Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Avalanche de critiques contre les Verts allemands

La rédaction
visites
635
commentaire

En Allemagne, le torchon brûle entre les différentes factions écologistes et de gauche au sujet des relents néo-conservateurs des dirigeants du Parti Vert, notamment en matière de déploiements militaires.

Juste après le weekend de Pâques, des dissidents du parti ont annoncé vouloir former une faction « pro paix » opposée aux « fauteurs de guerre » à la tête du parti. Nombre de dirigeants, dont le président Reinhard Buetikofer, se sont prononcés en faveur de la prolongation de la mission allemande en Afghanistan pour « combattre les talibans » et travaillent actuellement sur une nouvelle plate-forme soutenant des interventions militaires à l’étranger. Cette faction a reçu l’appui enthousiaste de l’ancien ministre de l’environnement Juergen Trittin, qui accusent les opposants de « nier la réalité » par leurs vues simplistes. Ceux-ci ont riposté en reprochant à Trittin et aux autres dirigeants d’avoir formé un « axe du mal aux côtés de Bush ».

Encore plus fort, le quotidien berlinois Junge Welt a publié le 11 avril un éditorial appelant à interdire purement et simplement les Verts pour motif constitutionnel. L’auteur, Juergen Elsässer, commence par une citation d’Adolf Hitler s’adressant à la presse en novembre 1938, où le Führer affirmait que jusqu’alors, il s’était senti obligé de parler de paix, mais que désormais il avait les coudées franches pour parler de guerre. En cela, poursuit Elsässer, Hitler était un précurseur des Verts néo-conservateurs, autrefois anti-militaristes, comme Buetikofer, qui appellent aujourd’hui à des interventions à l’étranger qui sont en réalité des guerres d’agression.

Dès 1991, écrit Elsässer, les Verts ont abandonné leur tradition de gauche et ne sont plus désormais que des zombies politiques, responsables par leurs idées de plus de morts que les extrémistes de droite du NPD. Par conséquent, si l’on réclame l’interdiction du NPD, il faut logiquement interdire aussi le Parti vert. Cet éditorial brise un vieux tabou dans la gauche allemande, qui n’a jamais voulu attaquer frontalement les Verts. De fait, Elsässer s’est rangé du côté des larouchistes, qui demandaient, dès mars 1983, l’interdiction des Verts par la voix d’une déclaration d’Helga Zepp-LaRouche diffusée au niveau national. Tout dernièrement, le Mouvement des droits civiques-Solidarité a publié une brochure intitulée Assassins en fauteuil II, qui met en évidence les liens entre l’oligarchie financière basée à la City de Londres et le mouvement écologiste radical, ainsi qu’avec différents courants extrémistes de « gauche » et de « droite ».

Contactez-nous !

Don rapide