Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Boston pourrait déclarer l’état d’urgence économique

La rédaction
visites
2263

29 octobre 2008 (LPAC) — Les conséquences de la crise financière sur l’économie réelle commencent à se faire sentir pour le citoyen. A Boston, l’une des grandes villes des Etats-Unis, les conseillers et certains responsables municipaux, désespérés, ont tenu une conférence de presse exhibant des panneaux : « Renflouez les gens, pas les banques ».

Ils exigent du gouverneur de l’Etat, Deval Patrick, et du maire de Boston, Menino, qu’ils déclarent l’état d’urgence économique. Le but en est simple : obtenir le gel des expulsions, car de plus en plus de gens perdent leur logement pour cause de subprime, et interdire à la compagnie d’électricité NSTAR de couper le courant à ceux qui ne peuvent plus payer leur facture.

Il y a plusieurs mois, l’économiste américain Lyndon LaRouche avait prévenu que le citoyen ordinaire se verrait bientôt obligé de choisir entre garder son logement et se chauffer l’hiver, à moins que son projet de loi, la Homeowners and Banking Protection Act (HBPA) ne soit adopté par le Congrès. Hélas, il ne s’est pas trompé.

A Boston, la crise frappe aussi de plein fouet les enfants, de plus en plus nombreux à être privés de soins médicaux et d’enseignement, un certain nombre d’écoles publiques n’ayant plus les moyens de continuer leurs activités.

« Si le gouvernement fédéral peut renflouer les gens qui ont provoqué cette crise, s’étonnent les élus, pourquoi ne pourrait-il rien faire pour les citoyens et les contribuables ? Disposer d’un logement n’est pas un privilège, mais un droit. Pourquoi les gens de Wall Street n’ont-ils aucun souci pour chauffer leur maison ? »

En guise de réponse, quelqu’un dans l’assistance avertit que « les gens finiront par allumer des feux dans la rue ou incendier leur maison pour se chauffer cet hiver. Les gens recourront à des méthodes de l’âge de pierre ».

Tous ont convenu que cette crise pose un problème moral majeur.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !