Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Avant Copenhague : la théorie du réchauffement fond comme neige au soleil

La rédaction
visites
2545

10 novembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – À quelques semaines du sommet de l’ONU sur le climat prévu en décembre à Copenhague, de gros nuages viennent faire de l’ombre sur les fausses certitudes des catastrophistes.

Comme nous l’avons documenté sur ce site, l’objectif de l’oligarchie financière, clairement formulé par le Prince Philip d’Angleterre, consiste à prendre prétexte des variations climatiques pour imposer et surtout « populariser » des réductions substantielles de la population mondiale.

Si les climatologues du GIEC continuent à voir en la fonte des glaciers alpins et de la banquise la preuve irréfutable du réchauffement global, de plus en plus de scientifiques, en France et dans le monde, brisent le silence et s’élèvent pour dénoncer ce qu’ils estiment, à raison, être une « escroquerie » véhiculée par des « Nostradamus » du climat, qualifiés sur Internet de « réchauffistes ».

Au premier rang de ceux qu’on considère être des « négationnistes du réchauffement », on trouve l’ancien ministre de l’Education Claude Allègre — bien que ce dernier garde un fort penchant pour le malthusianisme — et le directeur de l’Institut de physique du globe, Vincent Courtillot.

D’après ce professeur de géophysique « La température globale décroît depuis 1998 et aucun des modèles du GIEC (Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat) ne l’avait prédit ».

Pour sa part, les variations climatiques ne s’expliquent que par l’impact cyclique de l’activité solaire sur la Terre, une thèse également soutenue par la Société japonaise des ressources et de l’énergie. Puisque pour les partisans de cette théorie, l’augmentation du CO² dans l’atmosphère n’est qu’une conséquence du réchauffement et non pas la cause première, la responsabilité éventuelle des activités humaines se trouve largement dédouanée.

« Le problème, dit Courtillot, c’est que quand je soutiens cette thèse, on m’accuse d’être à la solde du lobby pétrolier et on me traite de faussaire. Pour convaincre les décideurs de la justesse de leur thèse, les membres du GIEC ont exagéré les conséquences du réchauffement quitte à commettre des erreurs et il est très difficile de faire machine arrière. Or, désormais des centaines de scientifiques éminents, dont 10% d’anciens membres du GIEC, remettent en cause les conclusions de ce rapport. »

Alors que le GIEC craint un réchauffement de 2° d’ici 2050, et même de 5° d’ici 2100, des chercheurs allemands annoncent, dans la revue Nature, pour les dix ans à venir, une pause dans le processus de réchauffement.

D’ici là, espérons que les scientifiques pourront continuer à lever la voix, et convaincre nos décideurs de retrouver le courage pour faire face à un lobby malthusien et financier, qui par ses mensonges, finit par décrédibiliser toute idée d’écologie humaine.


Dossier : réchauffement climatique, propagande malthusienne contre écologie humaine


Contactez-nous !