Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Après Delphi, General Motors ?

La rédaction
visites
848

Le 16 octobre, General Motors annonçait une perte de 1,6 milliards de dollars pour le troisième trimestre, ce qui porte à 3,8 milliards le montant de ses pertes pour toute l’année. Son énergique campagne de promotion des ventes de juillet à septembre s’est avérée un échec total, sa part de marché ayant chuté de 3 % par rapport à la même période de 2004. Le PDG de GM, Rick Wagoner, a annoncé que 51 % au moins (une « participation majoritaire ») de son unité financière GMAC serait vendue. Il a également annoncé la suppression de 25 000 emplois aux Etats-Unis au cours des trois prochaines années et la fermeture d’autres usines de montage et de pièces détachées. Quant au régime d’assurance maladie pour les retraités de l’entreprise appartenant au syndicat UAW (United Auto Workers), il sera coupé de 25 %.

La vente de GMAC répond, semble-t-il, à l’objectif initial du spéculateur Kirk Kerkorian, qui détient environ 10 % des actions de GM et à qui la gestion de la vente pourrait être confiée. Ceci, venant s’ajouter aux pertes immenses du géant, renforce le risque de faillite du secteur automobile de GM et de ses obligations en matière de retraite. La vente de la moitié de GMAC pourrait faire rentrer quelque dix milliards de dollars dans les caisses, mais du même coup, GM perdrait la moitié des profits qu’il en retire. Effectivement, ces dernières années, les transactions financières de GMAC, notamment le financement des hypothèques, ont été rentables. Mais les pertes de GM au cours des trois premiers semestres de 2005 (3,8 milliards de dollars), dépassent déjà de loin les dividendes que son unité financière devrait lui rapporter pour toute l’année (2 milliards). La vente de GMAC aggravera donc le déficit des obligations du géant en matière de retraite. Le Detroit Free Press du 17 octobre titrait : « La vente de GMAC va-t-elle couler GM ? »

Par ailleurs, après avoir annoncé une perte de 1,2 milliard de dollars, Ford Motors a fait savoir qu’il devrait fermer un nombre « significatif » d’usines. Suite à la mise en règlement judiciaire de Delphi, suivant la procédure du Chapitre 11, d’autres équipementiers, dont Visteon, Dana et Textron, ont indiqué qu’il y aurait d’autres suppressions d’emplois et fermetures.

Dans une lettre au président George W. Bush datée du 20 octobre, la sénatrice américaine Hillary Clinton lui demande d’organiser un « sommet sur la production automobile ». « Etant donné, écrit-elle, que plus d’un million d’Américains sont employés dans l’industrie automobile, nous ne pouvons permettre qu’un des éléments centraux de notre infrastructure économique nationale disparaisse. »

Contactez-nous !