Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Bush tenté par les purges

La rédaction
visites
781

La situation devient de plus en plus chaude pour George W. Bush et son vice-président Dick Cheney, au fur et à mesure que l’odeur d’un nouveau Watergate se répand autour de la Maison Blanche. Certains « connaisseurs » prétendent que c’est pour fuir l’étau des enquêtes qui se resserre de plus en plus autour de la Maison Blanche, que le Président Bush est parti aussi loin que possible de Washington.

Certains indices permettent de penser que nous assisterions à une réédition du « massacre de samedi soir d’Archibald Cox », qui eut lieu durant la chute de Nixon. Haut responsable du ministère de la justice, le Procureur général adjoint James H. Comey, dont le patron est le ministre de la Justice, Alberto Gonzales, a annoncé son départ, provoquant un véritable déluge de protestations chez les démocrates et même certains médias. Comey avait désigné Patrick Fitzgerald comme procureur spécial dans l’affaire de Valerie Plame Wilson. Il est évident que Cheney, Bush et son conseiller spécial Karl Rove, ainsi que le chef de cabinet de Cheney, Lewis Libby, sont particulièrement irrités que l’enquête ait pu aller si loin.

Celui qui remplacerait Comey dans l’intérim, mais aussi pour la suite, pourrait être un ancien camarade de classe et compagnon de George W. Bush au sein de la fameuse fraternité secrète Skull and Bones de l’université de Yale. « N’est-ce pas là un cas flagrant d’obstruction de la justice par la Maison Blanche ? », a demandé Lyndon LaRouche. L’évaluation des « insiders » de Washington est que la Maison Blanche devient de plus en plus hargneuse, mais qu’à chaque nouvelle offensive, la contre-attaque est plus forte et amène de nouvelles fuites. Des sources à Washington nous ont affirmé que les charges portées contre Lewis Libby pour obstruction à la justice et pour avoir menti à un Grand Jury et au Congrès dans l’affaire de la divulgation du nom de Valerie Plame Wilson aux médias, sont très lourdes.

De plus, tout indique que Michael Ledeen, le chantre du « fascisme universel », a aussi de gros soucis avec le FBI. Ledeen, l’un des principaux suspects dans l’affaire des faux concernant la prétendue vente de « yellow cake » (uranium appauvri) par le Niger à Saddam Hussein, était le principal relais d’un des escrocs de l’Irangate, Manucher Ghorbanifar. L’inculpation de Larry Franklin indique aussi que le FBI mène une enquête contre un important think-tank de Washington, qui pourrait très bien être le très néo-conservateur American Enterprise Institute (AEI). Après inculpations des deux responsables d’AIPAC, dont nous avions rapporté l’essentiel la semaine dernière, tout ceci pourrait annoncer la fin d’une fraction importante des néo-conservateurs.

On dit que certains membres du Congrès concentrent toute leur attention sur ces criminels néo-conservateurs, en particulier ceux qui, comme Libby, ont des liens avec Dick Cheney. Tout ceci est le résultat de la mobilisation de LaRouche contre les « canons d’août » de Cheney. En effet, en coulisse, la bataille fait rage à Washington avec, d’un côté, les faucons néo-conservateurs de plus en plus désespérés, groupés autour d’un Cheney cherchant tous les prétextes pour partir en guerre, et de l’autre, leurs opposants travaillant sans relâche pour les en empêcher. Après que le Comité de politique démocratique ait convoqué, il y a deux semaines, une audition sur le cas de Valerie Plame Wilson, invitant quatre anciens responsables de la CIA et des renseignements militaires à témoigner pendant plus de trois heures, les cercles de l’AEI ont déployé le néo-conservateur fanatique Reuel Marc Gerecht pour calomnier ces vétérans des renseignements et mettre en place une stratégie de protection de l’administration. Gerecht est actuellement le centre d’attention des dirigeants démocrates du Congrès qui enquêtent sur ses liens avec le régime Bush/Cheney.

Une source nous a confié que Gerecht avait été déployé dans les opérations de Ghorbanifar par le Bureau de la planification spéciale (Office of Special Plans - OSP), dont il était un consultant rémunéré. Gerecht aurait été désigné pour être la liaison de Ghorbanifar avec l’OSP, après un meeting qui eut lieu à Rome en décembre 2001, auquel participaient Larry Franklin, Harold Rhode et Ghorbanifar. Entre-temps, selon une source bien informée, Ledeen maintenait d’étroites relations avec Libby via John Hannah, qui travaillait pour le cabinet de Cheney.

Commentant tout ceci, Larouche a insisté sur le fait qu’il ne faut jamais perdre de vue les antécédents de ces deux individus : Ledeen était membre de la loge P2, lié par ce biais aux fascistes universels du passé, et Libby fut pendant longtemps l’avocat de Marc Rich, le contrebandier du pétrole et métaux précieux de la mafia israélienne.

Contactez-nous !