www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Brésil : le coup d’État « judiciaire » vise les BRICS

La rédaction
1636 visites | 1 commentaire
JPEG - 221 ko
Vladimir Poutine, Narendra Modi, Dilma Rousseff, Xi Jinping et Jacob Zuma, le 15 juillet 2014 à Fortaleza.
Crédit : itamaraty.gov.br

Conformément aux attentes, le Sénat brésilien s’est prononcé le 31 août en faveur de la destitution de la présidente Dilma Rousseff, faussement accusée d’avoir manipulé les comptes publics. Au moment de quitter le palais de l’Alvorada, Rousseff a clairement fait savoir que la lutte pour l’avenir de son pays était loin d’être terminée, bien au contraire :

Le projet progressiste, inclusif et démocratique que je représente a été interrompu par de puissantes forces conservatrices et réactionnaires. (…). Elles vont s’emparer des institutions de l’État pour les mettre au service du libéralisme économique et de la régression sociale les plus radicaux. (…) Écoutez bien : ils croient avoir eu le dessus, mais ils se trompent. Je sais que nous allons nous battre. (…) Nous allons reprendre nos efforts et notre route pour construire un Brésil où le peuple est souverain.

Rallier l’Amérique du sud aux BRICS

Au lendemain du coup « judiciaire », l’ancienne présidente argentine Cristina Fernández de Kirchner a qualifié à juste titre l’événement de « composant d’une déstabilisation régionale mise en œuvre par des concentrations d’intérêts économiques internes et externes », contrariés d’avoir vu Rousseff rallier l’ensemble de l’Amérique du Sud aux BRICS à l’occasion du sommet de Fortaleza, en juillet 2014.

Lors d’un entretien avec Roberto Navarro sur Radio 10, Fernández a déclaré que le Brésil, l’Équateur, la Bolivie et son propre pays (lorsqu’elle était au pouvoir) ont été pris pour cible après avoir adopté une politique étrangère plus indépendante, en s’alliant avec la Russie et la Chine. Elle a précisé que « la rencontre organisée par Dilma au Brésil, avec le Mercosur, l’Unasur et les BRICS n’avait pas été vraiment appréciée par (…) les puissances extra-continentales » qui se cachent derrière le coup contre la présidence brésilienne.

Pendant le débat au Sénat, le sénateur Roberto Requiao a demandé aux partisans de la destitution s’ils étaient prêts « à faire face à une guerre civile »]. « Non ?, a-t-il poursuivi, alors creusez-vous des tranchées, car l’affrontement est inévitable. Le peuple brésilien qui a pris goût au progrès social depuis quelques années ne va pas accepter de retourner à la senzala [logement destiné aux esclaves]. »

« Les violeurs de la finance »

Partout en Amérique du Sud, on prend de plus en plus ouvertement conscience du fait que sont les « violeurs de la finance », comme les appelle Lyndon LaRouche, qui se cachent derrière le coup judiciaire au Brésil. Le gouvernement vénézuélien a « gelé » toutes relations diplomatiques avec le Brésil, et l’Équateur et la Bolivie ont rappelé leurs ambassadeurs pour consultation. Le gouvernement de l’Uruguay a qualifié le renvoi de Rousseff de « profondément injuste ».

La vice-ministre brésilienne de la Justice Ela Wiecko, qui a démissionné de son poste en protestation contre le coup, a déclaré à la revue Veja que de nombreuses personnes au sein des institutions partagent son point de vue. Selon elle, de nombreux prévenus accusés de corruption, qui avaient marchandé une peine moindre en collaborant avec le juge, ont également fourni des éléments à l’encontre de Michel Temer, qui a remplacé Rousseff à la présidence, suggérant ainsi qu’il risque de ne pas rester président très longtemps.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 10 septembre à 03:02
    par BONIN Stéphane

    La finance mondiale pro-occidentale est anti-démocratique . Tout le contraire des soit-disantes "valeurs occidentales" qu’ on nous rabache à longueur d’ années...........à condition qu’ elles servent d’ abord les ambitions occidentales !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet