Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Afghanistan : la situation s’aggrave de jour en jour

La rédaction
visites
726
commentaire

Malgré la rapidité du « changement de régime » en Afghanistan l’année dernière, la violence et le désordre se sont aggravés dans tout le pays depuis le renversement des talibans. Le gouvernement par intérim du président Hamid Karzaï n’aurait de toute évidence aucune chance de survivre si les troupes américaines et de l’ISAF partaient. Les attaques contre les 16 000 soldats américains en Afghanistan ont augmenté au cours de l’année, tandis que le chaos se répand rapidement au Pakistan. A ce stade, la majeure partie de la frontière afghano-pakistanaise n’existe plus et les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, ainsi que le port de Karachi, en sont réduits à une situation chaotique de type afghan.

Le 5 septembre, le président Karzaï a fait l’objet d’une tentative d’assassinat à Kandahar, son fief, quelques heures seulement après l’explosion d’une voiture piégée à Kaboul qui a fait au moins 36 morts et 200 blessés. Si Karzaï a réussi à échapper aux balles tirées contre sa voiture, c’est grâce aux gardes de sécurité américains qui le protègent maintenant 24 heures sur 24. Un expert afghan a noté que la présence de gardes du corps américains auprès de Karzaï montrent sa faiblesse et son isolement. « Si Karzaï ne peut même pas trouver, parmi ses compatriotes pachtounes, vingt gardes du corps vraiment dignes de confiance, alors l’espérance de vie de son régime se chiffre en mois, tout au plus ».

Cette source a noté que, dans les zones pachtounes, mais aussi de plus en plus ailleurs, les troupes américaines sont considérées comme des « occupants étrangers ». L’absence de toute reconstruction économique sérieuse, en grande partie du fait du manque de fonds étrangers, aggrave l’instabilité.

De bonne source, on apprend que les régions pachtounes au sud et à l’est de l’Afghanistan - qui sont frontalières des régions pachtounes du Pakistan, échappent au contrôle de Kaboul. C’est là le berceau des talibans. Dans ces régions, les seigneurs de la guerre profitent des plus grosses récoltes d’opium depuis de nombreuses années et se mobilisent désormais - ranimant apparemment aussi bien les talibans que les forces Hezb-e-Islami de Gulbuddun Hekmatyar. Le ministre afghan des Affaires étrangères, Abdullah Abdullah, a visité le Pakistan la semaine dernière, où il a exigé que l’agence de renseignement pakistanaise ISI cesse d’armer Hekmatyar - l’ancien dirigeant moudjahidine anti-soviétique sponsorisé par les Etats-Unis, qui appelle maintenant à une djihad contre les Etats-Unis et les autres troupes étrangères en Afghanistan ! De même, l’ancien général pakistanais de l’ISI, Hamid Gul, qui est certainement très bien informé sur la situation afghane, prétend maintenant que « les Etats-Unis sont dehors et que les talibans reviennent » en Afghanistan.

Cette aggravation du chaos en Afghanistan devrait servir de mise en garde aux « utopistes » à Washington, qui poussent à la guerre contre l’Irak.

Contactez-nous !

Don rapide