Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Banques françaises : un super-conduit pour sauver les titrisations

La rédaction
visites
1648

15 décembre 2007 (Nouvelle Solidarité) - « La crainte grandit d’une défaillance généralisée du système bancaire mondial » pouvait on lire le 14 décembre à la une du Monde, journal dont nous connaissons pourtant les conservatismes ! De la plume de Pierre Antoine Delhommais, cet article n’hésite pas à décrire le système bancaire international comme étant actuellement “au bord de l’asphyxie” et à estimer l’ensemble des pertes de la crise de subprimes à près de 2.000 milliards de dollars, bien au delà des 100 milliards prévus initialement.

Et la crise ne concerne pas que les Etats-uniens, les Anglais ou les Allemands. Elle frappe aussi notre douce France. Les médias économiques nous ont appris ces dernières heures qu’en France les plus grosses banques - BNP PARIBAS, la Société Générale, Natixis, HSBC et Calyon - seraient en train d’enfanter un « super-conduit » Selon Reuters, ce super-conduit, un mécanisme rassemblant en son sein des instruments de titrisation, reprendra des actifs de type ABS (titres adossés à des flux financiers provenant des hypothèques à risque, des cartes de crédit, d’achats automobile ou d’autres effets commerciaux), qui seront refinancés sous forme d’émission de papier destiné aux investisseurs. Il pourrait disposer d’un capital de 1 à 2 milliards d’euros et voir le jour en janvier 2008.

Ces nouvelles arrivent alors que circulent des rumeurs persistantes selon lesquelles deux grandes banques françaises seraient particulièrement mises à mal par la crise : Natixis, banque d’investissement de la Caisse d’épargne et des Banques populaires, et la Société Générale. Cette dernière avait déjà annoncé la semaine dernière la consolidation de son SIV (Véhicule d’investissements structurés), PACE, le seul du genre en France, pour une valeur de 4 milliards d’euros.

Et, quelques déclarations d’experts nous annoncent que la « purge » dans les banques européennes devrait bientôt commencer. Dans la rubrique « La Séance » du Figaro Economie, Hervé Rousseau cite des analystes du CM-CIC selon lesquels « la plupart des banques américaines, enregistreront d’ici à la fin de l’année de nouvelles provisions très significatives et plusieurs banques européennes devront encore poursuivre le nettoyage de leur bilan ».

Mais c’est Eric Chaney, économiste en chef de Morgan Stanley en Europe, qui sans aucune ambiguïté déclare, dans le même Figaro saumon, que « concernant les banques, le pire est sans doute devant nous. Aux Etats Unis, même si la purge du système financier a déjà commencé, nous pouvons encore attendre de mauvaises nouvelles. Quant à l’Europe, l’essentiel du travail de nettoyage reste à faire. »

Contactez-nous !