Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Après le 7 novembre, la politique du « mur d’argent »

La rédaction
visites
921

Depuis les débâcles des actions de la « nouvelle économie » en septembre-octobre, une grande nervosité règne sur les marchés financiers en attendant l’élection présidentielle américaine du 7 novembre.

Au cours des neuf premiers jours ouvrables d’octobre, l’indice Nasdaq a chuté de 16,3 %, avant d’être poussé à la hausse le 13 octobre (+7,9 %) et le 19 octobre (+7,8 %), et de rechuter de 5,6 % le 25 octobre, la plus grande perte journalière depuis mai dernier. Sur les marchés des changes, l’euro a plongé de 3 cents en vingt-quatre heures, atteignant le plancher record de 0,82 dollar le 25 octobre, avant de remonter à 0,84 dollar deux jours plus tard. Pendant la même période, les monnaies du Sud-Est asiatique et d’Amérique latine ont subi les plus fortes pressions depuis les tempêtes monétaires de 1997-1998. Actuellement, la différence de rendement entre les obligations d’entreprises et celles d’Etat est plus ample qu’au moment de la cessation de paiement russe et de la quasi-faillite de la LTCM en automne 1998 - ce qui donne une idée du niveau de panique -, tandis qu’aux Philippines et en Argentine, on discute ouvertement de la possibilité d’une déclaration officielle d’insolvabilité de l’Etat.

Cela n’empêche cependant pas le secrétaire américain au Trésor Larry Summers, le président de la Réserve fédérale Alan Greenspan et le directeur de la Fed de New York McDonough de clamer que l’économie américaine se prépare à un « atterrissage en douceur », caractérisé par « l’absence virtuelle d’inflation » (McDonough) et des « gains de productivité continuels » (Greenspan). Lyndon LaRouche a comparé ces déclarations à une « célébration à la Honecker » de la part des marchés financiers américains. En effet, il y a onze ans, les derniers jours du régime d’Erich Honecker en Allemagne de l’Est avaient été marqués par des festivités officielles, des rassemblements au flambeau, etc.

Signe indicateur de l’état réel du système financier international, il semble que la Fed s’apprête à nouveau à accroître massivement la masse monétaire. A la veille de la réunion des ministres des Finances du G-20 à Montréal les 24 et 25 octobre, de hauts responsables politiques et bancaires, dont Larry Summers, l’ancien secrétaire au Trésor Robert Rubin et George Soros, se sont rencontrés à Woodstock (Vermont) les 21 et 22 octobre. Ce sont ces trois hommes avec Greenspan, comme l’a rappelé LaRouche, qui avaient adopté à l’automne-hiver 1998-1999 la politique du « mur d’argent », à savoir l’injection massive de liquidités dans le système pour empêcher un effondrement. On envisage d’y avoir encore recours, mais à plus grande échelle, après les tempêtes financières systémiques prévues après les élections américaines. Les opérateurs de Wall Street calculent déjà dans les prix des produits dérivés une forte baisse des taux par la Fed au cours des mois à venir.

Contactez-nous !