Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Bienvenu à la French Connection »

La rédaction
visites
1246
commentaire

Dans un article de Libération daté du 19 février, intitulé « La France joue les gros bras au large de l’Iran », Jean-Dominique Merchet rapporte que le porte-avions Charles de Gaulle, accompagné d’un groupe aéronaval, partira de Toulon, le 28 février prochain, en direction de l’océan Indien et du golfe Persique.

Au mois de mars, des manœuvres navales conduites sous le nom de code « Agapanthe », se dérouleront dans l’océan Indien, avec la participation de l’Inde, de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis. Le groupe participera ensuite à l’opération « Enduring Freedom » destinée à la lutte contre le terrorisme, et des avions de chasse du Charles de Gaulle pourraient, comme par le passé, participer à des missions en Afghanistan.

Au cours des deux dernières semaines d’avril, cependant, le groupe aéronaval se déploiera dans le golfe Persique et d’Oman, face aux côtes iraniennes. La formation inclue le Charles de Gaulle, trois frégates, dont l’une britannique, et un sous-marin nucléaire d’attaque. Jean-Dominique Merchet rappelle que le Charles de Gaulle est la troisième composante de la Force de Frappe, et que ses missiles air-sol (ASMP) peuvent être dotés de têtes nucléaires, si le Président de la République le décide ainsi.

Alors que de nouveaux efforts se déploient pour trouver une solution diplomatique à la crise iranienne, le ministre des Affaires étrangères français, Philippe Douste-Blazy, n’a pas hésité à jeter de l’huile sur le feu en déclarant, lors d’une interview à France 2, le 17 février, que le programme nucléaire iranien est un programme « militaire clandestin ».

Dans un article paru dans le Washington Post du 1er février, David Ignatius a confirmé ce que les observateurs avisés savent depuis longtemps : le gouvernement français et l’administration Bush-Cheney se concertent pour déterminer leur politique à l’égard du Liban, de la Syrie et de l’Iran. Ignatius écrit :

« Tous les cinq ou six semaines, un conseiller du Président français du nom de Maurice Gourdault-Montagne s’envole pour Washington afin d’y rencontrer son homologue américain Stephen Hadley, directeur du Conseil national de sécurité. Ils passent plusieurs heures à coordonner leur stratégie vis-à-vis de l’Iran, de la Syrie, du Liban et d’autres foyers chauds, puis le Français s’en retourne chez lui. Entre ces voyages, les deux hommes se parlent souvent au téléphone, habituellement le mardi et le jeudi. Bienvenue à la French Connection. Bien que le lien entre les principaux conseillers en politique étrangère des présidents Bush et Chirac soit pratiquement inconnu du monde extérieur, il est devenu un élément important de l’élaboration des plans américains. Si, en public, la France continue de faire l’objet de plaisanteries parmi les hommes politiques américains, dans ces contacts diplomatiques privés, l’Elysée est devenue l’un des alliés les plus importants et les plus efficaces de la Maison Blanche. »

Contactez-nous !

Don rapide