Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Allemagne : le SPD joue sa dernière chance

La rédaction
visites
775

Il paraît peu probable que les sociaux-démocrates puissent éviter une nouvelle défaite aux élections du 22 mai en Rhénanie du Nord-Westaphalie, avec tout ce que cela implique pour le gouvernement fédéral de Schröder. Certes, au cours des dernières semaines de la campagne, la direction du Parti a évoqué le thème primordial de la défense de l’intérêt général, comparant les marchés financiers à des « sauterelles » et soulignant le rôle nécessaire de l’Etat, mais elle s’est montrée incapable de formuler des politiques économiques ou financières concrètes, susceptibles de promouvoir cet intérêt général. On se rappelle la grave erreur commise l’année dernière par le SPD, lorsqu’il ne saisit pas l’occasion des manifestations du lundi pour revenir sur sa désastreuse « réforme » du marché de l’emploi et adopter un ambitieux programme d’investissements publics dans l’emploi productif - tel que le propose Helga Zepp-LaRouche, du BüSo (Mouvement des droits civiques-Solidarité).

Il semble à présent que le SPD va reporter à l’automne le débat sur une autre politique économique, laissant un grand vide durant les vacances d’été. En effet, une première session d’« examen programmatique » de certaines sections est prévue pour le 6 juin, suivie d’une conférence extraordinaire le 13 juin et d’un nouvel examen début juillet. Par conséquent, à moins d’un événement sans précédent, les sociaux-démocrates ne proposeront rien de substantiel avant septembre sur le front économique et social. Inutile de dire que la réalité économique - il suffit de mentionner la crise de General Motors - ne respectera pas le « calendrier » du SPD.

La seule chance de renverser la tendance avant l’échéance électorale du 22 mai serait le séminaire organisé le 11 mai à Berlin par le groupe social-démocrate du Bundestag, auquel sont invités des délégués de comités d’entreprise, surtout des industries chimiques, énergétiques et métallurgiques. Le thème central des discussions sera la « politique industrielle ». Les principaux orateurs, à cette occasion, seront le chef du parti, Franz Müntefering, le ministre de l’Economie et du Travail, Wolfgang Clement, le président national de la confédération syndicale DBG, Michael Sommer, et le directeur de l’Institut de la Macroéconomique et de la Recherche conjoncturelle, Gustav Horn. Si le SPD et le gouvernement Schröder tiennent vraiment à effectuer des changements positifs, ils le manifesteront lors de ce séminaire.

Contactez-nous !