Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Anciens patrouilleurs » : la campagne de diffamation contre Kerry se retourne contre Bush

La rédaction
visites
826

L’exemple qui suit montre que la campagne présidentielle de John Kerry serait beaucoup plus efficace si elle adoptait la stratégie de Lyndon LaRouche : le président George W. Bush a été obligé de prendre ses distances avec la campagne d’annonces télévisées montée par les Swift Boat Veterans for Truth (Anciens patrouilleurs pour la vérité - un groupe créé par d’anciens protagonistes du Watergate), mettant en cause le comportement de Kerry pendant la guerre du Vietnam. Lorsque, à la suite de LaRouche, le candidat démocrate a enfin décidé d’attaquer directement Bush sur cette question, les rôles se sont inversés.

Dès le 16 août, LaRouche avait diffusé une déclaration dénonçant les spots publicitaires et attaquant Bush, Cheney et d’autres « faucons » du gouvernement pour avoir échappé au service militaire à l’époque du Vietnam, sans hésiter à en envoyer d’autres à leur place sur des bases frauduleuses. LaRouche les qualifie d’« hommes sans honneur ».

Le 20 août, John Kerry a mis Bush au défi de l’affronter publiquement sur leurs états de service respectifs au Vietnam. Trois jours plus tard, le Président, parlant depuis son ranch de Crawford (Texas), a finalement pris ses distances avec les annonces en question - après l’interruption de leur diffusion à la télévision. Il a précisé que Kerry avait « servi admirablement » dans la guerre, et « devrait être fier de ses états de service ». La Maison-Blanche a déclaré n’être pour rien dans les annonces des « anciens ».

Or il s’avère que ceux-ci ont bénéficié des conseils de Benjamin Ginsberg, le principal conseiller de la campagne de réélection du président Bush ! Celui-ci a déclaré au New York Times que le groupe lui avait demandé son aide le mois dernier pour « interpréter les lois sur le financement des campagnes ». Ginsberg prétendit qu’il n’avait rien à voir avec les annonces et que son travail pour ce groupe était « entièrement séparé de son travail pour le Président ». Le porte-parole de la campagne de Kerry, Chad Clanton, a commenté : « Si la campagne de Bush désapprouvait véritablement cette diffamation, son principal avocat ne serait pas impliqué dans le groupe ».

Face au scandale, Ginsberg a démissionné le 25 août de la campagne pour la réélection de Bush/Cheney. C’était la seconde démission de cette campagne en une semaine à cause de l’affaire des annonces. Par ailleurs, certains des anciens patrouilleurs qui ont fait des déclarations sous serment ont dû reconnaître que leurs accusations contre Kerry se basaient sur de simples ouï-dire.

Nul ne doute que la campagne de Bush prépare de nouvelles manœuvres pour tenter d’éviter à tout prix un débat sur les problèmes de fond.

Contactez-nous !