Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Allemagne : retour des « Schröderiens » parmi les sociaux-démocrates

La rédaction
visites
907

16 septembre 2008 (LPAC) — Le 7 septembre, l’exécutif du Parti social-démocrate allemand a décidé de proposer l’actuel ministre des Affaires étrangères Frank W. Steinmeier comme candidat à la chancellerie pour 2009, annonçant qu’il soutenait Franz Müntefering comme prochain président du Parti. Müntefering, un proche de l’ancien chancelier Gerhard Schröder, avait lancé, dès le printemps de 2005, une campagne contre les « sauterelles des marchés financiers ». Il fut un temps président du parti, avant d’être renversé par une cabale anti-Schröder en novembre 2005.

Steinmeier fut chef de cabinet de Schröder pendant sept ans, avant de devenir ministre des Affaires étrangères fin novembre 2005. Ce retour des « schröderianers » s’avère positif en matière de politique étrangère, car ils veulent renforcer la coopération avec la Russie et la Chine. Toutefois, comme l’a fait remarquer Helga Zepp-LaRouche, si la diplomatie allemande aurait effectivement tout à gagner d’une chancellerie Steinmeier, la politique économique définie dans l’Agenda 2010, élaboré pendant l’ère Schröder, risque de détruire l’Allemagne en tant que nation.

En effet, le courant des schröderianers est acquis au supra-nationalisme de la Commission européenne et à cet Agenda 2010, au nom duquel on a effectué des coupes claires dans les budgets sociaux, au détriment des conditions de vie de 80% de la population allemande. Et pourtant, l’ancien chancelier social-démocrate Helmut Schmidt vient de déclarer le 15 septembre dans le Bild Zeitung que l’Agenda 2010 n’allait pas assez loin !

Plus personne ne peut nier la débâcle du système financier international, poursuivit Helga Zepp-LaRouche, et encore moins ignorer l’exactitude des avertissements de Lyndon LaRouche. Tout candidat à la chancellerie qui refuse d’ouvrir un débat de fond sur un nouveau système de Bretton Woods est, à ses yeux, incompétent.

Ces questions sont actuellement au premier plan de la campagne électorale que mène le Büso en Bavière en vue des élections du 28 septembre. Dans un spot de 90 secondes, il met en avant l’alternative au krach : un Nouveau Bretton Woods et le développement des infrastructures le long du Pont terrestre eurasiatique, avec notamment la technologie du maglev.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !