Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Allemagne : les syndicats réclament des mesures d’urgence

La rédaction
visites
781
commentaire

Trois cents responsables de comités d’entreprise se sont réunis le 11 mai à Berlin pour une conférence extraordinaire, organisée par le groupe parlementaire du Parti social-démocrate. L’orateur principal, le dirigeant du SPD Franz Müntefering, a déclaré que l’Allemagne se trouvait devant une décision fondamentale : a-t-elle encore un avenir industriel, en tant que nation productrice, ou l’avenir sera-t-il dominé par les positions anti-syndicales et anti-Etat social des néo-conservateurs de la CDU, du FDP et des financiers ? Le SPD, dit-il, doit défendre les intérêts industriels.

Le responsable de la confédération DGB, Michael Sommer, a repris le même thème. L’Allemagne doit rester une grande nation industrielle, produisant des biens de haute qualité pour l’exportation. Il ajouta cette phrase, sans doute la plus intéressante de la conférence : « Lorsque la crise économique mondiale frappera, lorsque les marchés financiers entreront dans la grande crise, l’Allemagne, dont la base industrielle constitue 40% de l’emploi total, sera bien mieux préparée pour le choc que la Grande-Bretagne, par exemple, avec ses 18%. » Sommer appela les travailleurs à se réveiller et se battre pour la défense de l’Etat social.

La plupart des représentants du monde du travail ont protesté contre la politique anti-sociale du gouvernement, notamment l’Agenda 2010 et Hartz IV, critiquant fortement, par ailleurs, le manque d’investissements dans le secteur des transports publics, où les capacités d’ingénierie et de construction sont menacées. Un représentant de Siemens a souligné que le « marché » libre ne saurait jamais s’occuper des transports publics, qui relèvent de par leur nature même de l’intérêt général.

D’autres participants ont demandé au gouvernement de prendre des mesures contre les acquisitions d’entreprise par des fonds de placement ou des hedge funds. Le 13 juin, le chancelier Schröder doit aborder ce sujet lors d’une réunion extraordinaire du groupe parlementaire du SPD.

Contactez-nous !

Don rapide