Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Appel à une stratégie économique conjointe des pays arabes

La rédaction
visites
767
commentaire

Comme le reflètent les médias arabes, une discussion s’est engagée entre les gouvernements arabes sur la nécessité d’une nouvelle stratégie économique conjointe rassemblant leurs pays en un bloc régional. Le 10 novembre, le quotidien Al-Arab International, basé à Londres, a publié à ce sujet un important article de Mustafa Al-Bazargan, présenté dans le contexte de la campagne de Lyndon LaRouche pour une réforme monétaire internationale, un nouveau Bretton Woods. « Si les nations arabes investissent leurs ressources naturelles et humaines de manière appropriée, écrit Al-Bazargan, elles deviendront l’un des plus puissants blocs économiques et financiers du monde. »

L’auteur regrette la situation actuelle, dans laquelle les Etats-Unis, l’Union européenne et d’autres puissances économiques imposent des accords bilatéraux à différents pays arabes, réduits à être source de main d’oeuvre bon marché et de débouché pour leurs exportations. Il propose que les pays arabes adoptent une politique protectionniste « inter-arabe » au nom de laquelle on produirait sur place, dans la mesure du possible, les biens qui sont actuellement importés d’Europe et d’ailleurs. Al-Bazargan souligne que « de nombreuses années se sont écoulées depuis que les pays arabes ont signé l’accord de Marché commun arabe. Toutefois, rien n’a été fait pour sa mise en oeuvre. »

Al-Bazargan mentionne aussi un communiqué du Comité Ad Hoc pour un nouveau Bretton Woods, lancé par l’Institut Schiller sur la base des idées de l’économiste américain Lyndon LaRouche, où la mondialisation est décrite « comme une forme de capitalisme prédateur débridé, qui a exacerbé la divergence entre riches et pauvres sous prétexte de promouvoir le développement économique international ».

Avertissant que si les Arabes ne resserrent pas les rangs pour former un pouvoir économique unifié, « ils deviendront, dans les circonstances régionales et internationales actuelles, la proie de diverses sortes de capitalisme prédateur », il conclut : « L’intégration économique, qu’elle soit commerciale, industrielle ou économique, ou même dans le secteur des services, est le seul moyen de développer les ressources du monde arabe et la seule manière de nous permettre de trouver notre place parmi les puissants groupes économiques, efficaces régionalement et internationalement. »

Les discussions sur une nouvelle stratégie économique pour le monde arabe doivent déboucher sur des initiatives gouvernementales concrètes. Par exemple, le gouvernement syrien « appelle à l’organisation d’un sommet arabe, en particulier pour discuter de questions économiques », selon Al-Bazargan, qui souligne la nécessité d’« insister avec force sur cette question et de s’assurer que LaRouche soit au centre des débats ».

Contactez-nous !

Don rapide