Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Après la Chine et l’Italie, l’Argentine prend le TGV

La rédaction

Le 18 janvier 2008 (Nouvelle Solidarité) - Comme le rapportent aussi bien le Quotidien du Peuple que le Xinhua Times, la Chine commencera la construction d’une liaison ferroviaire reliant les 1318 km qui séparent Bejing de Shangai avec une ligne TGV construite en collaboration avec Alstom. Cette ligne réduira le trajet à seulement cinq heures. La construction démarrera aujourd’hui 18 janvier 2008 et sera achevée d’ici cinq ans.

Il est à noter que la Chine a récemment rejoint la France, l’Allemagne, le Japon et la Corée au club encore très restreint de pays capables de fabriquer des trains à grande vitesse. En principe, les premiers TGV de fabrication chinoise doivent rouler dès cette année - éventuellement avant les jeux olympiques - et relier Beijing et la ville de Tianjin, quelques 115 km au nord de la capitale.

En ce qui concerne le TGV français, Alstom a vendu 25 rames du nouveau AGV (automotrice à grande vitesse) à la société italienne NTV pour relier Rome avec Naples. Le groupe français a aussi été choisi pour le projet argentin d’un TGV reliant Buenos Aires et Cordoba (710 km), réduisant le trajet de 14 à seulement 3 heures. Un responsable argentin nous a confié que dans ce projet, malheureusement, aucun transfert de technologie n’est à l’ordre du jour.

Comme premier TGV roulant sur le continent américain, ce projet servira de vitrine pour les autres pays de la région. A l’heure où la Floride et le Texas s’interrogent sur un projet de même nature, le gouverneur de la Californie, Arnold Swarzenegger, est venu incognito l’été dernier pour fantasmer sur les muscles de la technologie française.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 16 février le monde
en devenir

Don rapide