Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

BCE : Les banquiers du cœur et la famine monétaire

La rédaction

28 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – En ce mois de décembre, la Banque centrale européenne a mis en marche la planche à billet pour alimenter en urgence 523 établissements financiers avec 489 milliards d’euros, un prêt à 3 ans à 1%. Dans quel but ? Pour assurer le crédit à l’économie ? Non. Pour retarder l’inéluctable faillite des banques ? Oui. Deux jours après, l’on a retrouvé une bonne partie du magot parquée... à la BCE, au guichet à 24h où le montant des dépôts a bondi de 200 milliards pour atteindre 412 milliards d’euros ! Les banques y déposent ainsi leur argent chaque soir, quand elles ont peur de se prêter entre elles...

Pendant que la BCE joue à l’hyperinflation, la faim se répand. Si le Fonds européen d’aide alimentaire vient d’être sauvé in extremis des coupes budgétaires, il est bien incapable en l’état de répondre à la hausse des besoins. En France, les Restos du Cœur ont tiré la sonnette d’alarme : en trois ans, le nombre de précaires de l’assiette a augmenté de 25%, et les inscriptions pour cette hiver sont en hausse générale de 5 à 8% selon les régions, avec des pics à 15%. Il manquera donc la somme faramineuse de 5 millions d’euros à l’organisation fondée par Coluche pour nourrir ceux qui en ont besoin.

Outre-atlantique, où les renflouements de Wall Street menés par la Réserve fédérale servent de modèle à la BCE, la situation est encore pire : la première banque alimentaire des Etats-Unis, Feeding America, a annoncé une hausse de 46% de la demande d’aide sur 4 ans, alors que les dons d’argent et d’aliments diminuent avec l’appauvrissement de la classe moyenne... et la politique d’austérité d’Obama, puisque la contribution alimentaire du ministère de l’Agriculture a baissé de 35% en deux ans. Il y a désormais 1 américain sur 7 (47 millions de personnes) qui vit de timbres alimentaires et 1 sur 5 (62 millions millions de personnes) en état d’ « insécurité alimentaire » (sic).

Si les spéculateurs sont en faillite, il faut les achever, sans quoi c’est un véritable génocide monétaire qui se prépare. Pour la banqueroute organisée c’est par là ---> cheminade2012.fr

Voir le commentaire

  • petite souris • 29/12/2011 - 00:21

    Si je comprends bien, la mondialisation, qui a entraîné la délocalisation des usines de production en asie, profite essentiellement aux banques qui sont en faillite réelle ;
    pour que les banques ne meurent pas de leur "belle" mort, les classes moyennes sont soumises aux mesures d’austérité et deviendront pauvres demain ;
    c’est ainsi qu’aujourd’hui, les précaires et les pauvres vont, cet hiver, mourir de faim.

    Donc, à terme, plus personne ne pourra être "saigné" à blanc pour faire survivre les banques et les spéculateurs...

    Question  : Que feront ces gens-là lorsqu’ils se retrouveront entre eux et seuls, sans personnel, ni peuple à piller, ni personne à exploiter ????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Rejoignez la mobilisation !

La chronique du 25 avril le monde
en devenir

Don rapide