Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Ben Bernanke va-t-il faire les frais de la colère des Américains ?

La rédaction
visites
1241

23 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité) - La révolte du peuple américain contre Washington et Wall Street a finalement poussé plusieurs sénateurs démocrates à s’opposer à la réélection de Ben Bernanke au poste de gouverneur de la Réserve fédérale. L’actuel chef de la banque centrale américaine est vivement contesté pour son implication dans la folie financière qui a mené à l’explosion du système, ainsi que pour les largesses dont son institution a fait preuve vis-à-vis de Wall Street depuis. Son mandat arrivera à échéance le 31 janvier.

Le sénateur démocrate du Wisconsin, Russ Feingold, a expliqué que « sous Bernanke, la Réserve fédérale a laissé faire des activités financières scandaleusement irresponsables qui ont mené à la pire crise financière depuis 1929 ». Sa collègue de Californie Barbara Boxer a déclaré qu’« il est temps de changer ; il est temps que Main Street [le peuple, par opposition à Wall Street - ndlr] ait son champion à la Fed. Le prochain gouverneur devra incarner une rupture nette avec les pratiques calamiteuses du passé ». Tous deux ont annoncé qu’ils voteront contre la reconduction de Bernanke, tout comme une dizaine d’autres démocrates, ainsi que le sénateur indépendant du Vermont, Bernie Sanders. Si Obama a déclaré hier son plein soutien à Bernanke (après être pourtant « entré en guerre » avec Wall Street !), il n’a pas pour l’instant la majorité de 60 sénateurs nécessaire pour la réelection de celui que l’on surnomme « helicopter Ben », pour sa faculté à larguer du cash sur Wall Street.

Bernanke est d’autant plus mal que la Commission de surveillance et de réforme gouvernementale à la Chambre est en train d’enquêter sur le rôle de la Fed dans le renflouement secret de l’« assureur » AIG, où 180 milliards de dollars d’argent public ont été balancés pour couvrir intégralement les pertes des grands banques américaines et européennes. Le secrétaire au Trésor Tim Geithner devra comparaître mercredi prochain et Bernanke, à la demande des élus, pourrait bien l’y suivre…


A lire :


Contactez-nous !