Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Bernanke met les hélicoptères en état d’alerte

La rédaction
visites
881
commentaire

Alors que la bulle du logement américain est sur le point d’éclater et que bien d’autres bombes financières à retardement ont été allumées chez les hedge funds et dans le secteur des produits dérivés, la Réserve fédérale se prépare à injecter de nouvelles liquidités dans le système. Le président sortant de la Fed, Alan Greenspan, et son successeur Ben Bernanke ont fait des déclarations dénuées de toute ambiguïté sur le sujet.

Le 19 novembre 2002, lors de son intervention devant le Conseil des relations extérieures, Greenspan avait promis que la Réserve fédérale (Fed) renflouerait, si nécessaire, le système financier grâce à son « pouvoir illimité de créer de l’argent ». Deux jours plus tard, Bernanke, à l’époque l’un des gouverneurs de la banque centrale, déclarait devant le National Economic Club que la Fed a la capacité de produire « autant de dollars qu’elle le souhaite, presque gratuitement ». Bernanke cita ensuite le commentaire de Milton Friedman à propos de la possibilité de « larguer de l’argent depuis un hélicoptère », si cela s’avérait nécessaire.

Mais lorsque la Réserve fédérale achète aux banques toutes sortes d’avoirs financiers en échange de liquidités, cela laisse inévitablement des traces en termes d’augmentation de la masse monétaire. Il semble que la Fed ait trouvé une « solution » au problème du gonflement de la masse monétaire : le 10 novembre, elle a annoncé sur son site internet qu’elle allait cesser de publier les statistiques sur la masse monétaire (M3). Intitulé Abandon de M3, le communiqué note : « Le 23 mars 2006, le conseil des gouverneurs du système de la Réserve fédérale cessera la publication de l’agrégat monétaire M3. Le conseil cessera aussi d’en publier les composantes suivantes : les dépôts à terme en grosses coupures [supérieures à 100 000 dollars], les accords de rachat et les eurodollars. »

Aucune raison n’est donnée pour cette mesure extraordinaire. Cependant, ces dernières semaines, Bernanke avait déjà indiqué qu’à la place de la masse monétaire, il préfèrerait s’appuyer sur les chiffres de l’inflation, qui peuvent être facilement « manipulés », comme base des décisions monétaires.

La Fed répartit la masse monétaire en trois grandes catégories : M1, M2 et M3. M1 comprend des devises, des travellers checks et la plupart des dépôts ordinaires - en gros l’équivalent du cash. M2 comprend M1 plus l’épargne, les dépôts de moins de 100 000 dollars et les fonds du marché monétaire - autrement dit, M1 plus l’argent qui n’est pas immédiatement disponible mais relativement facile à récupérer. M3, la composante la plus vaste, est composée de M1 et M2, auxquelles s’ajoutent les fonds du marché monétaire des institutions, les dépôts supérieurs à 100 000 dollars, les accords de rachat (RP) et les eurodollars - soit M2 plus les grands fonds institutionnels moins fongibles. En octobre, M1 s’élevait à 1370 milliards de dollars, et M2 à 6630 milliards. Pour la première fois, M3 dépassait le niveau des 10 000 milliards, finissant le mois à 10 060 milliards. Au cours de l’année dernière, M1 a augmenté au taux de 0,6 %, M2 de 4 % et M3 de 7,3 %. M3 a doublé de volume au cours des 10 dernières années et augmente actuellement de plus de 600 milliards de dollars par an.

Contactez-nous !

Don rapide