Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Avec quatre ans de retard, le Washington Post fait état des mises en garde lancées avant la guerre d’Irak

La rédaction
visites
756

Dans son édition du 4 décembre, Walter Pincus, du Washington Post, revient sur les avertissements contre une action militaire en Irak, hélas justifiés entre-temps, lancés par un certain nombre de démocrates à la Chambre, désormais appelés à occuper de hautes responsabilités au sein du nouveau Congrès. Ces déclarations sont antérieures au vote d’octobre 2002 autorisant l’utilisation de la force en Irak. Quelques exemples :

  • le nouveau chef du groupe démocrate, John Spratt, avait cité les mises en garde des généraux Anthony Zinni et Joseph Hoar, selon lesquelles les Etats-Unis risquaient de gagner la guerre, mais de perdre la paix et de grossir les rangs des terroristes ;
  • le nouveau président de la commission des Forces armées, Ike Skelton, avait soutenu Spratt, évoquant les difficultés d’une occupation de l’Irak ainsi que la probabilité que le peuple irakien rejette la mise en place d’un nouveau régime remplaçant Saddam Hussein, menant à des troubles civils et à l’anarchie.
  • Barbara Lee avait déposé un amendement prévoyant de retarder l’invasion tant que les inspecteurs de l’ONU n’auraient pas terminé leur travail sur les armes de destruction massive.
  • David Obey, qui dirigera la commission des Crédits, avait évoqué le manque de préparation pour la période suivant l’invasion, s’appuyant sur des discussions avec des responsables du département d’Etat.
  • Tammy Baldwin avait mis en garde contre les problèmes soulevés par la reconstruction économique, évoquant la possibilité que les Etats-Unis soient obligés de garder 100 000 soldats, voire plus, en Irak pour maintenir la stabilité, que l’Iran devienne la puissance dominante en Asie du Sud-Ouest et que les fondamentalistes prennent le dessus en Irak.

Pincus rappelle qu’à l’époque, aucune de ces déclarations n’avait été mentionnée par le Washington Post, dans sa couverture du vote à la Chambre. (Une recherche dans notre site montre que Zinni et Hoar ont été au contraire amplement couverts sur www.solidariteetprogres.org.)

Contactez-nous !