Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Allemagne : assaut contre l’intérêt commun

La rédaction
visites
767

On assiste en Allemagne à une perfide campagne visant à créer « une nouvelle république », qui ne respecte plus le principe de l’« inviolabilité de la dignité humaine », tel qu’il est affirmé dans le paragraphe 1 de la Loi fondamentale allemande. L’interprétation « correcte » de ce paragraphe fait l’objet, depuis des mois, d’un débat entre experts constitutionnels. En même temps, des cercles néo-libéraux et néo-conservateurs ne cessent de marteler que les notions de « bien commun » et d’« économie sociale de marché » sont « dépassées » à l’heure de la « mondialisation ».

Angela Merkel, présidente de l’Union « chrétienne » démocrate (CDU), s’est fait l’avocate de cette démarche politique. Déjà, dans son discours du 3 octobre 2003 sur la « réforme » de l’aide sociale, Mme Merkel avait tourné le dos à l’idée du bien commun. A présent, elle envisage de rejeter l’idée selon laquelle la liberté humaine et le libre arbitre constituent le fondement de la dignité humaine. Le 19 juillet, Mme Merkel a fêté son cinquantième anniversaire par un événement public à Berlin, dont l’orateur d’ouverture était - à sa demande - le Pr Wolf Singer.

Ce professeur, directeur de l’Institut Max Planck de recherches cérébrales de Francfort, est une personnalité très controversée dans le monde scientifique et politique outre-Rhin, en raison de ses arguments, de type eugéniste, contre la notion selon laquelle l’homme possède un libre arbitre. Pour Singer, le « cerveau » est en grande partie génétiquement programmé et si le comportement humain peut être légèrement modifié pendant l’enfance, il est par la suite déterminé. Selon Singer, le libre arbitre, la raison et la conscience de l’homme ne sont que des illusions. Lors de la fête d’anniversaire de Mme Merkel, Singer déclara que « toute la tradition théologique et philosophique de l’Occident » n’avait été qu’une illusion. Le christianisme, dit-il, est un « système religieux condamné ».

En outre, Singer estime que les processus complexes de la société et de l’économie sont inaccessibles à l’esprit humain. Il n’existe pas de capacité intellectuelle à « comprendre » l’ensemble de la société - comme le proclamèrent aussi Adam Smith et, plus récemment, Friedrich Von Hayek. Par conséquent, tout « grand dessein » pour la société ou l’économie est voué à l’échec. Puisque la planification à long terme est une « illusion », il recommande que les gouvernements se limitent à des approches « par tâtonnements » dans des domaines politiques strictement limités.

L’idéologie de Singer sert d’instrument dans la tentative de « transformer » la société allemande de façon à éliminer les principes de bien commun et de dignité humaine et, du même coup, le modèle d’« économie sociale de marché » ou de « capitalisme rhénan ». A noter que le site internet de Mme Merkel met en avant non seulement le professeur Singer, mais aussi le directeur du cabinet américain d’experts-conseils McKinsey & Co. en Allemagne, le Dr Jürgen Kluge. Selon ce dernier, « ce qui manque [chez les politiciens allemands] est la volonté de prendre des décisions impopulaires et d’effectuer des coupes claires ». Hjalmar Schacht aurait certainement applaudi.

Le fait que Merkel ait permis à cette personne de s’adresser aux dirigeants de la CDU ainsi qu’à d’autres personnalités politiques de haut niveau à Berlin, constitue l’un des grands scandales de l’histoire politique allemande récente. Helga Zepp-LaRouche, présidente du BüSo en Allemagne, a annoncé le 23 juillet que la campagne de son parti aux élections régionales de Saxe allait faire de ce scandale un thème de débat sur la scène politique allemande.

Contactez-nous !