Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Bush/Cheney : une mobilisation de la base en faveur de l’impeachment

La rédaction
visites
930

La multiplication des appels en faveur de la destitution du président Bush et du vice-Président Dick Cheney commence à submerger la faction opportuniste du Parti démocrate, tout en encourageant les efforts de la faction courageuse qui se bat pour que justice soit faite.

Dans l’environnement créé par la campagne énergique de Lyndon LaRouche et de son mouvement des jeunes en faveur du départ du Président et du vice-Président, une importante coalition s’est regroupée le 11 novembre, à l’initiative de ImpeachForChange.org, dans le centre historique de Philadelphie. A cette occasion, elle a annoncé son intention de mobiliser un mouvement national exigeant l’impeachment de Bush et Cheney. Parmi les orateurs prévus, citons Elizabeth Holtzman, député trois fois réélue à la Chambre, qui avait participé activement à la procédure de destitution du président Richard Nixon et qui vient d’écrire un nouveau livre : La destitution de George W. Bush : guide pratique pour des citoyens concernés. ImpeachForChange.org se donne pour objectif de rassembler un million de signatures sur une pétition pour destituer Bush et Cheney, de créer des comités pour la destitution dans chacune des 435 circonscriptions législatives que comptent les Etats-Unis, de rencontrer chaque membre du Congrès et de faire adopter des projets de loi pro-impeachment dans autant de parlements d’Etat que possible.

Selon un récent sondage de NewsWeek, 51 % des Américains, dont 20 % de républicains, pensent que la destitution devrait être à l’ordre du jour. Le 10 novembre, MSNBC a réalisé un sondage en direct : 87 % des téléspectateurs qui ont répondu estiment que les actions de George Bush constituent un motif suffisant de destitution. Lors du vote du 7 novembre à Berkeley, en Californie, 68 % des électeurs ont voté oui à la Mesure H, faisant de Berkeley la première ville américaine à demander au Congrès fédéral de lancer une procédure d’impeachment contre le Président et le vice-Président. A Urbana, dans l’Illinois, 59 % ont voté en faveur de leur destitution. En avril dernier, une résolution en ce sens avait été déposée dans trois parlements d’Etat - Illinois, Californie et Vermont : depuis, le mouvement ne cesse de s’étendre.

Au Congrès, les démocrates se préparent au combat

Disposant de la majorité dans les deux chambres du Congrès, les démocrates vont présider toutes les commissions, à qui appartient la décision de tenir des auditions et d’ouvrir des enquêtes sur d’éventuelles fautes et malversations. Plusieurs dirigeants démocrates ont déjà fait savoir de quelle manière ils comptent utiliser leurs nouveaux pouvoirs de surveillance pour obtenir du gouvernement des informations, organiser des auditions et faire comparaître des témoins. C’est la démarche utilisée dans le cas d’une procédure de destitution.

Le député démocrate du Montana, Ike Skelton, à qui reviendra la présidence de la commission des Services armés, entend remettre immédiatement sur pied la sous-commission de Surveillance et d’Enquête qui avait été dissoute par les républicains après leur prise de contrôle du Congrès en 1994. Par ce biais, Skelton veut enquêter sur les dépenses du Pentagone et sur la conduite de la guerre en Irak par l’administration Bush.

Les sénateurs Carl Levin et Jack Reed ont indiqué qu’ils pourraient convoquer devant la sous-commission permanente du Sénat sur les Enquêtes certains anciens responsables du Pentagone, comme l’ancien chef du Bureau des plans spéciaux (OSP), Douglas Feith, pour les interroger sur les renseignements disponibles avant la guerre en Irak. Reed a déclaré : « Nous ne voulons pas voir se reproduire la situation que nous avions avec Rumsfeld, où certaines informations pertinentes n’étaient pas mises à disposition. Et ceci, je pense, a sapé nos moyens de faire notre travail. » Carl Levin a précisé que si des responsables refusent de coopérer, des assignations à comparaître seront émises et si elles restent lettre morte, comme Cheney l’a laissé entendre, le Sénat pourrait suspendre la confirmation de certaines nominations, comme celle du secrétaire à la Défense.

Le futur président de la commission du Renseignement, Jay Rockefeller (Virginie occidentale), a fait savoir qu’il mènerait à bien l’enquête sur l’invasion de l’Irak que les républicains ont bloquée. Les prisons secrètes de la CIA et les écoutes téléphoniques sans mandat judiciaire « sont deux domaines privilégiés pour une enquête serrée » a déclaré un aide de Rockefeller. Par ailleurs, le député démocrate du Mississipi Bernie Thompson, qui dirigera la commission sur la Sécurité intérieure de la Chambre, entend convoquer le secrétaire à la Sécurité intérieure, Michael Chertoff, pour répondre à des questions concernant la réaction du gouvernement face au désastre de Katrina, notamment l’attribution de certains contrats sans appel d’offre.

Le représentant californien Henry Waxman, en sa qualité de chef de la commission de la Réforme gouvernementale, compte renforcer le contrôle des entreprises, portant une attention particulière aux prix des médicaments délivrés sur ordonnance, aux profits des compagnies pétrolières et aux contrats accordés à Halliburton en Irak. Par ailleurs, le prochain chef de la Commission judiciaire de la Chambre a déjà mis son équipe au travail pour rassembler tous les dossiers disponibles sur les irrégularités commises par les responsables du gouvernement Bush, en vue de lancer des enquêtes approfondies.

Contactez-nous !