www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Narco-Finance

Antonio Maria Costa attaque les « narco-capitalistes » qui veulent légaliser la drogue

3298 visites | 1 commentaire

Déjà mobilisé depuis plusieurs mois contre le blanchiment massif des narcodollars servant à renflouer les banques américaines et européennes, l’ancien directeur de la lutte antidrogue à l’ONU Antonio Maria Costa a lâché une véritable bombe lors d’un discours à Londres le 2 juillet.

(21ème minute)

Intervenant dans une conférence du principal think-tank de l’Empire financier britannique, le Royal Institute of International Affairs (ou « Chatham House »), il s’en est pris à la campagne pour la légalisation de la drogue menée par ces intérêts financiers en la comparant à la Guerre de l’Opium menée par l’Empire britannique au XIXe siècle.

Il est nécessaire de réorganiser la politique antidrogue pour enrayer la criminalité, mais on ne peut le faire sur la base d’arguments simplistes du genre : légalisons la drogue et le crime disparaîtra. Combattre la criminalité par la légalisation causerait une expansion épidémique de l’usage de drogue ; je peux prouver cela sur la base d’une évidence historique, même si cela va en choquer plus d’un dans cette salle. La pression pour légaliser vient de divers endroits, de personnes bien intentionnées mais inconscientes, et ceux-là je les respecte, et d’autres dangereusement spéculatifs. Ce sont ces derniers que je redoute : en particulier la coalition de banquiers, d’investisseurs, de compagnies pharmaceutiques et consorts, qui dans l’attente de la légalisation dépensent des sommes énormes pour développer des marques de drogue, comme ont pu le faire les industriels du tabac. Il serait néfaste pour la société que le réexamen de la politique sur les drogues mène à l’avènement des narco-capitalistes en lieu et place des narco-mafias, avec une privatisation des profits et une socialisation des coûts sanitaires.

Comme je l’ai dit précédemment, une évidence historique prouve que la légalisation causerait une expansion épidémique de l’usage de drogue, et je l’ai dit, même si cela va choquer certaines personnes dans cette salle. En effet, l’Histoire a montré que l’avidité des investisseurs peut être aussi nuisible que les balles des mafias. Voyez comment la Compagnie britannique des Indes orientales a, pendant plus d’un siècle, fait d’énormes profits en empoisonnant les Chinois avec l’opium. C’est le premier et unique exemple historique d’une légalisation, il ne doit pas être répété. Imposée par les pays occidentaux, et en particulier la Grande-Bretagne, la légalisation a été une telle tragédie pour la Chine que ce qui arrive aujourd’hui au Mexique et au Guatemala – et je rends hommage au travail des autorités mexicaines – semble même éclipsé : si 60 000 personnes sont mortes à cause du trafic de drogue en Amérique centrale, plus de 20 millions de Chinois ont succombé à l’empoisonnement causé par l’opium qu’ils furent forcés de consommer.

Après avoir présenté une politique progressiste pour lutter contre la consommation, il a ensuite évoqué les mesures pour stopper le recyclage financier de l’argent de la drogue :

Parlons des mesures contre le blanchiment de l’argent sale : voyez comment après la crise financière la banque new-yorkaise Wachovia a été prise la main dans le sac en train de recycler 480 milliards de dollars provenant du trafic mexicain – oui, je dis bien 480 milliards, pas millions. Malgré les preuves accumulées, il n’y a eu aucune inculpation ni arrestation. Pour enrayer le pouvoir économique des cartels, les pays doivent remonter la piste de l’argent.

Ensuite, nous devons forcer les établissements financiers à débarrasser leurs bilans de tout ’actif sanglant’. Lors de la crise de liquidité comme par la suite, de trop nombreuses banques ont accueilli et continuent d’accueillir l’argent de la drogue. Les confiscations d’actifs, mentionnées par M. l’Ambassadeur du Mexique avant moi, devraient être drastiques, mais elles ne le sont pas.

Enfin, et ce sont des mesures à très long terme, il faut promouvoir la croissance économique et la création d’emploi, particulièrement là où les jeunes gens pauvres sont attirés par le trafic de drogue.

Notons que sa dénonciation du scandale Wachovia est un sujet très sensible puisque c’est la présidence Obama, le ministre de la Justice Eric Holder et son assistant Lanny Breuer qui ont arrangé l’arrêt des poursuites. Hors ce sont les mêmes qui font barrage à l’enquête dans l’affaire Fast and Furious où des agents fédéraux missionnés par l’administration Obama ont fourni des armes aux cartels mexicains. Etant donné que l’administration Obama est également à l’oeuvre pour empêcher l’enquête pour blanchiment envers la Hong Kong and Shanghai Bank (HSBC) – qui est ironiquement la banque britannique créée en 1865 pour recycler l’argent de l’opium en Chine –, il pourrait sembler que la présidence américaine est tenue par ces réseaux de banque qui ont financé l’accession au pouvoir d’Obama en 2008. Quid pour 2012 ?

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 7 juillet 2012 à 23:02
    par petite souris

    ..... un petit pavé dans la mare !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet