Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Assassinat de Boulin, une nouvelle affaire Dreyfus ?

La rédaction
visites
1639

9 juin 2010 (Nouvelle Solidarité)—Le refus annoncé par le Procureur Général près la Cour d’appel de Paris, François Falleti, de réouvrir l’enquête sur la mort de l’ancien ministre du travail, Robert Boulin, est peut-être l’incident qui fera déborder le vase provoquant la rupture totale entre les élites qui gouvernent la France depuis cette époque et le peuple.

Ces élites se sont déjà fortement déconsidérées par leur refus de tenir compte du vote de 2005 contre la Constitution européenne, et par leur volonté récente d’imposer une cure d’austérité sans précédant au pays ainsi qu’au reste de l’Europe, afin de renflouer à leur détriment, les caisses des Etats préalablement vidées pour sauver les banques. Dans ce contexte, les décisions annoncées par l’Etat dans le cadre de l’affaire Boulin sont de véritables provocations dans un pays où le respect du droit reste une valeur majeure.

Les déclarations de la Garde de Sceaux, Michèle Alliot-Marie, plaidant contre la réouverture de l’enquête constituent non seulement une ingérence dans la procédure en cours, mais, prononcées à Libourne, ville dont Robert Boulin fut le maire entre 1959 et 1979, elles constituent presque un deuxième assassinat de l’ancien ministre, cette fois politique.

Depuis, les déclarations du Procureur général près la Cour d’Appel de Paris sont venues confirmer une fois de plus, que les élites qui nous gouvernent ne comptent pas lever la chape de plomb qu’elles ont mis sur cette affaire, soit du fait de leur participation directe ou indirecte aux évènements comme c’est le cas dans l’ex-famille gaulliste encore au pouvoir, ou du fait de leur refus de nettoyer les écuries d’Augias, comme c’est le cas d’un Parti socialiste qui a, pour le moins, manqué du courage.

M. Falleti vient d’annoncer, en effet, qu’il ne comptait pas réouvrir l’enquête au motif que le dossier présenté par la famille et son conseil, Me Olivier Morice, n’apporte pas d’élément nouveau. Or, pour obtenir la réouverture du dossier, l’argument fort présenté par la famille Boulin était le précédent de la réouverture de l’enquête concernant le meurtre du petit Gregory, sur le motif que des progrès scientifiques et techniques dans la détection par ADN permettraient de trouver de nouveaux indices, à partir des éléments déjà consignés par l’enquête. La famille Boulin comptait ainsi soumettre à de tels tests les enveloppes supposément postées par Robert Boulin pour annoncer son prochain suicide - ce que la famille conteste - ainsi qu’une mèche de cheveux prélevée le jour de son enterrement par l’un de ses collaborateurs, qui permettrait d’établir si l’ancien ministre était réellement assommé de barbituriques (ou non), comme le prétendent ses ennemis.

Comme dans une tragédie grecque ou dans un conte d’Edgar Allan Poe, le cadavre de Robert Boulin empeste la Cinquième République dont les principes ne seront réellement rétablis qu’en faisant toute la lumière sur cette affaire. Connu pour son honnêteté à toute épreuve, représentant un groupe de résistants gaullistes de la première heure ayant refusé, une fois la guerre finie, de ranger leurs idéaux dans les dorures de la République, le Ministre du travail d’alors devait devenir Premier ministre. Un certain nombre d’acteurs de la politique française, de droite comme de gauche et sous l’œil de leurs parrains à l’échelle internationale, ont tout fait pour empêcher que cela puisse se produire. Aujourd’hui, ces mêmes personnages ou leurs héritiers s’efforcent toujours d’être les seuls à fréquenter les allées du pouvoir.

En ce moment de crise grave tant économique que politique, l’engagement doit être pris de faire toute la lumière sur l’affaire Boulin. Car c’est un sujet d’actualité.


Pour en savoir plus : Affaire Boulin : une exigence de vérité


Contactez-nous !