Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Al Gore candidat de l’establishment ?

La rédaction
visites
976
commentaire

28 avril 2008 (LPAC) — Lyndon LaRouche a très tôt dénoncé la campagne de Barak Obama comme ayant pour seul but d’évincer l’influence (et la compétence) des Clinton de la course à la Présidentielle et de laisser le champs libre à un candidat de l’establishment. Mais voilà, malgré les pressions et la malhonnêteté médiatique, Hillary Clinton est toujours là. Alors que faire ? Et bien tout remettre à zéro et sortir un candidat de « compromis » du chapeau. Al Gore le compromis, par exemple…

C’est ce qu’explique Greg Mitchell dans une tribune intitulée « Al Gore for Président ? Party like it’s 1924 », parue sur HuffingtonPost.com : « Si Hillary s’en sort bien jusqu’en juin et que le combat devient encore plus dur, essayez d’imaginer ce à quoi ressemblera l’atmosphère. Avec Clinton qui nourrit déjà une attitude anti-Obama et les partisans d’Obama prêts à s’offenser de la nomination « volée » par Hillary, est-il impossible qu’une « troisième voie » puisse être considérée ? »

Mitchell invoque le précèdent de la convention de 1924, pendant laquelle un nouveau scrutin avait été mis en place, les primaires n’ayant pas pu départager 2 candidats démocrates.

Pour la petite histoire, le « troisième homme », le gouverneur de Virginie, John W. Davis, fut battu lors de l’élection générale par Calvin Coolidge…

Contactez-nous !

Don rapide