Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Auditions sur le « mémo de Downing Street »

La rédaction
visites
473

Plus de trente députés démocrates, emmenés par John Conyers, du Michigan, ont assisté à une audition extraordinaire pour discuter de la possibilité de destituer George W. Bush et Dick Cheney, suite aux nouvelles informations contenues dans le « mémo de Downing Street ». Ce document, rédigé en juillet 2002, fut rendu public dans le Sunday Times de Londres du 1er mai. On y découvre que Richard Dearlove, à l’époque chef du MI-6 britannique, affirmait que Washington était déjà décidé à partir en guerre contre l’Irak et que « le renseignement et les faits ont été arrangés » pour se conformer à cette politique. 122 députés démocrates ont signé une lettre à Bush, lui demandant de répondre à certaines questions soulevées par ce mémo.

Lors de l’audition, que les républicains de la Chambre avaient reléguée dans une pièce minuscule au sous-sol, témoins et orateurs ont souligné que rien n’est plus grave que d’envoyer des soldats américains à la guerre. Aujourd’hui, alors que plus de 1700 Américains ont péri en Irak et que ce mémo affirme que « le renseignement et les faits ont été arrangés », ils estiment que le Congrès doit s’emparer de l’affaire.

Parmi les orateurs ou les participants à l’audition, citons : John Conyers, Howard Berman, Rick Boucher, Jerrold Nadler, Robert C. Scott, Sheila Jackson Lee, Maxine Waters, Charles Rangel, Jim Moran, Barney Frank, Barbara Lee, Jim McDermot, Jan Schakowsky, et Diane Watson. Parmi les témoins, il y avait l’ancien ambassadeur Joe Wilson, l’analyste de longue date de la CIA, Ray McGovern, et Ann Wright, collaboratrice pendant seize ans du département d’Etat.

Plus de 560 000 Américains ont signé une pétition on-line appelant à l’ouverture d’une enquête en vue de la destitution du Président et du vice-Président ; c’est l’une des raisons pour lesquelles les députés ont décider d’organiser l’audition du 16 juin.

Dans les rangs républicains également, la colère monte. C’est ainsi que le député républicain Walter Jones, qui avait voté pour la guerre d’Irak en octobre 2002, a déposé une proposition de loi obligeant Bush à retirer les troupes américaines d’Irak avant le 1er octobre 2006. Son texte est calqué sur l’amendement Mansfield de 1971, qui comportait un message similaire au Président sur le retrait des soldats du Vietnam.

Cette proposition de loi est soutenue par le député républicain Ron Paul et les démocrates Dennis Kucinich et Neil Abercrombie. « Un conservateur, un libertarien, un libéral et un modéré (...) sont d’accord pour dire que nos forces ont fait tout ce qu’elles pouvaient faire en Irak », déclara Jones. Kucinich ajouta : « Aujourd’hui est le début de la fin de la guerre en Irak. Il est temps de remercier nos troupes et de leur dire "revenez" ! »

Contactez-nous !