Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Avant Copenhague : la théorie du réchauffement fond comme neige au soleil

La rédaction
visites
2559
commentaires

10 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – À quelques semaines du sommet de l’ONU sur le climat prévu en décembre à Copenhague, de gros nuages viennent faire de l’ombre sur les fausses certitudes des catastrophistes.

Comme nous l’avons documenté sur ce site, l’objectif de l’oligarchie financière, clairement formulé par le Prince Philip d’Angleterre, consiste à prendre prétexte des variations climatiques pour imposer et surtout « populariser » des réductions substantielles de la population mondiale.

Si les climatologues du GIEC continuent à voir en la fonte des glaciers alpins et de la banquise la preuve irréfutable du réchauffement global, de plus en plus de scientifiques, en France et dans le monde, brisent le silence et s’élèvent pour dénoncer ce qu’ils estiment, à raison, être une « escroquerie » véhiculée par des « Nostradamus » du climat, qualifiés sur Internet de « réchauffistes ».

Au premier rang de ceux qu’on considère être des « négationnistes du réchauffement », on trouve l’ancien ministre de l’Education Claude Allègre — bien que ce dernier garde un fort penchant pour le malthusianisme — et le directeur de l’Institut de physique du globe, Vincent Courtillot.

D’après ce professeur de géophysique « La température globale décroît depuis 1998 et aucun des modèles du GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) ne l’avait prédit ».

Pour sa part, les variations climatiques ne s’expliquent que par l’impact cyclique de l’activité solaire sur la Terre, une thèse également soutenue par la Société japonaise des ressources et de l’énergie. Puisque pour les partisans de cette théorie, l’augmentation du CO² dans l’atmosphère n’est qu’une conséquence du réchauffement et non pas la cause première, la responsabilité éventuelle des activités humaines se trouve largement dédouanée.

« Le problème, dit Courtillot, c’est que quand je soutiens cette thèse, on m’accuse d’être à la solde du lobby pétrolier et on me traite de faussaire. Pour convaincre les décideurs de la justesse de leur thèse, les membres du GIEC ont exagéré les conséquences du réchauffement quitte à commettre des erreurs et il est très difficile de faire machine arrière. Or, désormais des centaines de scientifiques éminents, dont 10% d’anciens membres du GIEC, remettent en cause les conclusions de ce rapport. »

Alors que le GIEC craint un réchauffement de 2° d’ici 2050, et même de 5° d’ici 2100, des chercheurs allemands annoncent, dans la revue Nature, pour les dix ans à venir, une pause dans le processus de réchauffement.

D’ici là, espérons que les scientifiques pourront continuer à lever la voix, et convaincre nos décideurs de retrouver le courage pour faire face à un lobby malthusien et financier, qui par ses mensonges, finit par décrédibiliser toute idée d’écologie humaine.


Dossier : réchauffement climatique, propagande malthusienne contre écologie humaine


Voir les 13 commentaires

  • Guy BLANCHET • 15/11/2009 - 01:15

    Dire que la Terre se refroidit est une contre-vérité absolue. Cela fait bien rire ceux qui sont en contact avec la nature, les agriculteurs, les viticulteurs qui vendangent 3 semaines plus tôt que vers 1950, les montagnards et les alpinistes qui voient les glaciers reculer à grande vitesse, les naturalistes qui étudient les migrations des oiseaux, les spécialistes des pôles, comme Jouzel, Lorius, Etienne etc. qui étudienrt la banquise. Les relevés météo sont là . Les 10 années les plus chaudes depuis 1880 se situent toutes depuis 1997 :2005, 1998, 2002,2003,2006,2007,2004,2001,2008 et 1997. La décennie 1998-2007 est la plus chaude depuis les premiers relevés météo. Quant à 2009, elle sera très bien placée aussi. Janvier est au 7e rang des mois les plus chauds depuis 1880, Février au 9e, Mars au 10e, Avril au 5e, Mai au 4e, Juin au 2e, Juillet au 5e, Août au 2e, Septembre au 2e. Ceux qui nient le réchauffement, comme Allègre ou Courtillot, ne sont pas climatologues. Il faut lire les ouvrages de R.Kandel, Le Treut, Le Roy Ladurie, F. Denhez ( notamment son remarquable "Atlas du réchauffement climatique"), Jancovici, M. Petit, J. Jouzel, E. Bard, C. Lorius et bien d’autres, sans oublier les revues de Météo ( La Météorologie, Weather, Weatherwise, Nimbus etc.)
    Guy Blanchet
    Directeur honoraire du Centre de Climatologie de l’Université Lyon1.

    • Nico • 16/11/2009 - 12:53

      Guy : Dire que la terre se réchauffe ou se refroidit est une absurdité.
      Il y a des endroit qui se réchauffent et d’autres qui se refroidissent. Et c’est encore plus variable si on prend en compte l’axe temps. Parce que n’oublions pas que nous avons des hivers de plus en plus froid ! (Par exemple cette année on peut voir que des stations de ski ont déjà des pistes praticables début novembre)

      Dire que ca se réchauffe ou se refroidit ca revient a faire une moyenne de température qui n’a aucun sens !

      De plus n’oublions pas que la campagne médiatique énorme servant à faire rentrer dans la cervelle des gens que le climat se réchauffe perturbe notre vision de la réalité. Parce par exemple on a eu un été relativement frais en 2009 et aucun médias ne l’a fait remarqué (il semble d’ailleurs que l’hiver le sera aussi), et au contraire lorsqu’un été est plus chaud que la normal, la on a le droit au matraquage médiatique. Alors forcement au bout de quelques années de propagande, on commence à y croire.

      Par pitié la prochaine fois que vous sorter et qu’il caille bien plus que d’habitude dehors, souvenez-en vous ;)

    Répondre à ce message

  • Tinsmar • 10/11/2009 - 20:04

    Bonjour,

    tout d’abord qui êtes-vous ? ce texte n’est pas signé.

    Avant de présenter M Allègre comme un personnage "écoutable" sur les questions "climat", ce serait une bonne démarche que de le lire. J’ai pu constater dans son livre polémique que son argumentation au sujet du "réchauffement climatique" était médiocre du point de vu scientifique. Sa fragilité argumentative se relève dans son style d’écriture qui change du tout au tout lorsqu’on lit un sujet qu’il maitrise et qu’on le compare à ce sujet climatique présent dans son livre.

    De plus, pour ce qui est de la question du réchauffement global. Lorsqu’on regarde les mesures données par la NASA (la Français ne le proposant même pas sur leurs sites) se rechauffement est vérifiable.

    Pour ce qui est celui de la France. Il suffit de prendre le temps de discuter avec nos anciens qui adorent en parler.

    Pour l’aspect scientifique, j’ai pu assister à plusieurs présentations de météorologues locaux qui m’ont démontré ce réchauffement et les modifications de précipitations.

    Après, qu’au sein du GIEC, il est des discussions qui aboutissent à des clash, c’est heureux et seins. Que le GIEC ait été amener à minorer l’impact de certain pays, dans la formulation de leurs phrases, c’est le résultat du jeux diplomatique que je considère anormal.

    Vous avez en temps qu’Etre humain de cette Terre, le droit de vous exprimer. Mais vous avez le devoir de prendre le temps de vérifier vos dire et argumenter par vous meme et non pas en reprenant les propos de manière partisane. La confiance envers d’autres hommes doit passer par un temps de vérification de l’honnêteté de la démarche de ceux-ci. Ca oblige à un temps de vérification par soit meme avant de parler sur le Net. Surtout sur un site aussi "pertinent" que celui-ci au niveau économique.

    Coopérativement.
    Tinsmar, des Monts d’Ardèche vous salue respectueusement.

    • Nico • 11/11/2009 - 11:54

      Tinsmar,

      je pense que vous n’avez pas lu les dossiers sur l’écologie présent sur le site. Cette brève est inclue dans un ensemble beaucoup plus vaste d’analyses que vous pourrez trouver à la section "Se former / dossiers".

      Lorsque vous aurez fait ce travail, vous constaterez que le mouvement écologique tel qu’il existe actuellement, n’a comme seul but de mener nos sociétés dans age des tenebre, ou la dénatalité, la haine de la science, la croyance absolu dans des dogmes serait la norme.

      A tous ceux qui croient à la théorie du réchauffement climatique anthropique, il convient de rappeler que
      - Le climat a toujours changé, il a déja fait bcp plus chaud et aussi bcp plus froid.

      - Que le climat à une inertie si importante qu’il faut des centaines d’années entre le moment ou un phénomène commence et le moment ou le climat est modifié

      - Que le CO² est un gaz ultra-minoritaire dans l’atmosphère

      - Que la composition de l’atmosphère n’est qu’un paramètre parmi bien d’autres qui influence le climat

      - Que les promoteurs de cette théorie du réchauffement, seront ceux a qui elle fera gagner le plus d’argent.

      - Que comme on vous l’a appris a l’école le cycle de l’eau veut que s’il y a plus de chaleur, il y a plus d’évaporation des océans (baisse du niveau), mais aussi plus de retombée (neige, pluie...) donc une reglaciation des pôles et des glaciers.

      - Que d’après cette théorie, les pôles se réchauffant plus vite, on aura un climat plus homogène, donc moins d’événements climatiques extrêmes comme les tempêtes

      - etc ...

      et la liste d’arguments tout bêtes ; qui indiquent que cette théorie est au mieux incomplète, au pire complètement fausse ; est encore longue ...

    • Tinsmar • 11/11/2009 - 20:28

      Vous proposez comme arguments :
       Le climat a toujours changé, il a déja fait bcp plus chaud et aussi bcp plus froid.

      Vrai, mais le changement actuelle est exceptionnellement rapide et généralisé sur l’ensemble de la planète. Le fameux petit âge glacière n’avait impacté qu’une partie de l’hémisphère nord. Sur les fameuses courbes que Al Gore utilisent dans son « exposé » show , où il montre des courbes très accidentées remontant jusqu’à près de 700 000 ans et dont les températures varient de -7, -8°C à +3°C par rapport à 1955. La pente de ces courbes montrent une vitesse d’évolution (°C/temps). Les impressionnantes courbes montrent des changements de l’ordre de 0,5° à 1°C par 1000ans. (J’ai fait le calcule). Or, puisque vous connaissez la situation, vous devriez savoir que nous en sommes à près de 0,9 en 100ans soit une vitesse de 9°C en 1000ans pour le siècle passé. Et pour le siècle qui vient vu que nous sommes dans le schéma du pire des scénarii du GIEC, nous pourrions atteindre les +6°C en 100ans soit une vitesse ramenée sur 1000ans de 60°C. (Ceci est un nombre qui n’est intéressant que pour bien comprendre l’ordre de grandeur, car il n’a aucun sens en soit, car impossible (à priori)). Or, encore une fois, si vous avez honnêtement fait l’effort d’aller un peu plus loin que le simple fait de lire des arguments de ces personnes mécontentes des travaux du GIEC, (lequel travail de lecture est importante en soit je vous l’accorde) alors vous auriez pu constater qu’en France par exemple, nos météorologues ont observé des augmentations de températures de l’ordre de 2°C en 40ans (exemple, la basse Normandie et la Haute Savoie proche de Genève) soit pour l’instant : 50°C sur 1000 ans, Ibidem)

       Que le climat à une inertie si importante qu’il faut des centaines d’années entre le moment ou un phénomène commence et le moment ou le climat est modifié

      Vrai et Faux : Vrai, et il est de l’ordre de la 10aines de milliers d’années si le changement climatique est du au variation de la position de la Terre dans l’espace, il peut être de l’ordre de la 100aine d’année dans le cas de « surprise » climatique comme le phénomène d’il y a 8000ans avec la débâcle de la région des grands lacs actuels, et de l’ordre du mois lorsque c’est un gros volcan qui vient à exploser (son action ne dure généralement pas plus de l’ordre de quelques années.)

       Que le CO² est un gaz ultra-minoritaire dans l’atmosphère

      Vrai : c’est le cas des Gaz à effet de serre dans leur ensemble dont la concentration ne dépasse pas le 1%. Enlevez les tous et vous vous retrouvez à geler sur toute la Terre. D’où la fragilité de ce mécanisme de « chauffage ». Puisque les concentrations sont initialement faibles, une variation « brutale » dans l’histoire de la planète (planète qui évolue sur des cycles proches de la 10aine de milliers d’années jusqu’au million d’années) entraine des perturbations dans la régulation de ces équilibres atmosphériques et biologiques.

       Que la composition de l’atmosphère n’est qu’un paramètre parmi bien d’autres qui influence le climat

      Vrai : il est d’ailleurs intéressant d’apprendre combien les précisions sur le fonctionnement générale s’affine d’année en année grâce au moyen financier associé. C’est assez étonnant à suivre comme évolution. On apprend plein de belles histoires de migration voir d’adaptation sur nos insectes, plantes etc...

       Que les promoteurs de cette théorie du réchauffement, seront ceux a qui elle fera gagner le plus d’argent.

      Vrai et Faux : Il est vrai, pour l’avoir observé au sein des laboratoires de recherche en France, qu’aujourd’hui par exemple, si un centre de recherche espère attirer de l’argent pour ses laboratoires, il est souvent important que les chercheurs déterminent les attentes espérées d’apport pour la compréhension (sur l’évolution, ou l’impact etc..) du Changement climatique du sujets observés ou analysés. Un des principaux reproches fait par M Allègre au final.

       Que comme on vous l’a appris a l’école le cycle de l’eau veut que s’il y a plus de chaleur, il y a plus d’évaporation des océans (baisse du niveau), mais aussi plus de retombée (neige, pluie…) donc une reglaciation des pôles et des glaciers.

      Vos relations d’ effets/conséquences paraissent logiques à priori, je vous l’accorde. Mais plus complexe que ce simple résumé. Mais, plus d’évaporation ne va pas impliquer une baisse du niveau des océans. (évolution de l’ordre du mètre en 100ans, et plusieurs mètres sur les 500ans prochaines années). La quantité d’eau présente dans l’atmosphère est infime par rapport au volume général des océans. Pour le nord atlantique plus d’eau douce avec les pluies va entrainer un ralentissement de la pompe qui attire le Gulf Stream vers le nord. Pour ce qui est de la reglaciation des pôles, il faudrait des températures qui n’évoluent pas trop vers le chaud car, toutes les précipitations de neiges refondent systématiquement le beau temps revenant. On constate d’ailleurs un écourtement de la période froide au niveau du pôle nord qui ne permet pas la glaciation. Au pôle Sud, sur on observe un « dégèle » du côté de l’Amérique du sud et une augmentation des glaciers « côtés Australie » par l’augmentation des précipitations sur cette zone.

       Que d’après cette théorie, les pôles se réchauffant plus vite, on aura un climat plus homogène, donc moins d’événements climatiques extrêmes comme les tempêtes

      Faux : Il y a deux grandes sources de tempêtes. Soit par des perturbations (tourbillons) issues de la frontière zone polaire/tempérée qui descendent en direction des parallèles de 40° N et S. Je ne sais rien pour l’instant pour leurs nombres. Mais celles-ci sont amenées à descendre moins fortement et rester plus proches des pôles. Soit par les zones chaudes pour les tempêtes et cyclones tropicaux qui elles augmentent déjà en nombre.

      Vous me dites aussi :

      « Lorsque vous aurez fait ce travail, vous constaterez que le mouvement écologique tel qu’il existe actuellement, n’a comme seul but de mener nos sociétés dans age des tenebres, ou la dénatalité, la haine de la science, la croyance absolu dans des dogmes serait la norme. »

      Je ne comprends pas vos arguments. Vous dites que le mouvement écologique tel qu’il existe actuellement, n’a que pour seul but que de mener nos sociétés dans un âge des ténèbres ??? Pour qu’il y ait ténèbres dans le futur, il faudrait il y ait déjà lumière aujourd’hui. Je ne vois pas la lumière que vous avez pu voir jusque là ? Le productivisme issu de l’ère industrielle nous a conduit à détruire des millions de km2 de surface de terre de la planète repoussant sans cesse les habitants les plus nombreux de celle-ci : c’est à dire, les autres Etres vivants que l’espèce humaine. La lumière demain pourrait peut être venir d’un apprentissage d’un certain relativisme de notre Supériorité sur les Etres vivants qui nous entourent.

      Vous parlez de « La dénatalité » ? Je ne pense pas que la question de la régulation de la population humaine soit un tabou. Elle pourrait honnêtement être posée de manière démocratique à la population mondiale pour qu’on choisisse ensemble.

      Vous parlez « La haine de la science » ? Ce serait un comble vu que l’écologie est basée sur la connaissance de son milieu de vie, donc une démarche « scientifique ».

      Vous parlez « la croyance absolu dans des dogmes serait la norme » : Dogmes : En 2000ans, on est passé du dogme religieux aux dogmes scientistes. C’est notre éducation non libertaire qui nous conditionne à obéir aux grandes idées de nos oligarques. (Cf Livre « Propaganda de Bernays). Or, votre argumentation, dans son imprécision et la croyance que vous semblez vouer à ces personnes m’évoque une telle démarche d’acceptation d’un dogme : ici Négacioniste du réchauffement. Ne croyez pas pour autant que je suis un pro GIEC pour autant. Je connais quelques limites de la qualité de ce groupe surtout dans la rédaction de leurs rapport à destination des décideurs. Et pour cause, vu qu’il est « relu » par les diplomates de chaque pays. Je suis pour un vrai débat contradictoire des faits. Et là, c’est le travail de la communauté scientifique. En temps que citoyen, je lis les milliers de conclusions que je peux référencer et je fais ma synthèse.

      Je vous invite à en faire autant.

      coopérativement vôtre mon ami.
      Merci pour votre échange.

    • ? • 12/11/2009 - 12:39

      il me semble que vous n’avez pas lu les dossiers sur l’écologie
      ni regardé la vidéo sur la conférence de Vincent Courtillot

      par ailleurs puisque
      vous dites "Je ne pense pas que la question de la régulation de la population humaine soit un tabou. Elle pourrait honnêtement être posée de manière démocratique à la population mondiale pour qu’on choisisse ensemble."
      il me semble que vous être prêt à montrer l’exemple....

      je vous rappelle qu’il est évident que la planète peut nourrir 20 a 30 milliards d’individus ( au vu de la non exploitation et du faible rendement des terres en afrique )

      quand vous parlez de ténèbres et de lumières, vous devez penser que nous considerons que nous sommes dans les lumières...
      les lumières ont disparues avec le mise au ban de la culture classique (voir les dossiers sur le site) et la main mise des exploiteurs sur les richesses dans un cadre non pas de progrès mais d’arrêt voir de retour en arrière culturel sur l’humanisme

    • super.mouton • 12/11/2009 - 14:32

      "Vrai, mais le changement actuelle est exceptionnellement rapide et généralisé sur l’ensemble de la planète."
      faux, c’est quasiment impossible de définir un changement "rapide" sur une fenêtre d’un siècle quand on a un phénomène aussi variable que le climat.il n’y a pas non plus de réchauffement généralisé sur la planète, et comme nous avons pu lire il y a quelques jours dans le Monde "le réchauffement s’est arrété en 1998" comme il s’était arrété dans les années 70 etc... normal, la météo est variable
      En terme de méthode scientifique, si vous lisez le rapport du GIEC, très peu d’élément son concluant : vous pouvez déjà éliminé la partie simulation du climat puisque les modèles n’ont jamais fait office de preuves tandis que pour les statistiques, la corrélation (notamment de deux variables trop différentes : T° et concentration de CO2 qui physiquement n’ont aucun point commun) n’est pas une preuve de cause à effet. Déjà le rapport vous pouvez le mettre à la poubelle.
      Je crois que pour comprendre ça, il faudrait mieux avoir des considérations politiques (d’où vient le GIEC ? Quel est l’atout de cette théorie ? )philosophique (
      Pourquoi pas une autre théorie ? si on en venait à avoir un traité à copenhague, quelles en seraient les conséquences ? pour qui pour quoi ? ), et épistémologique (comment les scientifiques font de la recherche, qu’est ce que la méthode scientifique ? etc... )
      pour le reste :
      http://skyfal.free.fr/

    • Nico • 12/11/2009 - 15:27

      On sait maintenant que les chiffre du GIEC ou de Al Caborne sont plus ou moins trafiqués. Donc on pourra débattre des heures dessus, moi personnellement je ne m’y fis pas une seconde. La preuve, les modèles soi-disant fiables ne sont meme pas capables d’expliquer le climat des siècles passés, alors pourquoi seraient-ils meilleurs pour le futur ?
      Autre chose qui me fait bien rire, lorsque je regarde la météo (très rarement, je préfère regarder le temps qu’il fait dehors c’est plus fiable) je constate que les prévisions à 1 ou 2 jours sont généralement correctes, mais pour celles à la semaine, c’est rarement le cas.
      Alors je pose en question toute bete, lorsque l’on est pas capable de prévoir d’une semaine à l’autre ou meme d’une année à l’autre le temps comment pourrait-on prévoir à 100 ans ???

      La question n’est pas de savoir si le climat change, il a toujours changé, et changera surement toujours. La question c’est d’en trouver la cause. On nous explique que c’est le CO². Comme si il suffisait d’étudier ce seul gaz pour prévoir le climat.
      Je me demande alors pourquoi on paie si cher des satellites météo ? On ferait bien de mesurer simplement la concentration de CO² dans l’atmosphère
      avec un bon vieux ballon sonde puisqu’il parait que ca détermine le climat ! Ca couterait quand meme moins cher !

    • Nico • 12/11/2009 - 15:28

      Cette histoire de CO², C’est un peu comme si quelqu’un tombait en panne sur le bord de la route pour un cause indéterminée et se concentrait uniquement sur un des boulons de la roue arrière droite pour trouver la panne.

      Je ne dis pas que la situation de l’humanité aujourd’hui est resplendissante, il y a à faire, il y aura toujours à faire. Ce qu’il faut prendre en compte c’est la dynamique de la société ? Je dis que le jour on les écolos auront accomplit leur mission d’idiots utiles du grand capital,
      le jour ou les gens haïront automatiquement ce qui est industiel, technique, scientifique ...
      Le jour ou les naissances seront contrôles, ou la nourriture sera rationnée (forcement moins de tracteurs = moins de bouffe)
      le jour ou on fera un calcul de rentabilité de la vie basé sur l’age, la santé... dans lequel on arrivera à dire qu’un bébé vaut 600 aller/retour Paris/New York ! la on sera dans les ténèbres. Alors évidement il faut replacer les choses
      dans leurs contexte, les écolos ne seront pas les seuls à nous faire plonger vers l’abime. Les financiers seront la pour privatiser à gogo, réduire les couts sociaux, rétablir la bonne vielle loi de la jungle.

    • Nico • 12/11/2009 - 15:30

      vous dite que l’écologie est basé sur la connaissance de son milieu de vie. C’est vrai la définition étymologique est celle la et l’écologie originelle état ça.
      Mais aujourd’hui je vous propose d’aller voir un écolo et de lui demander s’il est contre ou pour le Monoxyde de DiHydrogène en lui précisant bien que c’est un solvant très utilisé dans l’alimentaire ?
      Et la vous constaterez que ce mouvement n’a plus rien a voir avec la science et avec l’étude de la nature.
      C’est un mouvement idéologique malthusien qui fonctionne par reflex primaires :
      - Chimie = Pas bien
      - nucléaire = Pas bien
      - Dépense d’énergie = Pas bien
      - Doute scientifique = Pas bien (bouh le vilain conspirationiste !!)
      - Développement des pays pauvres = Pas bien (vraiment pas bien !!!)
      etc...

    Répondre à ce message

  • Gabriel RABHI • 10/11/2009 - 23:30

    La réalité du réchauffement climatique, c’est qu’on a plus de pétrole. On a dépassé le pic pétrolier, et nous n’aurons désormais plus de croissance de la production de pétrole, ce qui va, dans quelques années, créer une situation de concurrence absolue entre les grandes puissances.

    De ce fait, il est impératif de baisser notre dépendance au produits pétroliers. Dans une dizaine d’année, on va connaitre une véritable descente aux enfers. La guerre d’afghanistant et d’Irak sont les deux permiéres guerres pétroliére, plannifiées bien avant le 11 sptembre 2001.

    C’est précisément cela que le réchauffement climatique vise. Ce n’est qu’un prétexte à juguler notre consommation de pétrole !

    Sans pétrole, il n’y a plus d’économie.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 10/11/2009 - 20:57

    oh ! "ON" a tenter de nous influencer par des mensonges ??????

    Répondre à ce message

  • webtélévision souverainiste • 10/11/2009 - 20:17

    Agenda21 : Rep Vern Buchanan met en garde contre le nouveau Gouvernement Mondial

    agenda 21,kopenhagen,NWO) Le républicain Vern Buchanan (R-FL 13ème) exhorte le président Barack Obama de ne pas signer le traité de Copenhague de peur que les États-Unis cède elle-même à un gouvernement mondial.
    Une lettre ouverte au Président intitulé « Le Traité du Climate à Copenhague-mauvaises Nouvelles pour les USA », Buchanan décrit les dangers qui s’attachent à ce traité particulier.

    "Le président Obama, ne signez pas ce traité sur le climat, pas même dans le symbolisme .... », Buchanan déclare dans sa lettre.

    « C’est une porte que nous ne souhaitez pas être laissée ouverte. ” Il ya un grand risque de gouvernement mondial. "
    Remarques du membre du Congrès en ce qui concerne ce traité reflètent les préoccupations soulevées par l’ancien conseiller scientifique à Margaret Thatcher, Lord Christopher Monckton, dans un récent discours qu’il a tenu à Béthel University, St. Paul, dans lequel Monckton, a déclaré :

    « J’ai lu ce traité. Et qu’est-ce qu’il dit, c’est ceci : un gouvernement mondial va être créé. Le mot « gouvernement » qui apparaît comme le premier des trois objectifs de la nouvelle entité. Le second objectif est le transfert des richesses des pays de l’Occident aux pays du tiers monde, de la satisfaction de ce qu’on appelle, pudiquement, "dette climatique" - parce que nous brûlons de CO2 et qu’elles n’ont pas. Nous avons été en plissant le climat et qu’elles n’ont pas. ” Et le troisième objectif de cette nouvelle entité, du gouvernement, est l’application. "
    LA suite http://www.webtelelibre.levillage.org/content/view/1842/40/

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 21 septembre le monde
en devenir

Don rapide