Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité

Attaques physiques contre Solidarité & Progrès

La rédaction
visites
2778
commentaires

Communiqué de Solidarité et Progrès


Dans le cadre de la campagne présidentielle de Jacques Cheminade, une équipe de quatre militants de Solidarité & Progrès avait installé une table d’information dans les rues de Rennes, à l’intersection de la rue de Toulouse et de la place Saint-Michel, aux abords du marché des Lices, en ce samedi 27 novembre 2010. Au même moment, trois autres militants distribuaient à l’intérieur du marché, autour d’un panneau, notre journal Nouvelle Solidarité et la dernière dépêche AFP évoquant l’injustice dont a été victime Jacques Cheminade en 1995, lorsque le Conseil constitutionnel refusa de valider son compte de campagne et accepta ceux de Jacques Chirac et d’Edouard Balladur qui, manifestement irréguliers, auraient dû, eux, être invalidés. Nos panneaux affichaient : « Vive l’Irlande libre ! Et nous ? Et nous ? », « Affaire Karachi : le témoignage qui vous fait trembler, c’est celui de Jacques Cheminade ! » La profession de foi de notre campagne présidentielle de 1995 était collée sur le panneau, suivie d’un : « Que cache le sous-marin de Balladur ? » avec une étiquette laissant apparaître le nom de Jacques Cheminade.

Nous étions sur place depuis environ une heure lorsque, vers midi, un groupe de jeunes fit irruption, attaquant violemment, de sang-froid et sans discussion préalable, nos trois militants qui distribuaient dans le marché. Ils étaient une quinzaine, entre 20 et 30 ans, le visage caché par des foulards et des cagoules et cherchant à nous arracher nos journaux en nous traitant d’antisémites. L’un d’entre nous, voulant éviter la destruction de ses documents politiques, fut frappé et même griffé au visage. Ses agresseurs lui firent tomber ses lunettes par terre et le frappèrent à plusieurs reprises, le blessant au nez. Une jeune militante fut bousculée par trois individus qui lui arrachèrent ses journaux.

Ce même groupe s’en prit alors à notre table, jetant sur le sol tous nos documents, renversant nos panneaux et criant « Dehors les fachos ! », avant de s’échapper très rapidement dans la rue de Toulouse. Un témoin oculaire aperçut que le commando s’était regroupé à l’intersection de la rue de Toulouse et de la rue de l’Horloge.

Suite à cette agression, d’une virulence beaucoup plus grande que ce que nous avions expérimenté jusqu’à présent, une plainte contre X pour violences a été déposée par un de nos militants au commissariat de police de Rennes.

Cette attaque s’est produite ce samedi 27 novembre, un jour après que Le Monde et divers autres organes de presse eurent révélé le scandale des élections de 1995 et l’injustice faite à Jacques Cheminade. Elle fut suivie d’une autre, le même jour à Paris, alors que nos militants se trouvaient devant le Salon de l’éducation, Porte de Versailles, l’un d’entre eux ayant reçu un « coup de boule » au visage entraînant la pose de points de suture. Sachant que jusqu’à présent, la consigne était de ne pas parler de nous, cette rupture du silence médiatique a visiblement entraîné le déchaînement immédiat d’une violence physique. Ceux qui s’en sont rendu coupables prétendent s’en prendre à des « fachos » et à des « antisémites », alors que nous sommes le contraire même de cela et qu’il est pour le moins surprenant, de toutes façons, d’avoir recours à la violence contre des militants non violents.

Ces évènements ne peuvent donc être compris que dans le cadre d’une « stratégie de la tension » qui s’installe en ce moment décisif de l’histoire, semblable à celle des années 80 du XXe siècle. A l’époque, des « Brigades rouges » s’avérèrent sous l’influence de divers réseaux d’extrême-droite et de polices parallèles, visant par leur violence à empêcher, en Italie, une alliance Moro-Berlinguer de démocrates chrétiens, de socialistes et de communistes. Ces brigades « rouges » étaient en fait des chemises « noires » pratiquant des relations incestueuses avec une basse police. Aujourd’hui comme hier, la méthode de ces réseaux et de ces polices est, suivant la tradition de l’Empire britannique, de pratiquer des provocations permanentes pour amener leurs ennemis à se battre entre eux. Derrière des jeunes probablement inconscients mais irrationnellement violents, se trouve toujours ce type d’opération.

Pour notre part, nous ne tomberons pas dans le piège du système de l’Empire britannique et de ses conglomérats financiers, et nous resterons toujours fidèles à une non violence organisée. Car une « violence régénératrice » enfante toujours des monstres. Nos références sont les humanismes et les grandes religions qui formèrent la Résistance au nazisme. Aujourd’hui, dans l’esprit du programme du Conseil national de la Résistance, de Jean Moulin, de Jean Jaurès et de Marc Sangnier, nous combattons les féodalismes financiers de la City et de Wall Street, et de tous ceux qui font leur jeu. Ceux qui nous combattent, consciemment ou pas, font, eux, le jeu de ces forces destructrices.

Voir les 14 commentaires

  • duchene • 30/11/2010 - 08:55

    Restons groupés autour et dans l’Unité innategnable, ainsi vraiment conscients à ce sujet d’affaiblissement par cette onde de choc, et commentaires baveux dispersés, inutiles.

    Voila une vraie réponse : Repérez des caméras de vidéosurveillance et placez vous dans leurs champs de vision, en mettant l’affichette appropriée…, et ayez une caméra prete ä filmer,+conférence de presse internationale !

    Sachez que le Juste milieu d’Harmonie naturelle est basé sur les Tuyaux sonores, flutes-batons festifs, Caducée
    musical, plus que cordes vibrantes et calculs trop irreels,
    externes, lunatiques, dualistes !

    Répondre à ce message

  • CV • 28/11/2010 - 00:18

    Oui,nous aussi à Rouen ,nous avons avons subi ce genre d’agression et il est difficile d’en sortir indemne,les interrogations sur notre légitimité en tant que mouvement et représentation sont ,de ce fait,nombreuses et destructrices.
    Les propositions de S&P n’en s’ont pas moins de plus en plus pertinentes pour autant là est le débat !

    Répondre à ce message

  • L’même • 29/11/2010 - 22:30

    Bienvenue dans la république sécuritaire de sarkophage :-(

    Répondre à ce message

  • singer • 29/11/2010 - 20:39

    Antisémites (???) l’ultime arme offensive des gens sans arguments ! on ne connait que trop !

    Répondre à ce message

  • tony • 29/11/2010 - 16:21

    ce sont surement eux les fachos dans l histoire dirigé par un gourou qui defend les interets de ces gens que vous combattez..ca ne m etonnerais meme pas..d ailleurs il y a de ca quelque année n avez vous pas deja ete victime d un incendie dans un de vos locaux ???perpetré par une personne qui cherchait soit disant a vous aidé ??et comme par hasard les seul affaire volé etait des papiers d identité ??n es ce pas ou je me trompe ? courage a vous tous on les auras ca veut dire qu on es sur la bonne voie..

    Répondre à ce message

  • yann • 29/11/2010 - 13:59

    Cela veut dire simplement que Solidariteetprogres est dans la bonne voie. Comme dans un jeu, plus on approche le superboss, on se fait de plus en plus attaquer par le systeme. Cela ne peut pas être les policiers car trop voyant.
    Cela est une forme détournée de l’autorité...
    COURAGE !!

    Répondre à ce message

  • petite souris • 28/11/2010 - 18:51

    merci à Musaraigne dont j’ai aimé la dernière phrase !

    Ce qu’il vient de se passer à Rennes est absolument choquant et scandaleux et ne promet rien qui vaille.

    20 provocateurs masqués !

    Quel courage ! Je suppose qu’ils passaient par là et totalement par hasard !!!
    Quelle incompétence ! Incapables qu’ils sont de parler même de "leur vérité"
    Quel échec pour leur "commanditaires" !
    Quelle lâcheté !
    Quel désespoir les ont poussé à une telle violence !

    "La violence et la vérité ne peuvent rien l’une sur l’autre" (Pascal)

    Répondre à ce message

  • Georges • 28/11/2010 - 17:58

    Mais que fait la police ?
    Surtout qu’il suffit d’aller à Rennes II (Fac de Villejean) pour retrouver vos agresseurs !
    On ne peut pas les rater, ce sont tous ces zombis d’extrême gauche qui polluent la fac depuis des années !

    Répondre à ce message

  • matière invisible • 28/11/2010 - 11:52

    Cette agression est plutôt un encouragement qui montre que S&P gène et ne compte pas pour du beurre.

    Répondre à ce message

  • UN chouka • 28/11/2010 - 08:19

    Pour moi qui ne connais rien ,je me dis que les commanditaires qui envoyent ces extrémistes violents n’aiment pas du tout les révélations qui sont faites sur les combines réelles et pas davantage les "confidences" qui mettent au grand jour ces memes combines de la "finance",qui est peut etre prète a tout pour que rien ne bouge ,comme d’habitude ?
    La violence, semble etre une réponse désèspérée ,une intimidation,un avant gout des actions desesperees qui vont arriver bientot ?
    La mafia ferait elle école ?
    Mes salutations rèspèctueuses.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 août le monde
en devenir

Don rapide