Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Allemagne : remise en question
du système social de 1949

La rédaction
visites
783

Le 1er juillet, la coalition « rouge-vert » au pouvoir et les partis d’opposition CDU/CSU, qui ont la majorité au Bundesrat (chambre haute), se sont mis d’accord sur une « réforme du marché du travail » particulièrement draconienne, baptisée « Hartz IV ». La direction du SPD et même l’opposition interne parlent d’une réforme indispensable du marché du travail et d’une « consolidation » inévitable du système social. En réalité, le niveau de vie de 4,5 millions de chômeurs de longue durée et de bénéficiaires d’allocations sociales sera durement frappé - sans aucune perspective de création d’emplois.

Les catégories affectées sont les 2,3 millions de chômeurs de longue durée, sans emploi depuis 12 mois (moins de 55 ans) ou 18 mois (plus de 55 ans), et leur famille, ainsi que les 2,2 millions de bénéficiaires d’aides sociales et leur famille. Au bout des 12 (ou 18) mois, les allocations chômage seront réduites à 345 euros par mois, auxquels s’ajouteront les dépenses pour le loyer, le chauffage et l’électricité. Cette somme peut être réduite si les bénéficaires : 1) ne peuvent prouver que c’est indépendamment de leur volonté qu’ils n’ont pas retrouvé d’emploi ; 2) refusent de prendre un emploi qui leur est offert, d’un niveau inférieur à leur niveau de qualification ; et 3) gèrent leurs finances de manière « non économique ». En outre, un ayant-droit ne percevra d’allocations que si son épargne personnelle atteint au maximum 13 000 euros (et celle de son conjoint également).

Comme il manque au moins 7 millions d’emplois dans l’économie allemande, on se demande comment les trois millions de chômeurs de longue durée pourront trouver un quelconque emploi. Sans parler des deux autres millions d’Allemands qui cherchent du travail. Par conséquent, au cours de la prochaine phase de la réforme, on décidera sans doute de réduire les salaires de ceux qui sont encore employés et d’inciter, au moyen de mesures fiscales, les employeurs à créer de « nouveaux » emplois, moins bien rémunérés.

Dans un tract donnant le coup d’envoi à sa campagne aux élections régionales du 19 septembre en Saxe, Helga Zepp-LaRouche, la présidente du BueSo, décrit « Hartz IV » comme l’« attaque la plus brutale contre l’ordre social depuis 1949 ». Rappelant le désastreux précédent de la politique d’austérité de Brüning au début des années 30, qui ouvrit la voie à l’accession des nazis au pouvoir, elle met en avant le programme de développement, centré sur le projet de Pont terrestre eurasiatique, comme seule alternative permettant de promouvoir la croissance économique réelle et de générer des emplois productifs.

Contactez-nous !