Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Avertissements à la conférence d’Alpach

La rédaction
visites
840

Du 2 au 4 septembre, le Forum européen d’Alpach (Autriche) a tenu, comme chaque année, un « Symposium économique », au cours duquel on souleva la question de l’éventualité d’un krach global et de l’effet qu’il aurait sur l’économie mondiale.

L’un des discours les plus convaincants fut celui de Konrad Seitz, ancien dirigeant de l’équipe de planification au ministère allemand des Affaires étrangères et ancien ambassadeur allemand à Pékin jusqu’en février 1999. Selon Seitz, les conditions sont mûres pour une crise du système monétaire et financier international. Son discours faisait suite à celui de Christian Helmenstein, de l’Institut des hautes études autrichien, qui avait utilisé les informations concernant les « rapports cours-bénéfices » pour démontrer formellement que les Etats-Unis se dirigent vers un krach et que l’indice boursier pourrait peut-être perdre plus de 60% de sa valeur.

Reprenant cet argument, Seitz déclara que la Bourse américaine était surévaluée et insista sur l’énorme endettement des Etats-Unis, qui ont créé, depuis les années 80, un important déficit des comptes courants atteignant 200 milliards de dollars en 1997-1998 et 300 milliards de dollars en 1999-2000. L’endettement net des Etats-Unis a atteint 3000 milliards de dollars en 1999 et, selon Seitz, « il est évident que même les Etats-Unis ne peuvent pas laisser croître, année après année, leur dette extérieure » de cette manière. Seitz voit se profiler une « crise de confiance », conduisant à une « liquidation sur le dollar », qui provoquera une crise monétaire semblable à celle subie auparavant en « Corée et en Indonésie », mais affectant cette fois la devise internationale centrale.

Auparavant, dans son discours, Seitz avait distingué les diverses formes de la crise asiatique. Selon lui, ce qui est bien plus important que la crise du Sud-Est asiatique dont on a beaucoup parlé, c’est la crise intérieure japonaise et, à un moindre niveau, la question de savoir si une crise de développement en Chine, sous forme de « récession-déflation », peut être arrêtée. Elle ressemble à un cycle de boom et de krach, avec une énorme spéculation suivie d’effondrement, entraînant des effets significatifs sur l’économie réelle. « Le gouvernement japonais est incroyablement endetté, dit-il. (...) L’endettement du gouvernement japonais représente 450 % du produit intérieur brut », et le gouvernement n’est pas en mesure d’alimenter la croissance par des dépenses déficitaires.

Contactez-nous !