Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Bush : les bons du Trésor ne sont pas de l’argent

La rédaction
visites
803
commentaire

Ces mises en garde, lancées par l’establishment financier au sujet des conséquences de la politique économique et financière de l’administration Bush, ont été en grande partie motivées par les propos de Bush lui-même, dans le cadre de sa campagne de privatisation de la caisse publique des retraites (Social Security).

Prenant la parole au département du Commerce le 9 février, Bush a déclaré, avec son imprécision habituelle : « Certains dans notre pays pensent que la Social Security est une caisse centrale - autrement dit que beaucoup d’argent s’y accumule. Ce n’est tout simplement pas vrai. L’argent - les cotisations obligatoires prélevées sur les salaires pour les retraites sont déjà déboursées. Elles sont déboursées pour des pensions-retraite et des programmes gouvernementaux. Il n’y a pas de fonds. Nous sommes dans un système ultime de répartition - ce qui entre ressort. » Le lendemain, dans un discours à Raleigh (Caroline du Nord), Bush a déclaré : « Il y a des promesses vides, mais il n’y a pas de magot là où vous pensiez en trouver [dans le Social Security Trust Fund] au moment de votre retraite . »

Qu’en est-il réellement ? L’excédent des cotisations versé actuellement, par rapport aux pensions-retraite à couvrir, est investi dans le Social Security Trust Fund (SSTF). Or celui-ci a « prêté » des fonds au gouvernement, en échange de bons du Trésor à hauteur d’au moins 1,5 billions de dollars, que le gouvernement doit rembourser à échéance. Donc, lorsque Bush affirme qu’« il n’y a pas d’argent dans le Trust Fund », cela signifie que les bons du Trésor détenus par le Fonds ne sont que des « promesses en l’air », que le gouvernement n’a pas l’intention d’honorer. Dans le fond, Bush annonce que le gouvernement va se déclarer insolvable, ou en cessation de paiements.

Or une telle cessation de paiements sur la dette publique est explicitement interdite par la Constitution des Etats-Unis, qui précise que la dette publique ne sera pas remise en question. Au-delà des sommes détenues par le Trust Fund, la dette publique des Etats-Unis s’élève à plus de 7 billions de dollars et on estime que 3 billions de dollars de bons du Trésor sont détenus par des étrangers. Donc, en laissant entendre que le gouvernement ne respectera pas ses obligations, Bush menace de faire sauter le système monétaire international basé sur le dollar.

Le 8 février, les représentants démocrates ont épinglé le secrétaire au Trésor John Snow sur ce point. Le député démocrate Charles Rangel déclara : « N’ayez plus confiance en ces bons du Trésor qui sont détenus par le Social Security Trust Fund, car le Président dit que ce n’est pas de l’argent. Je vais donc dire à mes amis communistes en Chine de faire attention à ce qu’ils achètent, car ce ne sont pas des liquidités en lesquelles ils peuvent avoir confiance. (...) Dites-moi simplement, pour mon édification, quelle est la différence entre les obligations que nous avons dans le Social Security Trust Fund et celles qui sont censées nous permettre de sortir du déficit [budgétaire]. Quelle est la différence ? Pourquoi le Social Security Trust fund est-il en faillite, et pas les Etats-Unis ? »

Contactez-nous !

Don rapide