Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Alliance stratégique » en Israël contre les frappes sur l’Iran : un répit ?

La rédaction
visites
2443
commentaires

3 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors que les foyers se multiplient pour déclencher un conflit mondial opposant les forces de l’OTAN à la Russie et la Chine, une « alliance stratégique » vient de se former en Israël pour empêcher le gouvernement de se lancer dans un raid contre les sites nucléaires iraniens. Menée par d’anciens dirigeants des forces de sécurité israéliennes et vraisemblablement soutenue parmi l’establishment, cette coalition montre que certains en Israël ne souhaitent pas forcément que leur pays s’autodétruise tel une grenade dégoupillée qu’on balance dans le grand jeu géopolitique britannique.

D’après le quotidien israélien Haaretz, l’ancien patron du Mossad (services secrets extérieurs) Meir Dagan, pour contrecarrer la politique folle de l’équipe au pouvoir, vient de former une « alliance stratégique » politique formée d’experts militaires et de sécurité. Il s’agit en particulier de Gabi Ashkenazi, ancien chef d’Etat-major de l’armée de 2007 à 2011 et de Yuval Diskin, ancien patron du Shin Bet (sécurité intérieure) de 2005 à 2011. Leurs voix s’ajoutent à celles de l’ex-chef du Mossad Ephraim Halevy et de l’ancien chef d’Etat-major Shaul Mofaz.

Par le passé, c’est la faction d’Ashkenazi qui avait cherché à conclure un accord de paix avec la Syrie, ce qui n’était pas du goût du Premier ministre Bibi Netanyahou et de son ministre de la Défense Ehud Barak. Meir Dagan s’est lancé un nouveau défi, à savoir sauver l’Etat d’Israël de lui-même en créant un «  (…) mouvement populaire visant à opérer un changement rapide du régime politique actuel  » car celui-ci « (…) constitue une menace pour l’avenir de l’Etat, et son maintien inchangé conduira à sa perte  ».

Ashkenazi et Dagan ont pris contact avec le bureau du juge Micha Lindenstrauss, actuellement Contrôleur de l’Etat, pour solliciter une évaluation des prérogatives gouvernementales sur les pouvoirs de guerre. A la tête d’une agence indépendante, Lindenstrauss est la terreur des politiciens israéliens et n’hésite pas à formuler les critiques les plus virulentes à l’égard de l’équipe gouvernementale.

Le fait que Meir Dagan, pour la deuxième fois en une semaine, ait pu formuler ses critiques lors d’une émission à la télévision nationale à heure de grande écoute, montre qu’il dispose d’un soutien non-négligeable des élites du pays. « Je m’inquiète d’erreurs possibles et je préfère parler avant qu’une catastrophe se produise » , a-t-il dit. « Je pense que s’engager les yeux ouverts dans une guerre régionale ne se justifie que lorsque nous sommes sous attaque ou quand le couteau s’enfonce déjà dans notre gorge. Ce n’est pas une alternative que l’on peut choisir à la légère. »

Alors qu’Ehud Barak prétend qu’un conflit avec l’Iran coûterait moins de 500 vies dans le pire des cas, Dagan estime au contraire que « le niveau de destruction, de paralysie de la vie quotidienne et le nombre de morts serait élevé ». Récemment, Barak a déclaré qu’Israël disposait de moins d’un an pour effectuer une attaque militaire, une affirmation qui « préoccupe » Dagan pour qui ce calendrier est exagéré.

La guerre des ombres a commencé

Mais gardons-nous d’angélisme : Pour sa part, Meir Dagan est un partisan des opérations clandestines dont il vante l’efficacité. Dans un article retraçant toutes les opérations clandestines de déstabilisation et autres assassinats depuis 2007, le journaliste d’Haaretz Yossi Melman reconnait que « la guerre contre l’Iran a déjà commencé ».

Rappelons qu’il y a quelques semaines, une forte explosion a frappé une base militaire à 40km de Téhéran. Parmi les 18 morts, le général Hassan Tehrani - Moghaddam, directeur du programme des missiles balistiques iraniens. Cette semaine, une autre explosion a secoué la ville d’Ispahan, la troisième ville d’Iran, où se trouve un site nucléaire.

Interrogé par le quotidien Yedioth Ahronoth pour savoir si ces actions de sabotage sur le territoire iranien sont l’œuvre de « la main de Dieu » (une allusion à l’opération « Colère de Dieu »), Dagan a répondu en souriant par l’affirmative. Gary Samore, le conseiller d’Obama sur la question des armes de destruction de masse ne disait rien d’autre en mai 2011 lorsqu’il se déclarait « content d’apprendre » que les Iraniens avaient du mal avec leurs centrifugeuses.

Constatant que le nombre d’actes de sabotages a augmenté de 10 % cette année, Haaretz rappelle tous les dangers d’une telle politique. « Il est certain que la patience de Téhéran est au point de s’épuiser. On l’a vu avec la prise de l’Ambassade britannique par des étudiants cette semaine. Ce n’était pas une rage spontanée : c’était un avertissement d’un régime qui se rend compte que quelqu’un lui a déclaré la guerre sans laisser de trace. Tôt ou tard, le régime des ayatollahs décidera de réagir et ordonnera à ses services de renseignement et d’action de riposter. »

Craintes au Pentagone, incertitude à Tel Aviv

Interrogé par Reuters le 30 novembre, le général Martin Dempsey, chef d’Etat-major de l’armée américaine, a douté être sur la même longueur d’onde stratégique qu’Israël et a déclaré : « Je ne sais si Israël alerterait à l’avance les Etats-Unis, s’il décidait de lancer une action militaire contre l’Iran ». Les militaires américains craignent que par l’attitude Israélienne et l’imprévisibilité d’Obama ne les engage dans une guerre régionale qui tournerait de facto au conflit mondial. Vendredi lors d’une conférence à Washington, le secrétaire à la Défense américain, Leon Panetta, a sommé le gouvernement israélien de remédier immédiatement à « son isolement grandissant ».

Entre temps, Ehud Barak avait réagit en déclarant que « Israël est un Etat souverain et c’est son gouvernement, son armée et ses forces de sécurité qui sont responsables de sa sureté, de son devenir et de sa survie. Nous n’avons pas besoin de guerre inutiles mais nous pourrions définitivement être mis à l’épreuve. »

Voir les 3 commentaires

  • Niala • 04/12/2011 - 16:06

    QU’ILS NOUS PARLENT DU RELANCEMENT DES ECONOMIES ET NON DES GUERRES SI CE N’EST PAS UNE FUITE EN AVANT. ILS SONT DECOUVERTS.

    Répondre à ce message

  • Niala • 04/12/2011 - 16:01

    ECONOMIE PHYSIQUE REELLE. PAS DE GUERRE. SI CE N’EST PAS UNE FUITE EN AVANT. ILS SONT DECOUVERTS.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 04/12/2011 - 01:42

    ...Tous les scénarii sont possibles dans ce climat de tension...

    Ehud-Barak-Obama : rien de bon ne peut en sortir ! ! ! !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide