Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Al Gore veut peser dans la campagne d’Obama

La rédaction
visites
1214

25 juin 2008 (LPAC) – L’agent de la famille royale anglaise, Al Gore, qui partage avec le Prince Philippe le souhait de voir disparaître une vaste majorité de la population mondiale, tente de peser de tout son poids dans la campagne présidentielle de Barak Obama (et pour l’instant, les supporters d’Obama se laissent berner par la perfidie d’Al Gore.)

Des sources proches de l’équipe de campagne d’Obama confirment qu’Al Gore a été embauché par celle-ci comme « poids lourd », pour prendre en charge leurs relations épineuses avec le directeur du DNC (Democratic National Committee) Howard Dean, ainsi qu’avec la sénatrice Hillary Clinton. Selon les mêmes sources, il existe un état de guerre latent entre la campagne d’Obama et Howard Dean à cause du saccage des finances du parti par celui-ci et de ses tentatives de garder jalousement le pouvoir en n’accédant pas aux requêtes de l’équipe d’Obama visant à relocaliser les principales fonctions du DNC à Chicago, près de son QG. Elles rapportent enfin qu’il y a de vraies batailles de requins entre Dean etson patron Georges Soros.

Comme LaRouche l’a répété à plusieurs reprises, les patrons fabiens d’Al Gore ne veulent pas qu’Obama gagne la présidentielle. Ils l’ont simplement utilisé pour qu’Hillary Clinton ne soit pas investie comme candidate démocrate. Maintenant que c’est chose faite, ils veulent faire tomber Obama en utilisant un des ses nombreux scandales, qu’ils sont prêts à faire sortir par le biais d’un magnat des médias, tel le britannique Ruppert Murdoch. Le même appareil de presse de « Beaverbrook » qui avait mis Obama sur un piédestal pour déloger Clinton, est maintenant prêt à le balancer. Le problème pour Londres reste cependant que Clinton n’est pas encore vraiment hors-course, comme ses troupes de supporters l’ont montré par leurs efforts pour obtenir une convention ouverte à Denver. Si Obama était abattu, Clinton resterait la seule alternative légitime aux yeux de la majorité des démocrates ainsi que des électeurs indépendants.

Dans les coulisses du Parti démocrate, il ne fait aucun doute qu’Al Gore est prêt à saisir la place de candidat pour la présidentielle, si Obama est renversé avant la convention de fin août à Denver. Gore est le « joker » de Londres pour assurer qu’Hillary Clinton, avec ses 18 millions de supporters, ne sera pas investie.

Visiblement, les chefs de campagne d’Obama comprennent qu’ils doivent désormais se battre avec Dean, mais ils n’ont pas l’air de mesurer la menace que représente l’agent britannique Al Gore. Un renard de 400 kg vient de se faire remettre les clés du poulailler d’Obama.

Contactez-nous !