Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Campagne de guerre psychologique contre Schröder

La rédaction
visites
686

Depuis que le chancelier allemand Gerhard Schröder a clairement dit « non » à une guerre en Irak, dans son interview du 5 septembre 2002 au New York Times, le parti de la guerre anglo-américain le tient dans son collimateur. Sur cet arrière-plan, on comprend mieux les récentes attaques au vitriol contre lui dans les médias.

A la mi-décembre, le ministre américain de la Défense, Donald Rumsfeld, a approuvé la « Directive 3600.1 » autorisant des « Opérations d’information (IO) ». Derrière ce vocable apparemment inoffensif, se cachent des opérations de « propagande noire » dirigées contre ceux qui sont perçus comme des opposants à la politique américaine, y compris dans les pays alliés. Selon le New York Times du 16 décembre, l’Allemagne figure parmi les pays visés par la directive de Rumsfeld.

Le 5 janvier, un tabloïde de Londres, Mail on Sunday, a publié un article accusant le chancelier Schröder de relation extra-conjugale avec une personnalité de la télévision allemande. Le récit était épicé de remarques amères d’une ancienne épouse du chancelier, Hillu Schröder, qui déclarait même que si cette affaire était vraie, cela signifierait pour Shröder, non seulement la fin de son mariage actuel, mais aussi de sa carrière politique. Hillu Schröder a par la suite démenti ce propos. Le chancelier a intenté une action en justice contre les médias propageant cette affaire.

Le 9 janvier, le Times de Londres s’en prenait directement à Schröder dans un éditorial sur « la chute de l’Allemagne », affirmant que «  d’importantes personnalités de son Parti social-démocrate (SPD) demandent comment et quand il peut être remplacé. (...) Herr Schröder est maintenant coincé de tous côtés, en grande partie en raison de son incapacité à définir une voie claire. Il se voit obligé de modifier l’opposition allemande à la guerre contre l’Irak, en raison de la nécessité de rebâtir des relations avec l’Amérique.  » Les sociaux-démocrates et l’Allemagne «  ont besoin de dirigeants pour sauver le SPD de la défaite dans la Hesse et en Basse Saxe  »,les deux Länder où se tiendront des élections le 2 février, poursuit le quotidien de Londres. «  Si Herr Schröder ne peut pas fournir cette direction, le parti devrait le laisser tomber dans son propre intérêt et pour l’avenir de l’Allemagne  ».

Cette campagne de déstabilisation s’accompagne de menaces de mort. Début décembre déjà, l’épouse de Schröder a publiquement déclaré que son mari et sa famille avaient reçu de multiples menaces anonymes qui lui faisaient « craindre le pire ». Ces menaces sont prises très au sérieux et les mesures mises en place pour la protection du chancelier - par exemple à l’occasion de manifestations électorales - et de sa famille ont été considérablement renforcées.

Contactez-nous !