Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Au Brésil, le pape Benoît XVI critique l’impérialisme économique britannique : la mondialisation et le marxisme

La rédaction
visites
849

La couverture médiatique consacrée au voyage du pape Benoît XVI au Brésil s’est focalisée sur des sujets secondaires si elle n’était pas carrément hostile à sa remise en cause du relativisme culturel.

La couverture médiatique consacrée au voyage du pape Benoît XVI au Brésil s’est focalisée sur des sujets secondaires si elle n’était pas carrément hostile à sa remise en cause du relativisme culturel. Aucun intérêt n’a été donné aux aspects clef de cette importante déclaration délivrée face à la Conférence épiscopale d’Amérique Latine, le 13 mai, pendant laquelle le pape a pourtant critiqué la mondialisation.

Il disait notamment : « Aujourd’hui, le monde subit le phénomène de la mondialisation comme un tissage de relations à l’échelle planétaire. Bien que, d’un certain point de vue, ceci apporte des bénéfices à la grande famille de l’humanité et est un signe de sa profonde aspiration à l’unité, cette mondialisation comporte néanmoins et indiscutablement le risque de la montée de grands monopoles et le danger de voir le profit érigé en valeur suprême. Comme dans tous les domaines de l’activité humaine, la mondialisation doit être guidée par l’éthique, mettant tout au service de la personne humaine créée à l’image de Dieu. »

Le pape a particulièrement mis en garde les nations d’Amérique Latine à ne pas s’égarer sur les voies du marxisme tout en ajoutant que « l’économie libérale de certains pays d’Amérique Latine doit faire preuve de plus de considération à l’égard de l’équité, car des secteurs de plus en plus grands de ces pays se trouvent opprimés par la pauvreté et même dépossédés de leurs propres ressources. »

Le droit au développement du tiers monde n’a pas changé depuis 1967, disait-il, se référant à la célèbre encyclique du pape Paul VI Populorum Progressio de cette époque.

Contactez-nous !