Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Aveux de Greenspan : « quelque chose d’inattendu va arriver »

La rédaction
visites
8426

31 décembre 2007 (LPAC) - Alan Greenspan, ancien chef de la Réserve Fédéral américaine (Fed) de 1987 à 2006 et principal promoteur des instruments financiers « créatifs » que nous voyons défaillir les uns après les autres depuis l’été, a confié à la veille du Nouvel An que « quelque chose d’inattendu » allait bientôt se produire et que ça nous « mettra par terre ». Pour Lyndon LaRouche, cet aveu dévoile aux yeux de tous la cause du chaos dans lequel le monde est en train d’être précipité, qualifiant la situation au Pakistan, en Asie du Sud-Ouest, au Kenya, en Afrique du Sud, au Yémen, ainsi que les tensions ibéro-américaines autour des FARC et de Chavez, d’opérations dirigées par la clique financière anglo-hollandaise.

Lors d’une interview sur la radio publique étasunienne (NPR), Greenspan a déclaré « je dois prévoir que quelque chose d’inattendu va arriver et nous mettra à terre (...) Je pense que les chances pour que ça arrive augmentent, car nous entrons dans des zones vulnérables ».
Puis il a ajouté « Ce que je veux soulever c’est que nous sommes dans une phase de changement, et que les améliorations extraordinaires de l’économie mondiale ces 15 dernières années sont transitoires, et ça va changer (...) Donc je pense que ce tout ce processus va commencer à se retourner ».
Les taux d’intérêt, a t-il dit « sont déterminés par les flux d’investissements mondiaux ; c’est une force bien supérieure aux efforts concertés des banques centrales, Fed incluse (...) Nous, ainsi que toutes les autres banques centrales, perdons le contrôle des forces qui accroissent les prix ».

Alan Greenspan a ensuite admit son piteux palmarès en tant que prévisionniste, alors qu’il fut le directeur de la Fed pendant 20 ans : « Le palmarès des prévisions, non seulement que j’ai faites et des entreprises que j’ai développées, mais aussi pour toute la profession dans son ensemble, n’est pas vraiment spectaculaire ». « J’ai fait des prévisions depuis le début des années 50. J’étais aussi mauvais alors que maintenant ».

Contactez-nous !