Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Argentine : l’Atlantique Sud est le dernier refuge d’un Empire britannique en décomposition

La rédaction
visites
1256
commentaires

13 février 2012 (Nouvelle Solidarité) – Lors d’une réunion avec le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon, et avec le président du Conseil de Sécurité Kodjo Menan, le Ministre des Affaires étrangères argentin Hector Timerman a déposé une protestation officielle de son gouvernement dénonçant la militarisation de l’Atlantique Sud par la Grande Bretagne, qui comprend le déploiement d’un sous marin nucléaire avec des armes nucléaires ainsi que du destroyer ultramoderne HMS Dauntless.

Parlant à la presse après sa réunion, Timerman a montré des photos du sous-marin nucléaire Vanguard, capable de transporter des armes nucléaires et a prévenu que « l’Argentine n’accepterait pas la présence d’armes nucléaires dans la zone d’influence de l’Amérique Latine. L’information que possède l’Argentine est que [le Royaume Uni] a introduit des armes nucléaires dans l’Atlantique Sud et que ce n’est pas la première fois. » Cette action constitue une violation du traité de Tlateltoco de 1967, qui interdit la présence d’armes nucléaires en Amérique Latine et dans les Caraïbes, a-t-il déclaré.

« Nous allons présenter une plainte devant le Conseil de sécurité et devant l’Assemblée générale de l’ONU, car cette militarisation représente un grave danger pour la sécurité internationale »
, a dit la présidente de l’Argentine Christina Kirchner devant un parterre d’hommes politiques et d’anciens combattants au siège de la présidence.
« Ils sont en train de militariser l’Atlantique Sud une nouvelle fois : nous ne pouvons pas interpréter autrement l’envoi d’un destroyer ultra-moderne accompagnant l’héritier du trône, que nous aurions préféré d’ailleurs voir en tenue civile », a ajouté la présidente.

Le Royaume-Uni vient de dépêcher aux Malouines le prince William, 29 ans, deuxième dans l’ordre de succession au trône britannique, et a décidé d’envoyer prochainement un nouveau navire de guerre. Il pourrait dépêcher également, selon la presse britannique, un sous-marin nucléaire.

L’ambassadeur de Grande Bretagne aux Nations Unies, Lyall Grant, a confirmé l’accusation par l’Argentine d’un déploiement nucléaire, en reconnaissant que « nous ne faisons pas de commentaires sur la disposition des armes nucléaires, des sous-marins etc. Mais il est bien connu que... participant à notre dispositif global de défense, il y a des sous-marins qui patrouillent partout à travers le monde en permanence. Ainsi il n’y a rien de nouveau dans ce qui est suggéré par [Timerman]. »

Il dit que son gouvernement était ouvert à des discussions bilatérales sur tout sujet exceptée... la souveraineté.

Le déploiement militaire de la Grande Bretagne représente « un quadruplement de sa puissance navale » sur le Malouines, a précisé Timerman. Avec ses modernes jets Typhoon-2 de cinquième génération, semblables à ceux utilisés en Irak et en Afghanistan, et ses modernes missiles Taurus, d’une portée de 500 km, ils ont la capacité d’attaquer l’Argentine, tout l’Uruguay, des points vitaux du Chili et le sud du Brésil. « Y a-t-il un expert qui peut répondre pourquoi, » s’est interrogé Timerman, « ils ont la même puissance de feu dans l’Atlantique Sud que dans le Golfe Persique ? »

Avec une telle force de frappe, la Grande Bretagne est maintenant la « puissance militaire par excellence dans l’Atlantique Sud, contrôlant non seulement le trafic entrant [dans la région] mais aussi tout le trafic maritime et aérien entre l’Amérique du Sud et l’Afrique du Sud. »

Le ministre des affaires étrangères argentin a affirmé que son pays était engagé à une résolution pacifique de cette dispute et l’avait amenée devant les Nations Unies pour cette raison, alors que la Grande Bretagne a violé au moins 40 résolutions des Nations Unies qui appelaient les deux pays à négocier une solution pacifique.

Entre-temps, autour du siège de la présidence, des centaines de manifestants faisaient flotter des drapeaux. « Les Anglais hors des Malouines ! », pouvait-on lire sur une banderole. « Mal-vinas argen-tinas !! » et « Celui qui ne saute pas est un Anglais ! », entonnaient-ils.

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 13/02/2012 - 22:15

    La Grande Bretagne a violé au moins 40 résolutions des Nations Unies qui appelaient les deux pays à négocier une solution pacifique.

    Ben voyons !!
    Se sentent-ils seuleument concernés par les résolutions des Nations-Unies ?

    S’il s’agissait de la Corée du Nord ou d’un pays dit du sud, que naurait-on entendu comme protestations et autres menaces de guerre de la part des englishs !!!

    Messieurs les anglais, un peu de tenue quoi et partez les premiers !!!!

    Répondre à ce message

  • michel49 • 14/02/2012 - 09:50

    Au moins "l’heritier du trône" ne portait pas son brassard à croix gammée !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide