans à une contre-enquête, L’homme à abattre, parue chez Fayard en 2008, sans que nous puissions tous les citer ici.

Mais le 8 juin 2010, lorsqu’elle apprend, à la suite d’une nouvelle demande de réouverture de l’instruction, que les lettres que son père aurait adressées à neuf personnes avant de mourir seraient, elles aussi, disparues du dossier, tout comme le sang, les poumons, les viscères et tant d’autres pièces du dossier ; lorsqu’elle apprend que le Procureur général de la Cour d’appel de Paris, M. Falleti, tout juste nommé, vient de refuser une fois de plus la réouverture de l’instruction demandée par son avocat, Me Olivier Morice, c’est à ce moment-là qu’elle décide d’écrire ce livre poignant au titre évocateur, Le dormeur du val , du titre du poème d’Arthur Rimbaud.

Le livre égrène, un à un, une fois de plus, tous les arguments qui permettent de rejeter totalement la « thèse officielle » du suicide de Robert Boulin et s’étend beaucoup plus sur les raisons de son assassinat. Laissant à la justice le soin de trouver les coupables, Fabienne Boulin-Burgeat présente néanmoins un dossier accablant contre les réseaux de Jacques Foccart, agissant pour le compte du RPR de Jacques Chirac. Fondateur du Service d’action civique (SAC), organisation de sécurité créée à l’origine pour combattre les réseaux terroristes de l’OAS en pleine guerre d’Algérie, mais qui a dérivé ensuite dans la criminalité, Foccart fut aussi le Monsieur Afrique du parti « gaulliste », ayant accès aux sources d’argent sale provenant d’Afrique, qui constituent depuis toujours le carburant des campagnes électorales, à droite comme à gauche.

Mais si elle oriente ses soupçons sur le RPR, Fabienne Boulin pose aussi des questions pertinentes sur le jeu de Giscard et surtout de son ministre de l’Intérieur, Michel Poniatowski, cet homme qui avait dit s’extasier devant les combats qui opposent les fourmis noires aux fourmis rouges. La mort de Robert Boulin eut lieu, en effet, dans un contexte de tension extrême entre le parti de Valéry Giscard d’Estaing au pouvoir, qu’une faction de gaullistes historiques en dissidence avec Jacques Chirac avait rejoint, dont Robert Boulin, et le RPR présidé par Jacques Chirac. La tension a atteint son paroxysme lorsque Giscard laissa entendre que pour gagner la prochaine présidentielle, il envisageait de nommer Robert Boulin, un gaulliste social, à Matignon, en remplacement de Raymond Barre dont les politiques d’austérité avaient fait chuter fortement la popularité du régime.

Giscard d’Estaing a-t-il eu réellement l’intention de nommer Boulin à Matignon ou s’agissait-il uniquement d’un plan machiavélique pour affaiblir le RPR ? Voilà la question que pose Fabienne Boulin-Burgeat . « Mon père se sentait exagérément exposé » , dit-elle en le citant : « Si un président veut prendre un nouveau Premier ministre, il le fait. Faire courir le bruit sans le nommer est dangereux. » Dans L’expérience du pouvoir , Raymond Barre rapporte le climat de violence inouïe qui s’était créé : « Un Premier ministre RPR aurait été flingué sur le champ, pour reprendre l’expression de Peyrefitte. » Quant à Poniatowski, Fabienne Boulin le soupçonne d’avoir compté sur l’affaire « Boulin » pour chasser celle des diamants de Bokassa, qui venait d’être lancée contre Giscard.

Mobile de son assassinat ? La contre-attaque que Boulin préparait contre une affaire de corruption montée de toutes pièces pour le discréditer, où il était accusé d’avoir agi en faveur d’un affairiste en délicatesse avec la justice, Henri Tournet, collaborateur de Foccart, en échange d’une propriété à Ramatuelle.

Selon Fabienne Boulin, la contre-offensive allait directement au cœur du financement du RPR, comme l’a déclaré à Rue 89 le journaliste Jean Mauriac, citant les anciens ministres Michel Jobert et Olivier Guichard. Boulin « faisait peur » , parce qu’il « en savait trop sur le financement du RPR, en particulier par le biais de Saddam Hussein » , mais aussi de Bongo. Fabienne Boulin rapporte également les titres des dossiers confidentiels que son frère avait vu dans le coffre des affaires de son père : « Elf Aquitaine transaction CER », « Dassault », « Sécurité sociale malversations » , et, déjà à cette époque, « Arabie saoudite avions transactions ».

Nettoyer les écuries d’Augias

L’enquête minutieuse, dont les principales avancées sont le fait du seul combat de la famille avec ses avocats, est en soi remarquable. Mais les leçons que le peuple pourra tirer du combat de cette famille pour rétablir la justice, envers et contre tous, seront peut-être la contribution principale de ce livre au grand nettoyage des écuries d’Augias, qui doit avoir lieu ici comme en Egypte ou en Tunisie.

A longueur de pages, Fabienne Boulin-Burgeat décrit la peur qui saisit les esprits et les ventres face à la brutalité de la tyrannie, amenant la plupart des proches et des collaborateurs de la famille Boulin à accepter la thèse du suicide et à s’éloigner d’elle. Une anecdote illustre ce phénomène : sa mère ayant été invitée à une réunion mondaine où se trouvaient bon nombre d’anciens compagnons politiques de son père, ce soir-là, chaque fois qu’elle a tenté de les approcher, tous lui ont tourné le dos « si bien qu’elle eut l’impression d’être devenue, selon ses propres mots, "la statue du commandeur" » de Don Juan !

Fabienne Boulin décrit avec force le combat intérieur de sa famille, habituée à vivre depuis toujours sous les dorures de la République, pour faire face émotionnellement à la terrible réalité du meurtre. Et, au fur et à mesure qu’elle rapporte ce processus, le voile se déchire aussi pour tous ceux qui lisent l’ouvrage et qui veulent encore croire à cette République française dévoyée, qui ne se relèvera pas avant que ce crime d’Etat, et tant d’autres depuis, ne soient punis.

Poignant, ce livre nous donne une leçon d’optimisme et nous touche profondément par sa poésie et parfois même, son sens de l’humour. Evoquant ce terrible secret du meurtre de son père, elle fait le parallèle avec l’œuvre d’Ionesco, Amédée ou Comment s’en débarrasser , qui raconte l’histoire d’un couple, Amédée et Madeleine, qui vit dans l’obsession du secret que renferme la chambre d’à côté jusqu’au moment où une énorme paire de jambes surgit de la porte, révélant qu’un cadavre était caché derrière elle. Ayant attrapé la maladie incurable des morts : « la progression géométrique » , ce cadavre grandit inexorablement…

De tous ces combats, dit-elle, « j’en ai tiré une leçon : sortir du silence est la meilleure façon de résister aux menaces. (…) Alors, à tous ceux qui ont des choses à dire sur l’affaire Boulin, et qui hésitent encore à le faire par peur de possibles représailles, mon conseil est le suivant : parlez ! parlez ! parlez ! »

Un conseil qui est aussi bon en politique !


Lire aussi :


Le Dormeur du Val

Par Arthur Rimbaud

(Octobre 1870)

C’est un trou de verdure où chante une rivière
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Voir les 4 commentaires

  • RICORDEAU • 18/02/2011 - 09:56

    Après avoir lu ce livre, il est urgent que les médias et les français qui s’honorent, demandent la réouverture de ce dossier avant que les commanditaires de ce meurtre ne décèdent ou perdent la mémoire !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 16/02/2011 - 11:22

    Bravo à Fabienne Boulin pour son livre ainsi refaire parler de la mort de son père et de l’"enquête" ....

    Que ceux qui savent, parlent enfin !!

    Juste pour compléter, Francis Christophe (que je salue ici : bac Lisbonne ...) grand spécialiste de cette affaire depuis plusieurs décennies, avait été contacté par la BBC pour réaliser un documentaire sur ce sujet qui finalement n’a pas (sauf défaut de ma mémoire) été diffusée en Angleterre ni même en France pour des raisons qui pourraient être intéressantes....
    Francis, si tu lis ces mots .......

    • francis • 17/02/2011 - 06:24

      Non, malheureusement, la BBC n’a jamais réalisé de documentaire sur l’affaire Boulin. En revanche Canal + a fait un excellent 90 mn, diffusé en 2002.

      Tout cela est expliqué en détail dans l’excellent livre de Fabienne Boulin, le dormeur du val, qu’il faut absolument lire !

    Répondre à ce message

  • Pollix • 16/02/2011 - 21:37

    « Robert Boulin n’est pas mort noyé », affirme un ancien gendarme
    PARIS, 3 fév 2011 (AFP)

    ou comment une machine d’état peut maintenir sous silence les coups fourrés des politiques assoifés de pouvoir...

    Le méthane commence à remonter des marécages...vivement que cela fasse boum !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide