Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Asie centrale : initiatives pour une coopération sur la sécurité

La rédaction
visites
791
commentaire

Une série de conférences et de rencontres diplomatiques de haut niveau ont été tenues en Asie centrale, portant principalement sur la menace que font peser sur la région les effets combinés du fanatisme religieux, des conflits ethniques et du trafic de drogue.

Le 25 août, les présidents de la Chine, de la Russie, du Kazakhstan, du Kirghizistan et du Tadjikistan ont tenu à Bichkek, au Kirghizistan, leur troisième sommet des cinq nations sur la sécurité et la coopération.

A l’issue de ce sommet, une déclaration a été publiée en soutien à la doctrine de la Route de la soie, en vue d’une coopération internationale pour le développement économique et pour renforcer la stabilité et la paix régionale. La lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et les autres activités criminelles transfrontalières ont également fait l’objet d’une attention particulière. Les dirigeants ont aussi déclaré que les cinq Etats souhaitaient la participation d’autres nations.

Le 14 septembre, la Conférence pour l’interaction et la Confiance en Asie ( CICA ) accueillait à Almaty, au Kazakhstan, les ministres des affaires étrangères de seize nations. Le CICA, créé dès 1991 à l’initiative du président Kazakh Nursultan Nazarbayev, prend aujourd’hui une importance particulière. Les nations participantes ont affirmé leur détermination à éradiquer le terrorisme d’Eurasie, en particulier de l’Asie du sud, de l’ouest et du centre. Le CICA regroupe la Russie, le Tadjikistan, l’Ouzbekistan, le Kirghizistan, l’Azerbaïjan, la Chine, la Mongolie, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, l’Iran, Israël, l’Egypte, la Turquie et l’Autorité Palestinienne.

Nazarbayev a déclaré que « l’Asie est déchirée par les conflits et la méfiance... On doit porter une attention spéciale à l’extrémisme et au terrorisme en raison de la situation volatile qui existe en Asie ». Les sujets abordés comprenaient la guerre civile en Afghanistan, l’invasion du Kirghizistan par des guérilleros islamiques, les conflits entre l’Inde et le Pakistan sur la question du Cachemire, le combat de la Russie contre l’insurrection dans le Nord-Caucase, le terrorisme à Moscou et les années de violence au Tadjikistan. Au cours de plusieurs rencontres avec des dirigeants des Etats-Unis, de Russie et d’autres pays, le gouvernement indien a appelé à une coopération contre le terrorisme.

Le 17 septembre, Michael Sheehan , le coordinateur américain anti-terrorisme, s’est rendu en Inde pour discuter du terrorisme « narco-religieux » dans la région de l’Afghanistan et du Pakistan.

D’autre part, le 14 septembre, à l’occasion du passage à New Delhi du premier ministre russe Vladimir Putin, de retour du sommet de l’APEC auquel il avait assisté en Nouvelle Zélande, l’Inde et la Russie ont décidé d’intensifier leur coopération contre le terrorisme. C’était également le thème de la visite, à la mi-septembre, du ministre des Affaires étrangères indien, Jaswant Singh à Tashkent, en Ouzbekistan. De plus, le 29 août, dans une conférence de presse tenue à Beijing , Sha Zhukang, directeur général pour les questions du désarmement pour le ministère des Affaires étrangères chinoises, indiquait que la Chine et l’Inde étaient intéressées à des discussions sur la sécurité.

De ses entretiens avec le ministre des affaires étrangères indien Singh, il a dit : « J’espère qu’un tel dialogue, [sur les questions de sécurité] mènera à développer une confiance et une compréhension mutuelle de la situation pour la sécurité internationale... Il est important pour les deux nations de confronter leur perception des problèmes de sécurité, de chercher à améliorer leur sécurité commune à travers des discussions bilatérales,et de trouver les moyens de développer une sorte de coopération dans le domaine de la sécurité. »

Contactez-nous !

Don rapide