Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Banque mondiale : les biocarburants responsables à 75% de la hausse des prix alimentaires

La rédaction
visites
1797

Un nouveau rapport de la Banque mondiale (BM) accuse la course folle aux agrocarburants d’être responsable à 75% de la hausse vertigineuse des prix alimentaires. Cette flambée des prix aurait déjà coûté 324 milliards de dollars aux consommateurs des pays pauvres et pourrait faire plonger 105 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté.

L’économiste de la BM Don Mitchell a calculé le prix d’un panier de denrées entre janvier 2002 et février 2008, et mesuré une hausse globale de 140%. Prenant en compte la « chaîne des conséquences », Mitchell estime que sur les 140%, 35% sont imputables à la hausse des prix de l’énergie, des engrais et à la faiblesse du dollar, et 75% aux biocarburants.

D’après le quotidien britannique The Guardian, le rapport « affirme que la production des biocarburants a désorganisé le marché des produits alimentaires de trois façons majeures. D’abord, [la demande pour les biocarburants] détourne le blé vers l’éthanol et non vers l’alimentation. Ensuite, à l’heure actuelle, presque un tiers du maïs produit aux Etats-Unis sert à la production d’éthanol et environ la moitié des huiles végétales (colza, tournesol, etc.) sont utilisées pour le bio-diesel. Et finalement, cette dynamique haussière a attiré la spéculation sur les céréales. »

Pour leur part, la FAO et l’OCDE estiment à 30% l’impact des biocarburants sur les prix, et l’Union européenne estime que « l’impact à long terme des biocarburants sur les prix des céréales ne dépassera pas 3 à 6% par rapport aux prix de 2006 ».

La BM n’a pas publié son étude afin d’échapper aux foudres de l’administration Bush, pour qui les biocarburants ne sont responsables que de 3% de la hausse des prix.

En tout cas, le rapport donne raison à Mme Helga Zepp-LaRouche qui, face à la nécessité d’augmenter la production alimentaire mondiale, a demandé de suspendre toute dérive dans ce sens.

Pour agir : signez la pétition de l’Institut Schiller

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !