Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Bulle immobilière américaine : on attend le pire

La rédaction
visites
909
commentaire

Selon le site www.foreclosure.com du 17 janvier, au cours de l’année 2006, plus de 1,1 million de propriétaires de logement aux Etats-Unis se trouvaient impliqués dans une procédure de saisie hypothécaire, à un stade ou un autre. En décembre, le nombre de saisies a dépassé les 100 000 pour le cinquième mois consécutif. Si certains analystes bancaires affirment que la bulle du logement ne risque plus d’éclater, ce qu’Alan Greenspan ne cesse de répéter depuis maintenant trois mois, ils prennent leurs rêves pour la réalité. Il est vrai que le fait de ne pas tenir compte des annulations de ventes de biens immobiliers dans les statistiques fait apparaître le tableau moins sombre.

Considérons cependant les faits suivants :

DataQuick Information Systems a annoncé le 15 janvier que dans la région de Californie autour de San Francisco, les ventes de logement en décembre dernier étaient au plus bas niveau depuis une décennie. A Minneapolis (Minnesota), selon www.BlackEnterprise.com, les ventes de logement ont baissé de 16 % en 2006, alors que les saisies et les invendus ont atteint un niveau record. Le plus grand constructeur de logements aux Etats-Unis, DR Horton, a annoncé que pour le trimestre fiscal se terminant le 31 décembre 2006, les commandes de nouveaux logements avaient baissé de 23 % par rapport à l’année précédente. En outre, le taux d’annulation des commandes se situait à 33 %. Un autre grand constructeur, Meritage Homes Corp., a annoncé une chute de 42 % des commandes nettes pour le trimestre et un taux d’annulation de 48 %. Lennar Corporation, le troisième constructeur aux Etats-Unis, prévoit une baisse de 20 % en 2007 par rapport à 2006.

Cette évolution risque de faire éclater toute la bulle immobilière résidentielle outre-Atlantique, qui s’élève à 17 000 milliards de dollars. On peut imaginer les ravages que cela provoquerait pour tout le système bancaire, qui s’est maintenu en grande partie depuis une décennie grâce à la bulle hypothécaire.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 22 novembre le monde
en devenir

Don rapide