www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Agriculture

Agriculture : sans régulation, on restera sur sa faim

1121 visites | 3 commentaires

Plus de 52000 agriculteurs ont choisi le 16 octobre, journée mondiale de l’alimentation, pour mener des opérations escargots dans les grands centres urbains, et une botte de foin fut même allumée sur les Champs-Élysées à Paris. Après l’épandage de millions de litres de lait par des producteurs asphyxiés, c’est tout le monde agricole qui se mobilise pour sa survie. La Bourse de Paris a grimpé de 54% depuis le 9 mars, mais depuis le début de l’année, le revenu paysan a baissé en moyenne de 20%, et si le consommateur a vu les prix des produits alimentaires augmenter de 0,2%, les prix agricoles ont chuté de 15,6% depuis un an. Pendant que Goldman Sachs et J.P Morgan distribuent des bonus « indécents », ceux qui s’endettent pour payer leurs dettes s’exclament : « Au secours, on meurt ! »

Les tracteurs reprennent le chemin des centres villes. Tout un symbole. Combien de citadins boboïsés et leurs enfants playstationisés ont réellement conscience que sur les 1,38 milliard d’agriculteurs de la planète, à peine 28 millions (2%) disposent d’un tel engin, tandis que quelques 250 millions font tirer leurs charrues par des animaux et 1 milliard ne laboure qu’à la force des bras ! En vérité, ce sont donc les fermiers les plus productifs de l’humanité qu’on laisse crever chez nous, précisément parce qu’ils veulent produire pour nourrir le monde !

Au moment où l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souligne que depuis les émeutes de la faim de mars 2008, le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation chronique a augmenté de plus de 90 millions pour atteindre aujourd’hui 1,02 milliard, la survie des agriculteurs se trouve menacée. Si la flambée des prix agricoles a mis la planète en alerte, c’est leur écroulement qui l’affame de façon chronique. « Près des deux tiers des victimes de la faim sont des paysans » [des pays pauvres], rappelle Marc Dufumier, professeur à AgroParisTech.

En 1980, 17% de l’aide publique au développement ciblait l’agriculture. Avec la mondialisation et la « chasse au protectionnisme », ce pourcentage n’est plus que de 3,8 %. Si en août dernier, le G8 élargi d’Aquila a décidé de renforcer la capacité de production agricole des pays en développement, pour créer un semblant de sécurité alimentaire, le G20 de Pittsburgh de septembre a une fois de plus appelé avec enthousiasme à une dérégulation accélérée des échanges mondiaux grâce à la conclusion rapide du cycle de Doha, organisé dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Pourtant, « organisé de façon à tirer les prix vers le bas, ce libre échange nuit au développement économique et social des pays », constate un expert de l’Agence française de développement. Mettre en concurrence des paysans dont la productivité diffère de plus de 1000% est le sport préféré des cartels agro-alimentaires, qui font leur marge avec l’intermédiation et la spéculation.

Sans régulation, pas d’agriculture ! Mais comment réguler l’agriculture si l’on dérégule tout le reste de l’économie et des finances ? Cessons enfin de vouloir « adapter » l’agriculture à la mondialisation. Battons-nous pour recréer un ordre financier et économique mondial qui mette le crédit au service du producteur et du consommateur. Sans cette ambition, on restera sur sa faim.

Vidéo :

L’agriculture avec les yeux du futur

Articles :

— Jacques Cheminade : Vivre au pays avec une PAC pour alimenter le monde
— Henry Wallace et la "révolution verte" ou l’art de nourrir la planète

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 18 octobre 2009 à 19:44
    par Musengeshi Katata

    Ce qui arrive actuellement ne m´étonne pas du tout ; le pire va encore arriver avec pratiquement l´écroulement de l´agriculture occidentale dans une concurrence interne effroyable dans cette crise. Voilà le prix à payer quand on a pendant vingt ans refusé de faire des réformes et quand, pour cacher les choses, on a crû qu´il suffisait de s´agrandir à l´Est. Les pays de l´Est nouvellement arrivés dans l´Union veulent eux aussi vendre !

    Musengeshi Katata
    Forum Réalisance

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2009 à 18:31
    par Michele

    Nouvel ordre mondial de l’horreur comme le veut sarkozy et obama, non merci.Les peuples ne veulent pas se battre et crever pour une minorité de friqués.

    Répondre à ce message

  • Le 17 octobre 2009 à 14:47
    par Naullay

    L’objectif des Elites Globalistes, responsables de la dé-régulation des marchés et de la dérive Ultra-libérale, est le NWO. Dictature de l’Elite, qui nécessite de supprimer une grande partie des populations inutiles par Guerres (le Pakistan démarre, bientôt l’Iran), Famines (on y est : ruiner les agriculteurs !) et Pandémies artificielles (la Grippe A : on y est). Ruiner les paysans est un élément du Plan pour créer le Chaos. Du chaos émergera le Nouvel Ordre Mondial que les Elites proposeront aux peuples comme solution providentielle à toutes ces catastrophes. Parabole du Pompier pyromane...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet